Cultures  Tribune 

« L’Amérique est-elle encore un modèle ? », par Nicolas Baverez

actualisé le 24/03/2016 à 09h56


Nicolas Baverez est économiste et historien, éditorialiste au Point et essayiste. Ses recherches portent sur le chômage, les politiques publiques, les crises économiques… Il participera ce vendredi au débat intitulé « L’Amérique est-elle encore un modèle ? », programmé par la Villa Gillet dans le cadre du « Cycle des idées » et qui aura lieu ce vendredi au théâtre de la Croix-Rousse (avec Celestine Bohlen et Michael Cox).

A cette occasion et en pleines primaires qui désigneront les candidats à la prochaine élection présidentielles des Etats-Unis, il prend la plume sur le thème de l’Amérique et de son influence politique.

Nicolas Baverez ©Olivier Roller

Nicolas Baverez ©Olivier Roller


Les débatteurs

Nicolas Baverez est économiste et historien, éditorialiste au Point et essayiste, agrégé de sciences sociales et docteur en histoire. Il est l’auteur de Danser sur un volcan (Albin Michel, mars 2016), Lettres béninoises (Albin Michel, 2014). Il signe donc cette tribune ; les intertitres sont de Rue89Lyon. Nicolas Baverez débattra ce vendredi à Lyon avec la journaliste Celestine Bohlen, qui a été correspondante du New York Times à Moscou, à Rome et en Europe de l’Est, qui écrit aujourd’hui dans the International New York Times and et pour nytimes.com. 
Et avec Michael Cox, historien, professeur émérite en relations internationales à la London School of Economics.

Ériger les États-Unis en modèle, comme hier le Japon ou l’Allemagne, est contestable et dangereux. Si nous sommes entrés dans l’âge de l’histoire universelle, il n’existe pas de norme pour l’organisation des institutions, de la production ou de la société qui puisse prétendre s’appliquer à la diversité des nations et des continents. Les systèmes de valeurs, les cultures, les structures économiques et sociales restent irréductibles.

Par ailleurs, les États-Unis, en ce début de XXIe siècle, vivent sous le signe de la crise plus que d’un improbable modèle. Les illusions de l’hyperpuissance entretenues après la chute de l’Union soviétique se sont brutalement dissipées.

L’Amérique s’est découverte vulnérable sur son propre sol avec les attentats du 11 septembre 2001.

Elle a perdu deux conflits majeurs en Afghanistan et en Irak. Elle se révèle impuissante face à l’expansion territoriale des empires chinois et russe comme à la menace du djihad mondialisé lancé par l’Etat islamique. Elle a engendré le plus grand krach depuis 1929. Elle a laminé ses classes moyennes qui ne représentent plus que moins de la moitié de sa population et assisté à la recrudescence de la pauvreté. Elle a vu son système politique se paralyser ce qui a entraîné une explosion du populisme dont témoignent les candidatures de Donald Trump et de Bernie Sanders aux primaires de l’élection présidentielle de 2016.

Un Janus au double visage

Les États-Unis ne sont donc un modèle, ni pour le monde, ni pour eux-mêmes puisque 68 % des Américains estiment que leur pays est « sur la mauvaise pente ». Ils ont perdu le leadership de la conduite des affaires du monde et de la régulation du capitalisme. Mais ils demeurent la seule puissance à disposer d’une dimension globale. Et il subsiste une part de rêve américain, comme le montre leur capacité inégalée à attirer les immigrés, les talents et les cerveaux, les entrepreneurs et les capitaux.

Les États-Unis, qui n’ont jamais été aussi divisés depuis la guerre de Sécession, se présentent comme un Janus au double visage.

Force est de constater que l’Amérique, dont la responsabilité fut écrasante dans l’émergence puis l’implosion de l’économie de bulle des années 2000, a enrayé le risque de déflation et créé les conditions d’une reprise solide. La croissance atteint 2,4 % en rythme annualisé ; le taux de chômage a été ramené à 4,9 % de la population active grâce à la création de près de 13 millions d’emplois depuis 2009 ; l’inflation est infime et les salaires progressent de 2,5 % par an ; le déficit public a été réduit de 10 à 2,5 % du PIB depuis 2001.

Le mérite de cette sortie de crise revient d’abord à la politique monétaire. Contrairement à la grande dépression de 1929 qui vit la hausse des taux transformer le krach boursier en dépression, la FED a agi très vite et fort, en baissant les taux jusqu’à zéro, en laissant filer le dollar, en réassurant les banques, en émettant massivement des liquidités. La normalisation a été engagée à la fin de 2015 avec le relèvement prudent des taux d’intérêt.

La politique monétaire a permis de gagner le temps nécessaire pour relancer la production et l’emploi. Les États-Unis sont redevenus la nation la plus compétitive du monde. L’activité est portée par la réindustrialisation et les relocalisations. Et ce grâce à un remarquable effort d’amélioration de la productivité du travail, de restructuration du secteur financier, de baisse du coût de l’énergie, d’investissement dans les nouvelles technologies.

De quoi Barack Obama est-il le symbole ?

Les États-Unis sont ainsi de nouveau le premier producteur mondial d’hydrocarbures grâce au recours à la fracturation tout en dominant l’économie numérique à travers le Gafa. Et cette modernisation est intervenue par le bas, grâce à la vitalité des acteurs économiques et sociaux.

Tout autre est la situation politique intérieure et extérieure. Barack Obama est le symbole de la déliquescence du système politique et du désenchantement des Américains vis-à-vis de leurs dirigeants. Le président est ligoté par le Congrès, impuissant à réformer la fiscalité, la protection de l’environnement, le contrôle des armes à feu ou l’immigration.

La démocratie américaine est profondément malade, prise sous le feu croisé de la perte de légitimité des institutions et de la radicalisation des citoyens.

barack

Le leadership américain est simultanément mis en échec par la montée en puissance des géants émergents, par les ambitions des nouveaux autocrates et par la guerre de religion lancée par l’Etat islamique. L’Amérique est dépassée par la multiplication des risques et le basculement de régions entières dans le chaos à l’image du Moyen-Orient.

Sous couvert de pivot vers l’Asie, elle est tétanisée par la poussée de Pékin en mer de Chine comme en Asie où les Nouvelles Routes de la Soie concurrencent le TPP.

Elle a été totalement prise de court par les interventions militaires russes en Ukraine et en Syrie. Elle est restée passive face à la guerre civile syrienne comme face à la percée de l’Etat islamique, écartelée entre la volonté d’incarner des valeurs universelles et l’incapacité à définir une stratégie efficace.

Les États-Unis se trouvent donc à un tournant de leur histoire. Ils ne peuvent ni ne veulent continuer à être le réassureur du capitalisme et le gendarme du monde. Ils sont moins que jamais une île dans la mondialisation dont ils n’ont pas renoncé à exercer le leadership grâce à leur soft power.

A défaut d’être un modèle, les États-Unis doivent montrer qu’ils conservent leur capacité unique à réinventer non seulement leur modèle économique et social , mais surtout leur modèle politique, pour l’adapter aux défis et aux risques du XXIe siècle.

 

Partager cet article