Le blog du taulard inconnu
Le taulard inconnu risque de sévères sanctions en publiant ses écrits, alors il est anonyme. C'est aussi pour protéger son identité que le nom de la prison dans laquelle il se trouve n'est pas révélé pour l'instant. C'est une prison de la région Rhône-Alpes, quelque part dans une zone grise près de l'autoroute, bref, une prison banale. Quand viendra l'heure de sa libération, il dévoilera son identité et le lieu de son incarcération.
Blogs  Le blog du taulard inconnu 

Blog du taulard #44 : gros mots et questions de sémantique

actualisé le 30/07/2015 à 17h40

Aujourd’hui, sans commune mesure avec le siècle précédent, il faut, plus que jamais, parler le « politiquement correct ». Pourtant, comme dirait un copain, la sémantique a assez menti.

prison-bourg-en-bresse

prison-bourg-en-bresse

Eh oui, nous sommes au temps du politiquement correct, qui en vérité signifie langue de bois, ou parler pour ne rien dire. Parce que quand tu appelles un chat un chat, lecteur, on vient te dire que tu n’es pas pédagogique, qu’il ne faut pas brusquer la compréhension, que ton message est rejeté car pas assez rond ni assez délicat, que tu peux blesser la dignité des écoutants et autres messages de censure.

Je ne dirai plus…

Making of
Le taulard inconnu risque de sévères sanctions en faisant publier ses écrits, alors il est anonyme. Il est sorti de prison au cours de l’écriture de ce blog. Mais nous ne révélerons son identité et le nom de la prison dans laquelle il a été détenu qu’après le délai de prescription du délit pour lequel il pourrait être poursuivi, c’est à dire avoir fait sortir des informations de sa cellule sans autorisation de l’administration pénitentiaire, transgressant les règles régissant la communication du détenu avec l’extérieur.

Rue89Lyon

Alors pour être dans le coup on va jouer au jeu du « pas parler » dont voici les commandements :
je ne dirai plus enculés de keufs mais forces républicaines de sécurité. Je ne dirai plus salauds de corbeaux mais juges indépendants. Je ne dirai plus massacre au tribunal, mais mesure judiciaire ou mise sous main de justice. Je ne dirai plus baveux mais auxiliaire de justice. Je ne dirai plus condamnation mais action de prise de conscience. Je ne dirai plus saloperie de taule mais lieu de rédemption. Je ne dirai plus torture blanche mais réinsertion et je ne dirai plus maton mais surveillant.

Tu as compris la subtilité, lecteur. Exactement comme on ne dit plus classes sociales mais partenaires sociaux, patrons exploiteurs mais force de croissance, balayeurs mais techniciens de surface, ghetto mais zone sensible, encore moins voleurs mais élus ou non plus UMP mais LR.

Tu vois, ça a plus de gueule non ? Tout le monde, ou presque, est content même si on parle alors en virtuel. Pas d’émotivité, pas de crispation, du lisse sur lequel tout glisse. Aussitôt dit, aussitôt oublié.

A l’inverse, pour manipuler dans le sens où ils veulent que ça tourne, il ne faut plus dire conséquence de la misère, mais racaille. Il ne faut plus dire injustice sociale et inégalité, mais voyous irrécupérables. Il ne faut plus dire colère mais inadaptation. Il ne faut plus dire individu, mais profil. Il ne faut plus dire passé mais casier judiciaire.

Ceux qu’on prend pour des batraciens

Ça, c’est la face cachée de la sémantique qui mobilise contre les boucs émissaires et oriente les choses pour éclipser la façon dont on a décidé pour toi, mais que tu gardes l’impression d’y avoir participé afin d’aller aux urnes comme un gentil mouton. Là ça marche pas toujours, mais le taux d’échec est négligeable, surtout lorsqu’on ne compte pas l’abstention.

