Grenoble sous ma loupe
Chronique politique écrite depuis Grenoble par Victor Guilbert. Un regard critique sur l'atelier municipal dite d'une "autre gauche", ce "laboratoire" d'expériences politiques initié en 2014 dans la capitale des Alpes.
Grenoble sous ma loupe 

À Grenoble, Eric Piolle peut-il récupérer « Nuit Debout » ?

actualisé le 08/09/2016 à 23h02

Le torchon brûlait entre les organisateurs de la « Nuit Debout » et le maire de Grenoble Eric Piolle après l’annulation de la soirée d’installation du 31 mars dernier. Mais en facilitant finalement son implantation ce samedi, la municipalité verte-rouge-citoyenne obtiendra-t-elle les faveurs de ce mouvement naissant qui se revendique autonome ? 

 

Prise de parole d'un militant du "collectif hébergement" lors de l'assemblée générale du samedi 9 avril. Crédit : V.G. / Rue89Lyon.

Prise de parole d’un militant du « collectif hébergement » lors de l’assemblée générale du samedi 9 avril. Crédit : V.G. / Rue89Lyon.

Après 10 jours de latence, les organisateurs trépignaient d’impatience pour décliner à Grenoble le concept de « Nuits Debout », d’abord vu à Paris, place de la République.

Ce samedi, après la nouvelle manifestation unitaire contre la loi Travail dans les rues de Grenoble, un millier de personnes environ se sont installées sur les pelouses de la Maison de la Culture (MC2), à égale distance du centre et des quartiers populaires du sud de la ville.

En rangs serrés sur les marches du centre culturel, l’assemblée générale fondatrice a accueilli une flopées de profils singuliers. Autonomes, soixante-huitards, étudiants syndiqués, mal-logés, féministes, chômeurs, précaires, militants politiques et écolo-montagnards… Les candidats à la thérapie de groupe protestataire et créatrice ne manquent pas dans cette ville réputée pour son activité militante.

Une quinzaine d’élus municipaux présents

Dans le petit carré de membres du parti de gauche (PG) qui participent à la première assemblée générale, Elisa Martin – 1ère adjointe au maire de Grenoble en charge de la tranquillité publique – est enthousiaste :

« Ce qui se passe ici nous intéresse, on est frappés par la très grande autonomie de ce mouvement social et par son horizontalité. C’est la seule ville de France où l’occupation est 100% légale ».

À Grenoble, l’occupation publique est autorisée. La demande sera renouvelée chaque jour et la ville prend à sa charge la consommation d’eau et d’électricité des installations.

Eric Piolle et sa première adjointe Elisa Martin discutent lors de l'assemblée générale, le dimanche 10 avril. Crédit : V.G. / Rue89Lyon

Eric Piolle et sa première adjointe Elisa Martin discutent lors de l’assemblée générale, le dimanche 10 avril. Crédit : V.G. / Rue89Lyon

Comme Elisa Martin, ils sont une quinzaine d’élus de la majorité municipale, à être venus faire un tour durant tout le weekend. Eric Piolle, absent samedi a finalement fait un passage remarqué dimanche soir.

« Éviter des nouveaux clashs avec la police »

Entre un appel au boycott de la grande distribution pour l’achat des bières de la buvette et l’organisation avortée d’un péage sauvage sur un tronçon d’autoroute, l’assemblée générale a souhaité donner la parole au maire, sans même qu’il l’ait demandé :

Il commente sa visite en aparté :

« Cette mobilisation dépasse la loi Travail. On sent une volonté de transformer le monde. Il y a de l’envie, de l’énergie mais il faut que ça se structure. Leur défi est de fédérer des habitants de la ville dans toute sa diversité. C’est à eux de dire ce qui pourra ressortir politiquement de ce mouvement. Notre rôle, c’est d’être des facilitateurs administratifs pour éviter des nouveaux clashs avec la police ».

