Société 

Pour se rendre à l’aéroport de Lyon, on a testé l’alternative Blablacar

actualisé le 25/02/2016 à 14h38

5 euros. C’est le prix moyen que coûte le trajet jusqu’à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry depuis Lyon si l’on passe par la plateforme de covoiturage Blablacar. Au volant, vous y trouverez souvent un employé de la zone aéroportuaire.

Certains arrondissent ainsi leurs fins de mois mais assurent aussi le faire « par principe », face au prix prohibitif du seul transport en commun pour rejoindre l’aéroport, le Rhônexpress. Les taxis tiquent, l’aéroport valide.

Dans la voiture de Barthélémy salarié sur la zone CargoPort à Lyon-Saint-Exupéry et qui covoiture tous les jours depuis Lyon © Photo BE/Rue89Lyon

Dans la voiture de Barthélémy salarié sur la zone CargoPort à Lyon-Saint-Exupéry et qui covoiture tous les jours depuis Lyon © Photo BE/Rue89Lyon

Ce matin-là, notre chauffeur nous récupère dans le centre de Lyon, non loin de son domicile. Il prévient d’un retard de quelques minutes dû à une réservation de dernière minute. Barthélémy travaille au CargoPort, la zone de fret de l’aéroport Lyon-Saint-Exupéry. Tous les jours, il part embaucher en voiture. Comme d’autres, des employés et des voyageurs, il trouve le Rhônexpress « galère, long et trop cher ».

« Quand tu arrives à Vaulx-en-Velin La Soie pour prendre le Rhônexpress, très souvent il n’y pas de place. Tu restes 20 minutes debout. A l’époque l’abonnement au Rhônexpress coûtait environ 120 euros par mois. En plus de l’abonnement TCL à 60 euros environ. Avec la prise en charge de 50 % par ton employeur, ça revenait grosso modo à 90 ou 100 euros le mois ».

Pour lui ce sera donc la voiture. Avec un salaire « pas génial », il raconte avoir toujours trouvé des « plans B » pour compléter.

« Une copine au boulot m’a demandé de prendre les demandes de covoiturages qu’elle ne pouvait pas faire jusqu’à l’aéroport. J’ai dit : ‘allez si tu veux’. Une fois, deux fois, trois fois… »

Au bout du compte il finit par poster ses propres annonces sur le site de covoiturage Blablacar. Depuis, matin et soir, il voyage très rarement seul. Selon ses comptes, il a « covoituré » environ 1200 personnes depuis ses premiers trajets Blablacar en se rendant à son travail.

« Ça m’arrive de me faire 100 euros la semaine »

Dans sa voiture, il montre là un porte-clef du Japon, ici un petit souvenir des Canaries que des voyageurs réguliers lui ont offert. D’ailleurs lui aussi leur offre quelque chose :

« Après cinq trajets avec moi, j’offre le suivant ! »

Cette semaine est pas mal, nous dit-il en nous montrant le contenu d’un petit gobelet où il conserve le paiement des ses covoiturages.

« Quand c’est le début des vacances j’ai beaucoup plus de monde. Ça m’arrive de me faire 100 euros la semaine ».

Les meilleurs mois, les covoiturages peuvent donc lui rapporter jusqu’à 400 euros mais la plupart du temps ce sont « de faibles revenus ».

La demande, les réservations sont là, de la part de voyageurs que le prix du Rhônexpress (près de 15 euros l’aller et 26 euros l’aller-retour) rebute. Par manque de moyen d’une part. Mais aussi par principe pour certains ou parce que parfois le tarif du fameux tram rouge est parfois plus cher que le billet d’avion pris ensuite à l’aéroport.

« J’ai une personne qui toutes les semaines retrouve son épouse, elle arrive le mardi et part le jeudi. Cela fait un budget pas possible sachant qu’en venant avec un train Ouigo aller, depuis Marne-la-Vallée ou de Marseille, coûte 10 euros. En revanche tu payes 15 euros pour aller de l’aéroport jusqu’à Meyzieu. C’est complètement absurde ! »

Une dizaine d’annonces régulières à 5 euros le trajet en moyenne


82% des salariés de l’aéroport vont au travail en voiture
Le plan de déplacements inter-entreprises sur la zone aéroportuaire a été mis en place en 2012. Aujourd’hui, selon sa responsable il concerne 24 entreprise et environ la moitié des 5300 salariés du site. En 2015, 82% d’entre eux effectuaient leurs déplacements domicile-travail en voiture. L’accent est mis sur les modes doux et le covoiturage pour parvenir à un taux de 80% d’ici 2019. Mais avec des parkings à disposition et gratuits ils sont très nombreux à se rendre au travail en voiture. « On insiste sur le covoiturage mais c’est un vrai changement de comportement », reconnaît Marie-Christine Bernier responsable développement intermodalité à l’aéroport de Lyon.

