Cultures 

De Lyon à Grenoble, écoutez pourquoi la région est un berceau de l’électro

actualisé le 08/09/2016 à 22h19

C’est le plein été. De quoi nous donner envie de parler musique et surtout d’en écouter. On ressort donc des cartons la très bonne émission de Benoît Sabatier diffusée il y a déjà quelques mois sur France Culture, désignant assez justement les différents points cardinaux de la culture électro en France.

Impossible pour lui – comme pour nous – de ne pas s’arrêter dans la région puisque Grenoble et Lyon sont considérées depuis toujours comme des villes avant-gardistes pour le genre. Retour en musique sur l’avènement de l’électro locale. 

Benoît Sabatier, «une créature de la presse musicale et générationnelle» et rédacteur en chef du magazine culturel Technikart, revient sur les artistes qui ont posé les jalons de la musique électronique dans la région. Elle y a vu naître les précurseurs  du genre– des géants, comme le souligne le journaliste – que sont Michel Colombier et Jean-Michel Jarre.

On a voulu se faire plaisir et vous faire plaisir avec un petit souvenir de 1986 : les prémices de la musique électronique sur la scène Rhône-alpine. Jean-Michel Jarre joue alors ses premiers sons devant un public de 800 000 personnes pour la venue du pape Jean-Paul II à Lyon.

On ne peut s’empêcher aussi de vous parler de Marie et les garçons, qui deviendront simplement Garçons suite au départ de Marie. Un groupe punk, qui associe les sonorités électro à d’autres genres musicaux, et qui participe à sa manière à la reconnaissance de la musique électronique française des années 80.

Si on écoute la suite de l’émission, Benoît Sabatier continue d’étayer sa chronologie avec toute une génération d’artistes apparus pendant la décennie suivante. Originaires en particulier de la ville de Grenoble, The Hacker en fait partie :

« Au début la scène à Grenoble était minuscule, on devait être une quinzaine. J’organisais des teufs pirates dans des forts abandonnés, vers 1993. On s’est tous rencontrés à ce moment-là », explique-t-il.

L’émission du critique musical nous fait alors traverser la décennie à travers les sons de Miss Kittin, The Money Penny ProjectOxia ou Kiko qui est le premier de la bande à connaitre un succès conséquent avec son tube World cup en 1999.

Une nouvelle génération qui cherche à innover

Koudlam enflamme la foule du BAZ'R à Sète, en reprenant son tube See you all. © Gaëlle Courty

Koudlam, l’un des représentants de l’électro régional. © Gaëlle Courty/Rue89Lyon.

Toujours à Grenoble, Koudlam rejoint lui-aussi la scène électro et connait un vrai succès national, notamment grâce au titre See you all qu’on a toujours plaisir à réécouter.

Lyon n’est pas en reste dans les années 2000. Sébastien Devaud alias Agoria s’implique dès 2002 dans la création de l’un des plus importants festivals de musique électro en France et en Europe : Nuits sonores.

D’ailleurs, de nouvelles pointures de la culture électro émergent toujours régulièrement en Rhône-Alpes. A l’instar de Gesaffelstein, en 2009. On peut de plus en plus les écouter sur les ondes nationales, avec une spontanéité et un vague à l’âme qui leur sont propres et que, peut-être, les parisiens leur envieront.

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Au Forum de l’entrepreunariat, bien-être et zénitude du porteur de projet

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Cour d’appel de Lyon : l’affaire du Center Parcs de Roybon renvoyée en décembre

par Rue89Lyon. 519 visites. 1 commentaire.