Le maire e Grenoble, Eric Piolle (EELV), invité à prendre la parole lors de l'assemblée générale du dimanche 10 avril. Crédit : V.G. / Rue89Lyon

Le maire e Grenoble, Eric Piolle (EELV), invité à prendre la parole lors de l’assemblée générale du dimanche 10 avril. Crédit : V.G. / Rue89Lyon

« En prison pour un film en plein-air »

Car le 31 mars dernier, la première tentative d’installation des « Nuit Debout » à Grenoble s’était terminée sous les gaz lacrymogènes.

Suite à des débordements violents en marge du cortège et faute d’autorisation conforme pour l’occupation des lieux, Eric Piolle, inquiet des conditions de sécurité de la projection du film « Merci Patron ! » prévue ce soir-là, avait demandé son annulation. Face aux refus de certains manifestants de quitter les lieux, la police avait utilisé la manière forte pour les déloger.

Dans cette soirée de heurts, une douzaine de personnes avaient été interpellées et huit autres incarcérées et condamnées à des peines de prison avec sursis et des amendes pour « participation à un rassemblement illégal et violence volontaire contre les dépositaires de l’autorité publique ».

Le film "Merci Patron !" de François Ruffin a finalement été projeté sur les murs de la MC2 de Grenoble le samedi 9 avril. Crédit : V.G. / Rue89Lyon

Le film « Merci Patron ! » de François Ruffin a finalement été projeté sur les murs de la MC2 de Grenoble le samedi 9 avril. Crédit : V.G. / Rue89Lyon

Etienne (tous les prénoms ont été modifiés sur demande des interlocuteurs, « pour respecter l’absence de leadership individuel du mouvement »), adhérant du syndicat Solidaires Etudiants, reproche à Eric Piolle sa « responsabilité » dans ces interpellations :

« Le maire renvoie la balle sur le préfet, mais s’il n’avait pas été aussi frileux en annulant la soirée, des étudiants ne se seraient pas retrouvés en prison pour avoir simplement voulu regarder un film en plein-air ! »

« La mairie expulse, expulsons la mairie »

Malgré le soutien de la ville et la présence des élus, Eric Piolle n’est pas en terrain conquis.

Au micro de l’AG ce dimanche, les critiques fusent. On lui reproche aussi « la privatisation par Vinci d’une partie de Grenoble Electricité et Gaz », « les expulsions de squats et du bidonville Esmonin » et « les renoncements sur la gratuité des transports en commun ».

Plusieurs membres du collectif Droit au Logement (DAL) scandent « la mairie expulse, expulsons la mairie » avant de quitter les lieux pour s’opposer à la présence du maire.

L'occupation du parvis de la MC2 sera reconduit chaque soir en assemblée générale. Crédit : V.G. / Rue89Lyon

L’occupation du parvis de la MC2 sera reconduit chaque soir en assemblée générale. Crédit : V.G. / Rue89Lyon

Clément, un membre actif de la Nuit Debout grenobloise marque prudemment la distance :

« Ce n’est pas parce que la ville nous soutient qu’on soutient la mairie. Ils se sont engagés à ne pas faire de récupération politique en contrepartie du service rendu. Mais plutôt que de vouloir virer du monde, on devrait plutôt se demander comment faire venir plus de personnes, sinon le mouvement va vite s’essouffler ».

Effectivement, malgré une foule de 500 personnes à l’assemblée générale fondatrice de samedi, ils n’étaient déjà plus que 250 environ à celle du lendemain.

En plus de l’entre-soi et des prises de parole redondantes, les vacances scolaires pourraient bien avoir raison de la dynamique protestataire.

Partager cet article
Tags

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Victor Guilbert
Victor Guilbert
Auteur du blog "Grenoble sous ma loupe" et journaliste à Grenoble, je planche notamment sur la politique locale au pied des Alpes.
En BREF

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Au Forum de l’entrepreunariat, bien-être et zénitude du porteur de projet

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Cour d’appel de Lyon : l’affaire du Center Parcs de Roybon renvoyée en décembre

par Rue89Lyon. 549 visites. 1 commentaire.