Environnement 

Pour devenir une « ville respirable », la Métropole de Lyon évite les sujets délicats

actualisé le 15/10/2015 à 14h41

Au regard de ses taux de pollution battant, la Métropole de Lyon a évidemment été retenue par le ministère de l’Ecologie suite à l’appel à projets « Villes respirables ». Si d’autres grandes métropoles ont présenté un plan, parfois coercitif, à Lyon les sujets délicats concernant notamment des dispositifs de restriction de circulation sont évités pour le moment.

pollution-ciel-lyon

Ciel pollué à Lyon. ©Mickaël Draï

Respirera-t-on mieux à Lyon et dans l’agglomération dans cinq ans ? Les pics de pollution, à l’ozone ou aux particules, y sont fréquents. Si le transport routier où l’activité industrielle sont souvent cités, les causes proviennent aussi d’autres sources.

En avril dernier la Commission Européenne a émis une procédure d’infraction contre la France lui demandant de respecter la législation européenne concernant l’exposition de ses citoyens aux particules fines. Lyon est notamment cité par l’instance européenne :

« Les chiffres des autorités françaises les plus récents montrent que le problème de pollution de l’air persiste et que les limites maximales journalières pour ces particules sont dépassées dans 10 zones: Paris, Lyon, Grenoble, Marseille, Martinique, Rhône-Alpes–ZUR (Vallée de l’Arve), PACA–ZUR (Zone urbaine régionale), Nice, Toulon, Douai-Béthune-Valenciennes. »

En juin dernier, Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie lançait donc en réponse l’appel à projet « Villes respirables ». Selon la communication officielle, il s’agit de :

« Faire émerger des « villes laboratoires » volontaires pour mettre en œuvre des mesures exemplaires pour la reconquête de la qualité de l’air afin de garantir, dans un délai de cinq ans, un air sain aux populations ».

« J’ai demandé le dossier et je ne l’ai toujours pas »

Le 25 septembre dernier, le ministère révélait les collectivités lauréates parmi lesquelles la Métropole de Lyon, dans la catégorie « Villes respirables en 5 ans ». Selon le ministère, les collectivités concernées

« s’engagent à mettre en œuvre des mesures radicales dans le domaine de la mobilité mais également, au regard des enjeux locaux, dans le domaine résidentiel, industriel et agricole. »

Qu’a présenté dans son dossier la Métropole de Lyon pour devenir une « ville respirable » ? Jusqu’à ce jour, très difficile de le savoir. Aucune communication officielle et pas de réponse à nos demandes. Même les élus peinent à le savoir. Pierre Hémon, conseiller communautaire EELV, s’en plaint :

« J’ai demandé le dossier qui a été déposé au cabinet du président et au vice-président en charge de l’environnement. Je ne l’ai toujours pas et ça m’agace. »

Selon le cahier des charges prévu par le ministère de l’Ecologie, les collectivités retenues doivent notamment :

  • « créer ou préfigurer une zone à circulation restreinte dans laquelle l’accès sera réservée aux véhicules les moins polluants »
  • et mener au moins deux actions complémentaires dans les secteurs des transports et de la mobilité, de l’agriculture, du logement, de l’innovation et de la planification urbaine.

Thierry Philip, vice-président en charge de l’Environnement à la Métropole de Lyon, a fini par nous répondre… vaguement, sur ce que la Métropole de Lyon avait soumis aux services du Ministère. Pour l’essentiel, des « mesures en faveur de l’environnement et de la transition énergétique », prévues dans le plan de mandat jusqu’en 2020 et présenté au début de l’été.

« On a mis dans ce dossier le milliard d’euros que nous allons investir pour développer les transports en commun. Cela concerne les politiques en faveur de l’autopartage et des véhicules électriques, les 400 km de pistes cyclables, le déploiement de Velo’v électriques, l’aide à la rénovation thermique ou l’aide au remplacement des équipements de chauffage au bois financé pour moitié par l’ADEME », indique Thierry Philip.

Figurent également selon l’élu dans ce dossier, qui doit permettre un financement et une aide technique des services de l’État, la rénovation du pôle d’échange de la Part-Dieu qui « va renforcer l’offre de transports en commun » mais aussi un dispositif d’audit énergétique en direction des entreprises et l’aide au développement du biogaz auprès des professions agricoles.

Zones de circulation restreinte ? « On étudie »

Concernant les questions plus délicates de la circulation alternée, de zones de circulation restreinte, de l’idée du péage urbain évoquée par Gérard Collomb, de la déclassification de l’autoroute A6/A7 pour détourner une partie du trafic du tunnel de Fourvière et que Gérard Collomb président de la Métropole appelle pourtant de ses voeux, tout cela « ne fait pas partie du dossier » présenté à l’Etat affirme Thierry Philip.

Concernant la zone de circulation restreinte que les porteurs de projets s’engagent à mettre en place (ou préfigurer), l’élu évoque « une réflexion ».

« On ciblerait les poids lourds les plus polluants qui seraient interdits durant les périodes de pics de pollution. Pour le moment, on étudie. »

Quels types de véhicules ? Quel zonage ? Pour l’heure la Métropole reste donc très prudente.

« La différence avec d’autres collectivités est qu’on a énormément travaillé sur la prévention et moins sur les pics de pollution. On privilégie ce qui est en amont et cause les pics plutôt que les pics eux-mêmes qui finissent de toutes façons par passer », estime Thierry Philip.

En juin dernier lors de la présentation du plan de mandat il rappelait pourtant que :

« Les pics aigus de pollution, c’est là où on peut faire le plus de progrès ».

Concernant le soutien financier ou technique apporté par l’État, les métropoles de Strasbourg et Grenoble elles aussi retenues annoncent un soutien d’un million d’euros. A Lyon, l’élu indique que « ce n’est pas encore très clair ».

En matière de circulation restreinte, les deux villes semblent d’ailleurs plus en avance. En février dernier, Ségolène Royal avait annoncé un système de vignettes de couleur pour classer les véhicules selon l’âge et le carburant des véhicules. Ce dispositif doit permettre durant les épisodes de pollution de laisser circuler dans les zones délimitées ceux arborant la vignette adéquate.

Le dispositif sera testé dès ce mois d’octobre à Grenoble. A Strasbourg les vignettes seront disponibles dès janvier 2016 même si pour le moment la collectivité, comme à Lyon, indique toujours être en phase d’étude et pas encore prête.

Partager cet article

L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon
En BREF

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 558 visites. 2 commentaires.

Contre l’A45, une première fête pour relancer la mobilisation

par Rue89Lyon. 1 016 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Lyon, une petite manif de rentrée contre la loi travail

par Laurent Burlet. 2 416 visites. Aucun commentaire pour l'instant.