Ils ne sont que 2% à covoiturer via l’espace dédié sur le site de covoiturage du département du Rhône. »Nous allons faire une action forte cette année parce que quand les salariés se rencontrent ils réalisent que beaucoup d’autres habitent près de chez eux. Selon une étude que nous avons menée, 88% des salariés ont des possibilités de covoiturage à moins de 1 kilomètre de chez eux », poursuit-elle.

La transition se veut donc progressive. Ceux qui ont sauté le pas ont pour la plupart des horaires réguliers et les horaires décalées seraient un frein. Pour Marie-Christine Bernier il n’est pas question de « dire aux salariés de devenir covoitureurs tous les jours mais plutôt de temps en temps ».

Comme Barthélémy, ils sont une bonne dizaine (selon les annonces en cours en ce mois de janvier sur Blablacar) à proposer quotidiennement des trajets entre Lyon et l’aéroport via la plateforme. Les horaires des trajets proposés dépendant donc de leurs horaires de travail. Certains démarrent ainsi à 4 heures du matin, beaucoup se situent entre 7h et 8h du matin et vers 18h en début de soirée pour le retour. Difficile de parler d’une alternative réelle à un autre mode de transport (en commun ou taxi). S’ils ne correspondent pas aux heures de départ ou d’arrivée de son vol (ou de son train) alors il faut être patient.

Les co-voitureurs Blablacar entre Lyon et l’aéroport Saint-Exupéry annoncent des tarifs de 5 euros en moyenne. Leurs passagers ? Des voyageurs allant prendre un train ou un avion et qui ne peuvent ou ne veulent pas prendre le Rhônexpress. Les salariés de la zone aéroportuaire, eux, vont très majoritairement au travail avec leur propre véhicule (voir ci-contre).

Ces salariés qui covoiturent via Blablacar ne posent pas de problème à l’aéroport.

« On encourage toutes les initiatives pour rendre l’aéroport plus accessible », répond Marie-Christine Bernier, responsable Développement Intermodalité à l’aéroport de Lyon. .

Pour se rendre à Saint-Ex’, les voyageurs sans voiture depuis Lyon n’ont que deux solutions : le taxi ou le Rhônexpress. D’août à décembre 2015, deux lignes de bus des TCL desservaient l’aéroport permettant ainsi, après plusieurs correspondances, de s’y rendre pour le prix d’un ticket à 1,8 euro. La communauté de communes de l’Est Lyonnais ayant intégré le réseau des TCL. Mais l’exploitant du Rhônexpress a fait valoir l’exclusivité de la desserte qui lui est assurée selon les termes de la concession accordée par le département du Rhône à sa création. Il avance une perte de 15% de sa clientèle. Les TCL ont fait marche arrière et dérouté les lignes de bus 29 et 30 de l’aéroport à compter du 1er janvier 2016. En somme, il est le seul transport en commun reliant le centre de Lyon à la plateforme aéroportuaire.

Et son prix ulcère bon nombre de voyageurs. Après l’annonce de la modification des itinéraires des deux lignes de bus en novembre dernier, une pétition avait même été lancée.

Une situation qui ne dérange pas non plus l’aéroport Saint-Exupéry qui met en avant au contraire une concurrence bénéfique entre tous les modes de transports.

« Au final qui décide ? Le client. Le Rhônexpress est un très bon service, tous les modes de transport ont leur marché et correspondent aux profils des clients », assure Marie-Christine Bernier.

Des trajets le matin, le soir et même entre midi et deux

Comme Barthélémy, Omar constate une évolution dans l’âge des passagers qu’il véhicule. Beaucoup de jeunes mais aussi de plus en plus de « quinqua » voire de « papis et mamis ». Lui, habite à Saint-Etienne et travaille comme agent sur la piste de l’aéroport. Il aide notamment les pilotes à parquer les avions.  Trois fois par semaine il fait « double vacation » et travaille de 7h30-10h et de 14h-20h30.