Bon, cette sémantique là, est-ce une mode, une péripétie éphémère de culture comme le verlan. Est-ce que de parler pour ne rien dire et de dire pour conditionner est un phénomène provisoire ?
Non point ! C’est un langage pour grenouilles qui se développe chaque jour davantage ! Je m’explique :

Tu sais, lecteur, que si tu mets des grenouilles dans une casserole où l’eau est bouillante, elles ont un réflexe qui les font sauter hors du récipient. Par contre si tu les mets dans une casserole d’eau froide, et que progressivement tu fais chauffer, docilement, elles s’adaptent à la chaleur de plus en plus élevée et lorsqu’elles s’aperçoivent qu’il serait temps de fuir le danger, il est trop tard pour elles car elles n’ont plus la force d’évacuer la casserole.

Cette sémantique là, c’est la façon de parler aux citoyens qu’on prend pour des batraciens. Prenons un exemple concret : Rocard quand il était premier ministre (hé oui, dans les année 80 à l’heure de la victoire de l’économique sur le social) avait dit, à propos de l’immigration, que la France n’avait pas vocation à accueillir toute la misère du monde. Tollé général et articles de journaux lapidaires. Valls, sur le même sujet, il y a presque deux ans, dit : « les roumains n’ont pas vocation à s’intégrer« , approbation quasi générale.

Christiane Taubira à la tête du conseil constitutionnel ?

Lorsque Taubira est arrivée et qu’elle a promis qu’on allait voir ce qu’on allait voir, elle n’avait oublié de préciser qu’avant de changer de conception carcérale pour sortir la France de la barbarie, il fallait gagner la bataille sémantique (sic) et elle nous a sorti alors du chapeau sa conférence de consensus (je ne ferais aucun jeu de mots hasardeux sur la sémantique de ce mot) qui n’a été en fait qu’un vaste bla-bla, où beaucoup se sont fait avoir.

Cette stratégie, elle l’a appliquée et elle a fait ce qu’elle a dit. Elle a fait de la sémantique.

C’est d’ailleurs la seule chose qu’elle a faite, à l’exception des peines plancher. La suppression de la peine de rétention de sûreté, à savoir maintenir quelqu’un en taule alors qu’il a fini sa peine car soupçonné de dangerosité (les psy de tous poils, d’accord entre eux, pour une fois, disent qu’un diagnostic sur la dangerosité est une sorte de loto) a été rejeté aux calendes grecques.

Elle n’a rien fait non plus pour empêcher les prisons de haute sécurité (QHS moderne) de Condé sur Sarthe et de Vendin le veuil, à côté de quoi Alcatraz et Guantanamo font figure de colonie de vacances, d’ouvrir leur portes sous cette forme.

Elle a beau surjoué son coup de frondeuse cachée à propos des 32h de travail hebdomadaire, la réforme pénale des mineurs attendra elle aussi.

Paraîtrait qu’elle veut se faire virer du gouvernement pour être recasée à la tête du conseil constitutionnel, mais ce sont des bruits hors sémantique puisque c’est le canard enchaîné qui les susurre. Si, néanmoins, cela arrivait, c’est son nouveau dircab qui serait soulagé. (c’est le 5ème en à peine 3 ans).

Ma brosse à dents

Voilà, c’est comme ça, lecteur. On fait semblant de te parler de la prison pour que l’horreur carcérale passe comme une lettre à la poste, pour que tu l’acceptes en discours normal et banal, et que l’opinion dite publique, déjà préparée par la presse, y adhère encore plus.

La sémantique, utilisée ainsi, et non comme branche scientifique de la linguistique, est faite pour que rien ne change et surtout pour dissimuler le mensonge.

Et si tu arrives à trouver une différence entre un ballon et un objet transitionnel rebondissant, j’accepte, pendant une heure, de me faire un nettoyage de langue à la brosse à dents.

Partager cet article
Tags

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Le taulard inconnu
Le taulard inconnu
J'ai parlé de mon quotidien en prison et maintenant de ma vie dehors. Je ne me plains pas, ni ne cherche à me faire plaindre. Je n'ai nul besoin, ni moi ni les autres prisonniers, de compassion, ou encore pire, de pitié. Je témoigne, simplement.
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 453 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 417 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 654 visites. 2 commentaires.