Tribune 

Une sculpture à Miribel-Jonage pour 769 000 euros : « c’est indécent »

actualisé le 10/07/2015 à 10h07

Françoise Souchaud est galeriste à Lyon depuis de nombreuses années. Comme beaucoup, le choix d’installer une sculpture monumentale signée par l’artiste suisse Ugo Rondinone dans le parc de loisirs de Miribel-Jonage l’a scandalisée. La somme investie par les collectivités n’y est pas pour rien.

ugo-rondinone-tweet

« ICI » ou ailleurs : où mettre 800 000 euros d’argent public ?

L’inauguration de la fontaine de Rondinone baptisée « Ici », haute de six mètres de haut, s’est faite en grande pompe en juin dernier, avec tous les représentants des collectivités impliquées, Michel Delpuech, préfet de région, Gérard Collomb, président de la Métropole, etc. Sur le site du ministère de la Culture, il est indiqué que l’oeuvre « vise prioritairement un usage par les enfants dans un site repéré pour sa grande fréquentation (plus de 4 millions de visiteurs à l’année), ainsi que pour sa diversité sociale, ethnique et culturelle. »

C’est justement pour ces raisons que la galeriste lyonnaise Françoise Souchaud s’est agacée de cet investissement de l’argent public, qu’elle remet en cause, imaginant autre chose et pour cet espace de verdure mais aussi pour le public qui s’y rend. 

« Pas moins de 769 000 euros ont été dépensés pour la sculpture de Ugo Rondinone installée dans le parc de Miribel Jonage. Et là, je me demande s’il n’aurait-il pas été possible de faire mieux avec cette somme.

Cette sculpture a donc coûté respectivement 50 000 euros à la Région Rhône-Alpes, 240 000 à la Direction régionales des affaires culturelles de Rhône-Alpes et 479 000 au Syndicat propriétaire du Grand Parc (Symalim) -on ne connaît pas le détail des sommes touchées par l’artiste et par les entreprises locales qui ont réalisé l’ouvrage.

Il y a dans ce choix quelque chose d’indécent. Un budget comme celui-là est rare pour une oeuvre d’art, encore plus aujourd’hui, en période de fortes restrictions.

Je ne veux pas ici mettre en doute l’honnêteté du montage financier, ni la qualité artistique de l’œuvre de cet artiste international aux types d’expression très variées, mais simplement poser la question de savoir, si avec la même somme, il n’aurait pas été possible d’organiser un symposium avec une quinzaine de sculpteurs (de moindre notoriété, mais probablement d’une aussi grande qualité formelle) sélectionnés et invités a travailler, de telle sorte qu’on obtienne une quinzaine de sculptures monumentales qu’il aurait été possible de répartir sur un « chemin de sculptures » au bord du lac, comme cela a été fait par de nombreuses villes.

« Plus à voir et à aimer »

Je pense aussi, qu’au-delà du meilleur rendement ou profit artistique qu’il y aurait eu à faire ce symposium, c’est l’art lui-même et les artistes dans leur diversité qui en auraient été les bénéficiaires en termes de juste reconnaissance et de soutien à leur travail.

J’ai imaginé le plaisir de voir toutes ces sculptures installées le long des berges ou sur un chemin ombragé. J’ai imaginé le plaisir donné à tous ces sculpteurs, de travailler ensemble, de gagner un peu d’argent, de voir leur travail reconnu.

Nous avons sur le territoire des artistes extraordinaires exposés partout ailleurs dans le monde mais pas ici. Cela aurait été une vertu de les montrer dans un parc populaire.

C’est aussi le public qui aurait eu beaucoup plus à voir et à aimer. »

Françoise Souchaud, galeriste.

Partager cet article

L'AUTEUR
Riverain
Riverain
Les riverains, ce sont vous, les lecteurs et utilisateurs de Rue89Lyon. Vous pouvez apporter vos témoignages, vos commentaires, donner vos éclairages.
En BREF

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 203 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 102 visites. 1 commentaire.

Contre l’A45, une première fête pour relancer la mobilisation

par Rue89Lyon. 995 visites. Aucun commentaire pour l'instant.