Appartement 16
  • 17:48
  • 9 mars 2016
  • par Laurent Burlet

Contre la loi travail à Lyon, une première mobilisation réussie et une manif sauvage

2474 visites | 4 commentaires

Une vingtaine d’organisations de jeunesse et les confédérations syndicales (CGT, FO, FSU et Solidaires) appelaient à manifester partout en France contre la loi travail. Ce mercredi, à Lyon, ils étaient entre 7 000 personnes selon la police et « au moins 20 000 personnes », selon les organisateurs.

De la place Jean Macé (terme officiel du cortège), une manif sauvage a continué jusqu’à la place Gabriel Péri puis jusqu’à la place Bellecour. Trois interpellations ont eu lieu à cet endroit.

« On attendait deux fois moins de monde », a avoué un gradé policier.

« C’est un succès », pour la représentante Syndicat Général des lycéens (SGL), Leïla Mathias. Dans sa (courte) vie militante, elle n’avait pas encore vu « autant de monde ». Quant aux Jeunesses communistes, ils ont « remercié la jeunesse de s’être levée contre la Loi Travail ».

Une chose est certaine, une partie des milliers de signataires lyonnais de la pétition contre le projet El Khomri s’est retrouvée dans la rue. Il n’y a pas eu de mouvement unitaire « jeune » depuis les manifs contre le Contrat Première Embauche (CPE) en 2006.

Ce sont toutefois les syndicats de salariés et fonctionnaires, FO, FSU, Solidaires et surtout CGT qui ont fourni une bonne moitié des troupes, à l’arrière du cortège.

Une présence qu’a regretté l’une des initiatrices du premier appel à manifester ce 9 mars à Lyon, autour du mot clé #OnVautMieuxQueCa. Blanche Leconte :

« Même si c’est beau j’aurais préféré qu’ils viennent sans les drapeaux. »

Blanche Leconte et Mark Gadi, deux des initiateurs du premier appel à manifester ce 9 mars. ©LB/Rue89Lyon

Blanche Leconte et Mark Gadi, deux des initiateurs du premier appel à manifester ce 9 mars. ©LB/Rue89Lyon

Aux premières places, on trouvait les jeunes : lycées, étudiants et « précaires » comme ils le criaient.

De la place Bellecour à la place Jean Macé, via les quais du Rhône et l’avenue Berthelot, le cortège a sillonné les rues du centre de Lyon. Avec de vieux slogans remis au goût du jour : « François Hollande (ou Manu) t’es foutu, la jeunesse est dans la rue ».

Les lycéens en tête du cortège. ©LB/Rue89Lyon

Les lycéens en tête du cortège. ©LB/Rue89Lyon

Le matin, cinq lycées de l’agglomération avaient connu des blocages, selon le syndicat lycéen SGL (dont Saint-Just, Monplaisir, Saint-Exupéry et Chabrières – Oullins)

Manif sauvage, projectiles et grenades lacrymogènes

Place Jean Macé, les lycéens et étudiants ne se sont pas arrêtés. Laissant derrière eux les syndicats, ils ont continué en direction de la place Gabriel Péri et du siège du PS. Bloquant le cour de la Liberté, la police a fait usage de grenades lacrymogènes.

La manif sauvage a ensuite continué en direction de la place Bellecour où, rebelote, la police a envoyé des grenades lacrymogènes. Des projectiles ont été envoyés sur les forces de l’ordre.

Selon la police, trois interpellations ont eu lieu pour des jets projectiles à l’angle de place Bellecour et de la place Antonin Poncet.

La Direction départementale de la sécurité publique précise que ce sont au total neuf policiers qui ont été blessés, dont un, touché au dos, a été hospitalisé.

Selon Lyon Capitale, deux manifestants ont été blessés dont un hospitalisé après avoir été touché aux parties intimes par un lanceur de grenades de type « cougar ».


(Vidéo d’Antoine Comte, journaliste à Tribune de Lyon)

A 17 heures, quelques dizaines de manifestants faisaient encore face au CRS. C’était les derniers.

A 16h30, des manifestants faisaient face au CRS après plusieurs tirs de grenades lacrymogènes. ©LB/Rue89Lyon

A 16h30, des manifestants faisaient face au CRS après plusieurs tirs de grenades lacrymogènes. ©LB/Rue89Lyon

Le slogan « Aujourd’hui dans la rue, demain on continue », a-t-il annoncé la suite ? L’Unef a notamment appelé à une nouvelle journée d’action le 17 mars prochain.

> Article mis à jour le 10 mars après les précisions sur le nombre de blessés de la part de la DDSP


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

4 Commentaires postés

  1. La manifestation s’est déroulée dans le plus grand calme durant le défilé. Le nombre de personnes étaient assez impressionnants, à la manif’ contre la loi Macron c’était bien moindre que ça. Les organisations syndicales ont fait un beau travail de mobilisation sur les campus et les lycées, ce qui explique qu’il y avait une très très forte proportion de jeune, j’ai rarement vu ça.
    L' »officielle » du 31 mars risque d’être encore plus massive(surtout si la CFDT se décide à venir) puisque celle-ci avait été organisé par les étudiants, la CGT s’était ralliée au dernier moment.
    Pour les « débordements » ils se sont produits juste à l’arrivée place Bellecour, alors que la tête du cortège était arrivée il y a à peine quelques minutes(les 3/4 du reste u cortège était encore derrière dans la rue), les policiers ont canardé de lacrymo sans que l’on sache vraiment pourquoi, de simples passants ont été touché. La foule s’est rassemblée à Bellecour, il y a eu un tir de flash ball, et beaucoup de lacrymo.

  2. Merci d’indiquer la source de votre vidéo : salade lyonnaise.com – journaliste : Antoine Comte

  3. Plus 10 000 que 20 000 on va dire.
    Globalement cette manifestation est un petit échec. Les français ne sont plus prêts à sacrifier une journée de salaire pour exprimer leur solidarité.
    Dommage.