Actualité 

Une longue marche contre le projet TGV Lyon-Turin

actualisé le 01/07/2015 à 21h49

Partis de Chimilin en Isère le 30 juin, des opposants à la ligne de TGV Lyon-Turin comptent marcher jusqu’à la frontière italienne. 

Ils étaient 70 manifestants environ au départ de l’étape à Chimilin (entre Lyon et Chambéry).

Autant dire que ces marcheurs contre le Lyon-Turin misent sur l’originalité pour dénoncer ce qu’ils considèrent être un projet « inutile », « non démocratique » et « uniquement au bénéfice d’actionnaires ».

Agrémentée de débats et concerts à chaque étape, cette marche « No TAV » (non au TGV en italien) devrait atteindre à la frontière italienne le 10 juillet où des retrouvailles avec les opposants transalpins sont prévues.

La maire de Chimilin, Monique Chabert (sans étiquette) a pris part à la première étape de la marche, qui traversera essentiellement des villes opposées au projet. Elle a répondu aux questions de France 3.

Ce lundi, la Commission européenne a annoncé qu’elle financerait le tunnel transfrontalier à hauteur de 813,8 millions d’euros pour la période 2016-2020.

Un montant décevant pour les deux pays concernés (Italie et France) qui réclamaient 1,2 milliards d’euro, en février dernier.

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

[Tribune] Comment faire gagner en légitimité le fonctionnement de l’Union Européenne ?

par Tribune. Aucun commentaire pour l'instant.

Le « fact-checking » pour rétablir la vérité ?

par Rue89Lyon. 225 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Manif du GUD interdite : combien de militants d’extrême droite dans les rues de Lyon ?

par Rue89Lyon. 2 895 visites. 3 commentaires.