Actualité 

A Lyon, une 7ème manif contre la loi travail : grosses tensions et mobilisation en retrait

actualisé le 29/04/2016 à 10h28

[Article mis à jour régulièrement] Ce jeudi 28 avril, pour la septième fois, on manifeste pour demander le retrait de la loi travail. Notamment à l’appel des organisations de jeunesse, et de centrales syndicales (CGT, FO, Solidaires, FSU et CNT). Dans la rue, on retrouvait également les intermittents du Collectif Unitaire 69 et les personnes mobilisées dans le mouvement Nuit Debout.

Au total, 15 000 personnes ont manifesté selon la CGT (5 500 selon la police), de la Manufacture des tabacs à la place Bellecour. Soit deux fois moins de monde que pour le 31 mars.

Des interpellations avant la manif

La journée a commencé avec les lycéens qui ont bloqué ou tenté de bloquer leur établissement. Ampère-Bourse et Saint-Exupéry à Lyon notamment.

A Saint-Priest dans la banlieue est de Lyon, la tentative de blocage du lycée Condorcet a tourné à la bousculade. La police est intervenue.

150 de ces lycéens sont partis en direction de la place Jean Macé où un premier rendez-vous avait été donné.

A l’arrêt de tram Jet d’eau (8ème arr.), au niveau du lycée Lumière, les vitres de l’arrêt ont volé. La police a utilisé les grenades lacrymogènes et interpellé six personnes. Deux ont été placées en garde à vue.

Une heure plus tard, à la Manufacture des tabacs, une vingtaine de militants d’extrême droite du GUD se sont placés devant l’entrée de l’université Lyon 3 qu’ils considèrent comme leur fief.

Mais contrairement au 31 mars, il n’y a pas eu d’affrontements avec les premiers manifestants. Des gendarmes mobiles se sont interposés mais n’ont pas interpellés les Gudards.

Pendant une heure, leur présence a focalisé l’attention d’une partie des manifestants jusqu’au départ du cortège vers 14h.

Tensions et treize garde à vue

En tête du cortège, composé pour moitié de la CGT, un millier de jeunes. Au premier rang, des lycéens, certains le visage masqué. Et sur le côté, une vingtaine de personnes masquées et toutes de noir vêtues en mode black bloc.

Les banderoles de tête au départ de la manifestation lyonnaise contre la loi travail le 28 avril. ©LB/Rue89Lyon

Les banderoles de tête au départ de la manifestation lyonnaise contre la loi travail. ©LB/Rue89Lyon

Dès les premiers policiers anti-émeute aperçus, les projectiles sont partis, surtout des oeufs de peinture.

Contrairement à la précédente manif où les mêmes scènes s’étaient produites, la police a répondu par des grenades lacrymogènes. Puis ce sont des canettes et des pétards qui sont partis. Première charge, premier matraquage et première interpellation.

Dès le départ de la manif, les policiers étaient postés le long du cortège. ©LB/Rue89Lyon

Dès le départ de la manif, les policiers étaient postés le long du cortège. ©LB/Rue89Lyon

Ce scénario s’est répété jusqu’au niveau de la rue Garibaldi où la CGT a formé une ligne, après un énième arrêt du cortège.

La tension est redescendue d’un cran. Jusqu’aux premières banques qui ont été visées par les oeufs de peinture et des tags. La police a chargé et interpellé a deux reprises à Saxe-gambetta et quelques centaines de mètres plus loin.

Place du Pont, la dernière charge a viré à l’affrontement pour tenter d’empêcher l’interpellation d’un manifestant.

La manif se terminait dans le calme quand une nouvelle interpellation a eu lieu rue des Marronniers.

Bilan selon la police : treize interpellations qui ont été suivies de garde à vue. vingt-deux interpellations sur l’ensemble de la journée. Six n’ayant donné lieu qu’à des contrôles d’identité. Onze policiers blessés.

Côté manifestants, la liste des blessés est longue. Un nez cassé pour une lycéenne sous les coups d’une matraque, un cheminot CGT avec également un nez cassé par un tir de grenade lacrymogène. Une manifestante a été évacuée par les pompiers pour une fracture ouverte de la jambe. Trois autres personnes ont été blessées au crâne.

Tête de la manifestation au pont de la Guillotière, juste avant d'arrivée place Bellecour. ©LB/Rue89Lyon

Tête de la manifestation au pont de la Guillotière, juste avant d’arrivée place Bellecour. ©LB/Rue89Lyon

Occupation des Célestins

La place Bellecour s’est progressivement vidée alors que quatre rues adjacentes étaient bloquées par la police, avec, parfois, grilles et canons à eau. Sous les yeux de l’hélicoptère de la gendarmerie.

Vers 16h30, environ 300 personnes ont commencé une assemblée Nuit Debout. L’idée était ensuite de rejoindre la place Guichard occupée. Mais c’est finalement le théâtre des Célestins qui a été rallié.

Depuis 17h, à l’initiative du Collectif 69 des intermittents et précaires, plusieurs dizaines de personnes occupent ce théâtre du 2ème arrondissement de Lyon.

L'occupation du théâtre a commencé à 17h.

L’occupation du théâtre a commencé à 17h.

 

Des grèves de moindre ampleur

Un autre indicateur de l’ampleur de la mobilisation n’est pas très favorable aux tenants du retrait du projet de loi travail. Le mouvement de grève est plus limité qu’il y a un mois.
Quelques illustrations :

  • Dans la région, la SNCF prévoit 1 TER sur 2 alors qu’elle en prévoyait 1 TER sur 3 en moyenne le 31 mars.
  • Concernant les TCL, seules deux lignes de bus ne circuleront pas. Le 31 mars, la ligne A du métro, les deux funiculaires et le tram T1 ne circulaient pas. Une dizaine de lignes de bus étaient également à l’arrêt.
  • Dans l’Éducation nationale, il ne devrait pas avoir de fermeture à Lyon alors que le 31 mars au moins quatorze crèches municipales et neuf écoles étaient fermées.


Une mobilisation en dents de scie

Avant cette journée du 28 avril, six manifestations se sont déroulées à Lyon. Elles ont rassemblé :

  • le 9 mars, entre 7 000 personnes (selon la police) et 20 000 personnes (selon les organisateurs)
  • le 17 mars entre 3000 et 6500 personnes.
  • le 24 mars, entre 1 500 et 4 000 personnes.
  • le 31 mars, entre 15 000 et 30 000 personnes.
  • le 5 avril, entre 1 400 et 2 000 personnes.
  • le 9 avril, entre 4 400 et 15 000 personnes.
Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 385 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 406 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 621 visites. 2 commentaires.