Appartement 16
  • 8:49
  • 20 janvier 2016
  • par Le Petit Bulletin

Vincent Lindon exalté dans Les Chevaliers blancs

254 visites | aucun commentaire

S’inspirant de l’affaire de l’Arche de Zoé, Joachim Lafosse confie à un Vincent Lindon vibrant un rôle d’humanitaire exalté prêt à tout pour exfiltrer des orphelins africains.

L’année 2016 pourrait bien être aussi faste que la précédente pour le comédien récompensé à Cannes avec La Loi du marché.

chevaliers-blancs

 23 ans d’humanitaire
C’est à Lyon qu’a eu lieu la seule avant-première du film Les Chevaliers blancs, en présence de Vincent Lindon, avec un débat animé par Rue89Lyon. Dans la salle du Comoedia, Jean-Pierre Veyrenche, ingénieur hydraulicien de métier, est intervenu pour délivrer son expérience. Il travaille dans le milieu de la solidarité internationale depuis 23 ans. En plus des missions humanitaires, il est formateur (notamment à l’école 3A) et consultant pour les ONG et les Nations Unies. Retrouvez sa tribune rédigée spécialement, intitulée “L’Arche de Zoé, ou tout ce qu’il ne faut pas faire en matière d’humanitaire

”.

Rue89Lyon

Qu’il situe ses histoires dans le cadre intime d’une famille en train de se disloquer (Nue Propriété, À perdre la raison) ou, comme ici, au sein d’un groupe gagné par le doute et miné par les tensions, Joachim Lafosse suit film après film des schémas psychologiques comparables : il décrit des relations excessives, où un dominateur abusif exerce une subjugation dévastatrice sur son entourage.

Cette figure charismatique n’est pas toujours ab initio animée d’intentions malveillantes : le personnage que joue Lindon dans Les Chevaliers blancs est mu par une mission humanitaire qu’il considère comme supérieure à toute autre considération, toute contingence, y compris la sécurité des membres de son équipe. La poursuite orgueilleuse de son idéal va le faire glisser dans une spirale perverse.

Hors de tout manichéisme, Lafosse ne réduit pas ce mentor déviant aux seuls effets de sa malignité : sans chercher à l’exonérer, il le montre dévoré par de sincères souffrances ; pareil au Drogo du Désert des Tartares, écrasé par la chaleur, l’attente, l’impatience –plus éprouvé et manipulé en somme, que délibérément manipulateur.

Lindon en sa méthode

On ne s’étonnera pas de retrouver Vincent Lindon dans l’uniforme de ce chef de meute jusqu’au-boutiste – un rôle tout en tension, dont l’incandescence contenue lui sied à merveille. Sa décision de l’incarner a été fondée sur une conjonction entre “l’envie immédiate, instinctive, animale d’être le personnage», sa crédibilité, et le rapport humain qu’il imaginait pouvoir construire avec le réalisateur.

Car lorsque Lindon s’investit dans un film,c’est de manière plus que physique : entière – davantage qu’un comédien classique :

“Je suis un acteur qui adore être un compagnon énorme pour le metteur en scène ; être là tout le temps, présent pour l’épauler et, accessoirement, jouer la comédie entre “moteur” et “couper”. J’aime partager tout comme un assistant, un copilote.”

Une approche maïeuticienne, qui réclame aussi un lien exclusif – en résonance parfaite, donc, avec les préoccupations ordinaires de Lafosse.

De là cette osmose, qui rend Les Chevaliers blancs si intense et humain, à la lisière permanente de l’explosion, alors que cette équipée de piedsnickelés aurait pu virer au pathétique.

Par Vincent Raymond sur petit-bulletin.fr.

Les Chevaliers blancs, de Joachim Lafosse (Fr/Bel, 1h52) avec Vincent Lindon, Louise Bourgoin, Valérie Donzelli, Reda Kateb, Bintou Rimtobaye…


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available