Entre temps, il va chez des amis à Lyon ou Vénissieux pour patienter. Depuis deux mois, il propose des covoiturages via Blablacar. D’ailleurs, ce sont désormais ces trajets-là qui « marchent le mieux », calcule-t-il.

« Même si le trajet est complet, les gens me contactent pour me demander d’appeler quelqu’un que je connais pour proposer des places. Je suis quasiment plein tous les jours sur l’aller-retour entre Lyon et Saint-Etienne. J’ai dû transporter à peu près 250 personnes depuis juin dernier.»

A la fin du mois il dit récolter, hors déduction des frais d’essence, environ 400 euros.

Lui aussi insiste sur le prix du Rhônexpress qui pousse sur la banquette de sa voiture les voyageurs.

« Les gens me parlent beaucoup de ce tarif. Pour éviter aux gens de prendre le Rhonexpress. Depuis Saint-Etienne par exemple, il faut prendre le TER à 10 euros et le Rhônexpress à 15 euros, ça fait un aller retour à près de 50 euros. C’est abusé franchement. »

D’ailleurs, Barthélemy s’est mis lui aussi à faire des covoiturages en milieu de journée. Il assure prendre rarement sa pause déjeuner et a décidé, après

"Vous allez aimer changer d'air". A 15 euros le trajet en Rhônexpress certains ont pris son slogan au pied de la lettre © BE/Rue89Lyon

« Vous allez aimer changer d’air ». A 15 euros le trajet en Rhônexpress certains ont pris son slogan au pied de la lettre © BE/Rue89Lyon

de nombreuses sollicitations de voyageurs dit-il, de faire un aller-retour vers midi. Pour ce trajet il ne gagne pas le centre de Lyon mais dépose les voyageurs à l’arrêt de tram Meyzieu Z.I. Pour seulement quelques minutes de voiture.

« A midi, les gens sont un peu dégoûtés en voyant le temps de trajet très court.  En arrivant à la station de tram, je leur dis ‘voilà vous payez 15 euros pour ça’.»

Du covoiturage « par principe » face au tarif du Rhônexpress

Les deux disent assurer ces covoiturages quasi quotidiens « par principe » et « pour aider ». La tentation pécuniaire n’est pas niée mais elle serait au fil du temps devenue secondaire.

Les trajets qu’il assure sur sa pause de midis, Barthélémy avoue qu’ils sont « un peu borderline ».

« Ces trajets là c’est pas vraiment du covoiturage, je surfe sur le truc. Mais c’est plus de l’aide pour que les gens ne payent pas aussi cher pour un trajet aussi court. Je fais ça davantage pour rendre service.»

Omar, lui, n’a pas l’impression de « gratter de l’argent » ou alors rien qu’un peu. Et puis pour lui « ça n’a rien d’illégal, sinon [il] ne le ferai[t] pas ». Au mois d’avril il sera définitivement embauché et aura des horaires rapprochés. Il arrêtera donc les trajets à la mi-journée entre l’aéroport Saint-Exupéry et Lyon.

En attendant il continue.

« Je fais ça pour partager les frais, bien sûr, mais aussi par principe, parce qu’il n’y a pas d’autre alternative au Rhônexpress. C’est un des transports les plus chers de France je pense. »

D’Europe en fait.

Même s’il ne se voit pas comme une concurrence aux taxis ou aux VTC, Barthélemy note ainsi sur un agenda ses réservations de trajets.

L'agenda des covoiturages de Barth la semaine du 11 janvier © Photo DR

L’agenda des covoiturages de Barth la semaine du 11 janvier © Photo DR

D’ailleurs, quand les deux lignes de bus des TCL, 29 et 30 ont été modifiées, Barthélémy avait moins de monde.

« J’ai vraiment senti l’effet bus. Avant c’était des semaines comme celle-là, plutôt bonnes. Pendant le bus, je n’avais plus beaucoup de personnes, je faisais des semaines calmes qui me ramenaient environ 50 euros », dit-il.

« Faites attention les taxis vont vous tomber dessus »

On est monté dans la voiture d’Omar au dépose-minute de la gare TGV, à quelques mètres à peine de la station de taxi.

« Je n’ai jamais eu de souci avec les chauffeurs de taxi. Souvent ils me regardent de travers. Ma voiture est reconnaissable en plus et elle a le sticker Blablacar collé à l’arrière. »

Pour Barthélémy, c’est parfois allé un peu plus loin. Il a débuté les covoiturages au moment de l’apparition de Uber à Lyon.

