Société 

Dans le bus Paris-Lyon à 7 euros : « wifi gratuit mais WC hors-service »

actualisé le 22/01/2016 à 09h04

Robin Prudent, journaliste à Rue89, a testé le car qui relie Lyon à Paris (et inversement) pour seulement 7 euros. Premier bilan à bord, cinq mois après la « libéralisation » de l’activité en France.

Un autocar Megabus à Lyon, le 18 janvier 2016 - Robin Prudent/Rue89

Un autocar Megabus à Lyon, le 18 janvier 2016 – Robin Prudent/Rue89

Il est 16h15 ce lundi, quand Abdel (les prénoms ont été modifiés), le chauffeur, allume le moteur. La carlingue tremble un peu. Le bus démarre pile à l’heure. Arrivée prévue à Lyon 5 heures et 55 minutes plus tard.

Un passage devant Bercy

A peine en route, le chauffeur, chemise blanche et cravate bleue rayée jaune – les couleurs de Megabus – prend le micro.

« Madame, monsieur, bonsoir. […] Le wifi est gratuit, les WC sont hors service. »

On dirait un slogan, symbole des priorités d’aujourd’hui.

L’autocar sort de la sombre gare routière, face à lui, le ministère de l’Economie surplombe le quai de Bercy. Certains y verraient un hommage à leur « libérateur », Emmanuel Macron.

Cela fait maintenant cinq mois que les autocars peuvent desservir n’importe quelle ville française, grâce à la loi Macron.

Le ministère de l’Economie, tout fier de pouvoir prendre une mesure enfin visible et palpable pour le commun des mortels, n’en finit plus de s’autocongratuler. Il dressait un premier bilan tout rose en décembre dernier.

En quatre mois, au moins 500 000 passagers ont été transportés, et 146 villes et aéroports sont désormais desservis. Impressionnant ? Une goutte d’eau par rapport au réseau ferroviaire, qui comptait plus de 3 000 gares et plus de 126 millions de voyageurs en TGV (ou équivalent) en 2013.

(…)

Abdel découche douze fois par mois

La trentaine, une jolie montre qui brille au poignet, Abdel est chauffeur pour Megabus depuis deux mois seulement. Les nouveaux entrants comme lui ne conduisent que sur les lignes nationales, mais doivent avoir au moins deux ans d’expérience. Avant, il conduisait des bus scolaires dans la région lyonnaise.

« Ici, c’est plus intéressant pour la paye, je gagne presque deux fois plus. Par contre, je découche douze fois par mois, alors qu’avant, je rentrais tous les soirs chez moi, c’était pépère. »

 

Lire la suite sur Rue89

 

 

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89
Rue89
Rue89, le pure-player d'information monté depuis Paris et sur lequel une équipe de journalistes lyonnais à pris modèle pour lancer Rue89Lyon.
En BREF

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Au Forum de l’entrepreunariat, bien-être et zénitude du porteur de projet

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Cour d’appel de Lyon : l’affaire du Center Parcs de Roybon renvoyée en décembre

par Rue89Lyon. 577 visites. 1 commentaire.