Économie  Société 

Qatar Airways atterrit à Lyon, c’est l’un des coups durs pour Air France

actualisé le 07/10/2015 à 22h46

Jusque là évoqué à demi-mot, le « deal » n’est désormais plus un secret ni une info écrite au conditionnel dans la presse :

« Le Qatar avait mis une condition à l’achat [des 24 avions Rafale français] : obtenir des droits de trafic supplémentaires vers la France pour sa compagnie aérienne, Qatar Airways. L’émirat a eu gain de cause. Les avions de Qatar Airways, qui desservent déjà Paris, pourront désormais atterrir à Lyon et à Nice, vraisemblablement trois fois par semaine », lit-on sur lemonde.fr.

Aéroport de Lyon Saint-Exupéry depuis la tour de contrôle le 2 mai 2006© Jean-François Marin/Aéroports de Lyon

Aéroport de Lyon Saint-Exupéry depuis la tour de contrôle le 2 mai 2006© Jean-François Marin/Aéroports de Lyon

François Hollande, président de la République, avait toutefois déclaré depuis Doha (au Qatar), où il s’est déplacé en mai dernier pour assister personnellement à la vente de ces 24 avions de combat Rafale, qu’il ne s’agissait pas de « contreparties ». Mais de « discussions parallèles ».

Question de vocabulaire.


Les droits de trafic, c’est quoi ?
Les compagnies aériennes européennes et américaines bénéficient d’accords « open sky » qui leur permet de mettre en place des liaisons aériennes librement. Ce n’est pas le cas des compagnies de pays émergents comme les compagnies du Golfe (Emirates, Qatar Airways, Etihad) ou la compagnie russe Aéroflot). Tout se négocie entre les états en accordant plus ou moins de droits de trafic.

Ces « discussions » ou négociations entre la France et le Qatar ne sont pas sans conséquence pour Air France, qui traverse actuellement une importante crise et vient d’annoncer un plan social massif.

La compagnie aérienne a du mal à se positionner sur le marché international et à faire face aux propositions commerciales agressives de ses concurrentes du Golfe.

Le journal Le Monde rappelle qu’un avion long courrier retiré de l’ensemble de la flotte d’Air France se répercute immédiatement : c’est « 300 emplois directs en moins ».

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.
En BREF

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 947 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La distribution de tracts est-elle un délit ?

par Rue89Lyon. 369 visites. 1 commentaire.

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. 202 visites. Aucun commentaire pour l'instant.