« Je venais tout juste de commencer à faire les covoiturages, un taxi m’a appelé à mon boulot. Et il m’a menacé : ‘On vous a vu a l’aéroport avec votre voiture, je vous préviens : les collègues parlent beaucoup de vous, faites attention, ils vont vous tomber dessus’ ».

Il se souvient également d’une anecdote :

« Un matin je transportais une Russe. Déjà, elle a eu peur que je la kidnappe car je n’emprunte pas la route habituelle, je passe par Meyzieu et les petites routes au milieu des champs pour arriver à l’aéroport. Arrivé à la gare TGV, elle me donne l’argent dehors. Un taxi m’a sauté dessus et m’a dit : ‘vous n’avez pas le droit, c’est de la concurrence déloyale, faites attention’. Il m’a pris pour un chauffeur Uber je pense. La nana, elle, en voyant le chauffeur de taxi me tomber dessus, a jeté les sous et s’est barrée en courant ! »

« On a Blablacar dans le collimateur depuis un moment »

Ce qui gêne Pascal Wilder, président de la Fédération des taxis indépendants du Rhône, c’est la fréquence de ces trajets qui deviennent à ses yeux lucratifs. Pour lui, les covoitureurs Blablacar deviennent « une concurrence et leur activité doit être déclarée ».

« Je n’ai rien contre le covoiturage. Si ces gens prennent une ou deux personnes qui participent aux frais de déplacements, il n’y a pas de problème. Mais certains véhiculent quatre parfois cinq personnes selon la taille des voitures et on en a vus certains proposer le trajet cinq fois par jour. Et là ils gagnent de l’argent et ça devient presque un service comme Uber Pop. »

L’été dernier, les tensions ont été très fortes chez les taxis contre le service de Uber, interdit depuis. Leur opposition face aux autres services de VTC n’est pas retombée et une manifestation nationale est prévue le 26 janvier. Les covoitureurs ne semblent pas cristalliser leur colère mais Pascal Wilder répète qu’ils ont « Blablacar dans le collimateur depuis un moment ».

« On a communiqué avec Blablacar en août dernier. On nous a resservi le couplet de l’économie de partage mais quand l’entreprise est valorisée en millions d’euros (plus d’un milliard d’euros même, ndlr), faut arrêter. Dans de pareils cas, ces gens profitent du système et ne payent aucune charge », estime-t-il.

Barthélémy déclare déduire de ses impôts ses frais de trajet domicile-travail matin et soir et « pas ceux entre midi et deux ». Mais pas les sommes versées par les covoitureurs. Dans le cadre d’une rémunération et de trajets réguliers domicile-travail, ces sommes devraient normalement l’être.

Quant à la dimension morale de ces covoitureurs réguliers qui disent aussi vouloir aider des voyageurs à payer moins cher, Pascal Wilder n’y croit qu’à moitié.

« Qu’ils le pensent sincèrement, je veux bien le croire. Mais c’est se donner bonne conscience. Le Rhônexpress est cher ? Peut-être, mais c’est un service privé qui doit être rentable. »

« Si demain je n’ai plus de covoiturage, ce n’est pas grave »

Barthelemy, après avoir été aiguillé sur le « filon » par une collègue de travail, a mis le pied à l’étrier à son tour à un de ses collègues. Omar connaît « deux-trois mecs qui font ça aussi » dans ses relations professionnelles mais estime que le système n’est encore « pas très connu ». De la part des travailleurs de la zone aéroportuaire mais aussi des voyageurs comme alternative aux autres mode de transport.

Omar continuera lui aussi ses allers-retours entre Saint-Etienne et Lyon en covoiturage forcément plus rentable. Barthélémy assure ne souhaiter qu’une chose pour les voyageurs : qu’un tarif plus raisonnable soit mis en place. Approchant celui des anciennes navettes bus, Satobus, qui reliaient Lyon à l’aéroport en passant par Part-Dieu, Jean-Macé ou Mermoz.

« Je pense que jusqu’à 8 euros, ça passe psychologiquement pour les gens. Et si demain je n’ai plus de covoiturage et parce qu’il y a un bus qui est remis en place ou autre chose, ce n’est pas grave. Je laisserai mes annonces, même si ça ne sert qu’à une personne. Mais en attendant le tarif est tellement élevé. »

Partager cet article

L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon
En BREF

La piscine de Gerland rouvrira finalement en attendant le futur bassin promis

par Rue89Lyon. 496 visites. 1 commentaire.

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 578 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 469 visites. Aucun commentaire pour l'instant.