Cultures 

La véritable histoire du mot « wesh »

actualisé le 30/10/2015 à 12h14

Le mot « wesh » représente tout un pan de la culture urbaine. Il fait partie de ce que l’argot a de plus emblématique.

En quelques décennies, l’interjection a mué pour symboliser une langue. Mais d’où vient cet adverbe ? D’où cette série de lettre puise-t-elle sa puissance linguistique ? Entre France et Algérie, entre petit Robert et Willy Denzey, on découvre ce qui se cache derrière « wesh », avec l’aide de Dominique Caubet, Professeur des Universités émérite d’arabe maghrébin à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO).

FRANCE-AVIATION-SOCIAL-AIR-FRANCE-DEMO

Par SURLMAG

« C’t’a dire que l’mec a dit « wesh », mais il a pas regardé dans les yeux ». Avant même toutes ces histoires de politesse et de salut, il devrait être naturel de s’interroger sur ce qu’on dit. Que dit-on vraiment quand on dit « wesh » ? D’un point de vue étymologique, le mot puise sa source dans l’arabe algérien.

Il est utilisé principalement dans le « parler jeune » pour s’apostropher depuis ses débuts, aux alentours de 1983. Depuis toujours, c’est un adverbe interrogatif qui peut être utilisé dans des phrases telles que « wech Kayn » qui pourrait se traduire par « qu’y a-t-il ? », ou encore « wech rak » qui correspond à « comment vas-tu ? ».

SURLMAG ET LES CULTURES HIP HOP

Surlmag est passé du blog contributif au site internet affichant (au moins) une double vocation : faire de la culture hip hop un prisme pour parler de l’actualité, monter un projet web avec une équipe entre Lyon et Paris.

Rue89Lyon 

« Wesh ». Variantes orthographiques : wech, ouèche, ouaiche, wèche, wach. Durant les années 1990, le mot traverse la Méditerranée et entre dans le vocabulaire de la jeunesse française. Il accompagnera bananes Lacoste et survêtements Sergio Tacchini dans ce qui fut l’un des âges fastes du rap français. Mais à partir de 2002, avec la sortie en salle du film Wesh, wesh, qu’est-ce qui se passe ? de Rabah Ameur-Zaïmeche, le terme se popularise largement et ne connait plus vraiment de frontières sur le territoire français.

Il entrera d’ailleurs dans le Petit Robert, en 2009, avec la définition suivante : « Wech adv interrogatif : – De l’arabe dialectal. Pop. Comment ? Quoi ? Wech Wech ? Que se passe-t-il ? – Parler wech, wech, comme les jeunes de banlieues. »

À ce moment précis, on ne peut s’empêcher d’imaginer à quoi doit ressembler une réunion pour le Petit Robert.

« N’oubliez pas, Robert : réunion à 17h pour définir « narvalo ».

– Aucun problème Robert, il faut de toute façon que je conf-call Robert sur « wech ».

– Ouais, bah en attendant, j’espère que Robert a reçu mon memo briefing sur l’utilisation de l’expression « les bails ». »

18 points au scrabble

FRANCE-AVIATION-SOCIAL-AIR-FRANCE-DEMO

Après ce succès et une assimilation totale en France et en Algérie, le mot se redirige vers le Maroc par le prisme du réseau social Facebook. À noter que le sens du terme varie de son utilisation algérienne. Au Maroc, « wesh » exprime le « est-ce que / quoi » alors qu’en Algérie, il peut être traduit par « quoi / qu’est-ce que ». Donc, par exemple « wach kliti » exprime « est-ce que tu as mangé ? », tandis qu’en algérien ce serait « qu’est-ce que tu as mangé ? ».

Fait d’une importance capitale : le mot « wech » fut validé au scrabble après son entrée dans le dictionnaire. Le mot rapporte à lui seul 18 points, et évidemment 38 si votre première lettre est sur une case lettre compte triple. De quoi coiffer aux poteaux tous les porteurs de pacemaker et réticents à la canicule de votre quartier.

Le « wesh » peut revêtir un nombre très important d’utilisations que nous allons tenter d’aborder ici.

Pour ce qui est de ces utilisations adverbiales, on peut par exemple signifier l’agacement : « Wesh c’est quoi ce bordel ? ».

On peut également inciter à l’action, on se place alors dans le registre de la communication incentive : « Wesh fais pas le crevard, fais-tourner. » Ici, l’interlocuteur A invite le locuteur B à ne pas faire preuve d’égoïsme et à partager avec lui le bien en sa possession.

Alors qu’il est capable d’imposer ou d’exprimer l’agacement, on peut également l’utiliser dans un contexte d’apaisement. D’où le fameux : «Tranquille wesh ! ».

« Ces wesh-wesh ne font que taguer le porche du presbytère »

FRANCE-AVIATION-SOCIAL-AIR-FRANCE-DEMO

Au Maroc, son utilisation peut exprimer l’admiration ou l’approbation. On pourra trouver par exemple sur la photo Facebook d’une jeune fille peu vêtue un « wesh wesh ». Ce qui signifie que l’internaute en question valide largement le contenu numérique qui lui est proposé.

Mais si « wech » peut être un adverbe, il peut aussi se faire nom. Il peut alors designer une langue ; il existe d’ailleurs plusieurs dictionnaires du « wesh » qui se sont donnés pour mission d’explorer les tenants et aboutissants de l’argot. Des manuels qui serviront la plupart du temps à des quarantenaires en polo Vicomte fluo à sortir un « narvalo » en pleine réunion de famille, afin d’affirmer qu’ils sont bien présents sur Facebook ainsi que sur le ter-ter.

Si « wesh » désigne une langue, il peut aussi désigner les locuteurs du langage en question. Notons cependant que dans ce sens, il a fréquemment une connotation négative. Exemple : « Ces wesh-wesh ne font que taguer le porche du presbytère, c’est agaçant. »

Enfin, on peut également utiliser le « wesh » en tant qu’adjectif ; on peut alors parler de « littérature wesh » pour l’autobiographie de La Fouine, de « cuisine wesh » pour les petits plats de Flavor Flav ou de « comptabilité wesh » pour l’affaire Bygmalion.

Il parait donc évident que l’on ne peut limiter notre compréhension du « wesh » aux lignes qui lui sont accordées dans des ouvrages tels que le Petit Robert ou le Larousse. Ces monographies ne parviennent pas à exprimer ce qui fait l’essence du « wesh ». À savoir son caractère fondamentalement social et définitivement informel. Alors utilisons le « wesh », modulons le « wesh », aimons le « wesh ». Avant qu’il ne parte dans le zef.

Partager cet article