FOOD !  Société 

Le steak parfait ? Il est sans viande !

actualisé le 02/06/2016 à 23h33

Rowan Jacobsen, végétarien, témoigne dans ce texte publié sur Ulyces.co avant d’être repris par Rue89, d’une très intéressante expérience gastronomique.

« J’ai laissé tombé la viande il y a quelques semaines. Autant dire que la rupture ne s’est pas faite en douceur. J’ai passé certains de mes plus beaux souvenirs sur une terrasse, une bière et un cheeseburger à la main.

Mais plus j’en apprenais sur elle et plus j’ai compris que cette relation était toxique pour nous deux. Il y a certaines choses qu’il faut à tout prix éviter de faire si l’on veut pouvoir manger de la viande industrielle tout en étant en paix avec soi-même.

[…]

Nous avons bien besoin de bousculer nos habitudes alimentaires, à commencer par les miennes.

Pourtant, mes précédentes tentatives avaient toutes failli, alors que je me retrouvais confronté à des plats biologiques longs à préparer, et des produits à base de tofu dont l’odeur n’était pas sans rappeler celle du carton.

Il me semblait que tous les steaks végétariens auxquels je goûtais étaient déclinés en deux saveurs aussi répugnantes l’une que l’autre :

  • bouillie de riz complet riche en glucide assommante ;
  • et rondelle de gluten à vous ruiner le côlon.

[…]

Des Beast Burgers sur le grill (Beyond Meat).

Des Beast Burgers sur le grill (Beyond Meat).

J’ai reçu un colis, à l’intérieur se trouvaient quatre steaks dorés de 115 grammes chacun. J’en ai jeté un sur le grill. Le contact a provoqué un grésillement caractéristique satisfaisant. Une belle écume de gras a commencé à crépiter. L’air s’est rempli d’une odeur de bœuf. J’ai toasté deux pains à hamburger et décapsulé une bière. J’ai sorti de la moutarde, du ketchup, des cornichons au vinaigre, des oignons et assemblé le tout. Après avoir ajouté quelques frites sur le côté, j’ai pris une grande bouchée. J’ai mâché. J’ai réfléchi. J’ai continué de mâcher. Et j’ai commencé à avoir foi en l’avenir.

Cela s’appelait un Beast Burger, et il m’avait été envoyé par la société Beyond Meat, basée dans le sud de la Californie, à quelques rues de l’océan. A ce moment-là, le Beast était encore un secret bien gardé. On ne le connaissait que par son nom de code : le Projet Manhattan Beach. J’ai dû supplier Ethan Brown, le patron de la boîte âgé de 43 ans, de m’envoyer un échantillon.

Lire la suite sur Rue89.

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89
Rue89
Rue89, le pure-player d'information monté depuis Paris et sur lequel une équipe de journalistes lyonnais à pris modèle pour lancer Rue89Lyon.
En BREF

La piscine de Gerland rouvrira finalement en attendant le futur bassin promis

par Rue89Lyon. 483 visites. 1 commentaire.

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 567 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 465 visites. Aucun commentaire pour l'instant.