Société 

Près de Lyon, une commune vend un de ses terrains à la fille de l’adjointe aux finances

actualisé le 03/05/2016 à 21h16

Le conseil municipal de Lentilly, à 20 kilomètres de Lyon, a signé la vente d’un terrain municipal à la fille de l’adjointe au maire en charge des finances. Les élus de l’opposition dénoncent une vente « exclusive », « à prix bradé ».

C’est l’affaire qui agite actuellement cette petite ville cossue de 5 000 habitants, au nord-ouest de l’agglomération lyonnaise.

Lors du conseil municipal du 22 mars, la maire, Nicole Vagnier (Les Républicains), a fait voter par sa majorité la vente d’un terrain de 315 m2 que possède la commune. Ce terrain, situé au lieu-dit « le Bourg », impasse du Charon, est constructible.

En recevant le projet de délibération en amont du conseil, les élus de l’opposition ont toussé. En effet, le terrain va être prochainement cédé pour 45 000 euros à la fille de l’adjointe aux finances.

Des conseillers municipaux de la majorité se sont sentis mal à l’aise. Si la vente a été votée par 13 voix pour contre 7 voix (celles de l’opposition), on a compté 8 abstentions parmi la majorité.

Dès le lendemain, les élus d’opposition ont publié un communiqué sur le blog d’une association locale, puis ils ont mis en ligne une pétition relayée sur les réseaux sociaux. Aussi sec, l’hebdo local, Le Pays, et l’édition de l’Arbresle du Progrès ont évoqué la « polémique ».

Bref, pas mal de bruit à l’échelle de Lentilly.

Le terrain de Lentilly de 315 m2 vendu à la fille de l’adjointe. ©DR

Le terrain de Lentilly de 315 m2 vendu à la fille de l’adjointe. ©DR

« Une vente exclusive en dessous des prix pratiqués »

Que disent les élus d’opposition ? Nathalie Sorin, issue de cette liste « Avec Vous pour Lentilly », affirme :

« Il s’agit d’une part d’une vente exclusive au profit d’un membre de la famille de l’adjointe aux finances. D’autre part, cette vente est réalisée à un tarif très en dessous des prix pratiqués sur la commune. »

Si ces élus ont notifié ces faits au procureur de la République de Lyon, il n’y a, pour le moment, rien de pénalement répréhensible.

Il est surtout question d’éthique.

Nathalie Sorin développe son argumentaire en deux points :

« Contrairement à d’autres biens de la commune vendus, ce terrain n’a pas fait l’objet d’une communication en conseil municipal en amont de l’autorisation de signer la vente et il n’a pas été référencé dans une agence immobilière ».

L’élue d’opposition poursuit sur le montant de la vente :

« Des terrains de surface identique mais bénéficiant d’une situation bien moins favorable sur la commune sont actuellement vendus pour 140 000 euros. C’est ce que nous avons affirmé dans notre communiqué. »

« Une instrumentalisation de l’opposition »

Nous avons contacté la maire Nicole Vagnier, par ailleurs conseillère régionale, élue sur la liste de Laurent Wauquiez. Elle nous a répondu par mail.

A propos des accusations de « vente exclusive », elle affirme :

« Ce terrain situé au fond d’une impasse dont l’accès est très étroit, ne présentait aucun intérêt pour la commune et ne pouvait intéresser que les personnes propriétaires de la parcelle jouxtant ce bien ».

Concernant, le montant de la vente, elle continue :

« Les services du Domaine ont estimé la valeur de ce bien à 45 000 euros ».

La procédure et le vote se sont déroulés en prenant compte le fait que « les acheteurs sont un couple de jeunes dont la femme est la fille de l’Adjointe aux finances de la commune » :

« Ladite adjointe n’a participé à aucune réunion précédant ce vote, et s’est retirée lorsque cette question est venue à l’ordre du jour de la séance du Conseil municipal du 22 mars.

Et de conclure :

« Il n’y a rien à dire de plus, si ce n’est une instrumentalisation de l’opposition qui ne s’attaque plus aux idées mais aux personnes, ce qui est inacceptable. »

La défense maladroite de la maire

L’argumentaire de la maire de Lentilly qu’elle a peu ou prou déjà développé dans la presse locale est, a minima, maladroit.

Elle préjuge que ce bien n’allait intéresser qu’un seul vendeur alors que la demande immobilière est importante dans cette commune de la grande région lyonnaise.

Par ailleurs, elle affirme que le prix de vente est correct car tel que fixé par le service du Domaine.

C’est vrai et faux à la fois. Une collectivité se doit d’au moins vendre au prix fixé par les Domaines. Mais rien ne l’empêche de vendre plus cher. Il en va de l’intérêt de la commune de Lentilly.

Le même jour, le conseil municipal a pu ainsi vendre une grange trois fois le prix de l’estimation par les Domaines : soit 22 000 euros au lieu de 7000 euros.

Nathalie Sorin persiste :

« A ce prix là, beaucoup de personnes auraient été intéressées par le terrain. On le mesure d’ailleurs aux réactions sur les réseaux sociaux. C’est pour cela qu’on a suggéré à la maire de vendre ce bien au plus offrant. »

Partager cet article

L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.
En BREF

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 250 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 309 visites. 1 commentaire.

Contre l’A45, une première fête pour relancer la mobilisation

par Rue89Lyon. 1 003 visites. Aucun commentaire pour l'instant.