Vigies 

A l’ENS, les suicides d’étudiants restent tabous

SUR STREETPRESS

L’École normale supérieure (ENS), c’est la crème des grandes écoles françaises. Ces quatre établissements – Paris, Cachan, Lyon et Rennes – forment certains des meilleurs chercheurs et enseignants de France. Sur le papier, la situation des étudiants est plutôt confortable.

Ils touchent 1 300 euros par mois, pendant leurs 4 ans de formation.

En contrepartie, ils s’engagent à servir l’État pendant au moins 10 ans. Pourtant, une partie d’entre eux témoignent d’un certain mal-être dans les couloirs des différents ENS.

capture-ens-streetpress-vigie

Et le sujet est tabou.

Streetpress a enquêté et recueilli des témoignages d’étudiants mais aussi de profs, sur ce phénomène de dépression et de pression chez les jeunes normaliens.

Lire la suite sur Streetpress.

Partager cet article