Société 

Démolition de la barre 230 : quelle tête aura la Duchère à l’avenir ?

actualisé le 02/07/2015 à 09h31

Ce jeudi à 11h30 pétantes, la barre 230 de la Duchère va imploser. C’est le dernier bout de la « barre des 1 000 » qui partira en gravats. Le même jour, le maire de Lyon signera symboliquement le « contrat » de politique de la ville en présence de deux ministres. En attendant une nouvelle opération de renouvellement urbain.

La barre 230 qui va être "foudroyée" ce jeudi à 11h30. ©LB/Rue89Lyon

La barre 230 qui va être « foudroyée » ce jeudi à 11h30. ©LB/Rue89Lyon

La Duchère n’a que cinquante ans mais il s’agit déjà d’un quartier chargé d’histoires. Ici, quand on démolit des barres HLM, les ministres viennent. Pour le premier bout de la « barre des 1000 », la troisième colline de Lyon avait accueilli Jean-Louis Borloo. Pour le dernier bout, la 230, feront le déplacement Sylvia Pinel, ministre du logement et Myriam El Khomri, secrétaire d’Etat à la politique de la Ville.

Dernière démolition de barres HLM


Il y a Duchère et Duchère
Depuis 2003, un immense chantier de démolition/reconstruction est en cours sur la troisième colline de Lyon. Cette opération de renouvellement urbain concentre l’immense majorité de ses moyens sur le Plateau, soit 700 millions d’euros de budget pour 13 ans dont 500 millions d’investissements publics. Mais la Duchère, ce n’est pas que le Plateau. C’est aussi trois quartiers périphériques : La Sauvegarde, Balmont et le Château qui, eux, n’ont pas bénéficié de la même remise à neuf.

Ce sera aussi l’occasion pour les ministres d’évoquer le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) qui devrait mobiliser 4,5 milliards d’euros pour continuer le travail de rénovation urbaine engagée qui a abouti à ces démolitions controversées de HLM dans de nombreux quartiers populaires.

La Duchère fait partie de ces « 216 quartiers d’intérêt national » dont la rénovation pourra être financée. Ce nouveau programme devrait en grande partie prendre en charge les travaux de rénovation pour les secteurs de la Sauvegarde et du Château, deux « sous-quartiers ».

Mais selon Bruno Couturier, le responsable du Grand Projet de Ville (GPV) qui pilote cette opération multi-partenaires et financeurs, on ne devrait plus assister à des démolitions :

« En 2003, lors du lancement de l’opération de renouvellement urbain, il y avait des oppositions au démolition. Aujourd’hui ce n’est plus le cas car les habitants ont pu constater une amélioration de leur cadre de vie. On nous demande même des démolitions ».

Plus de la moitié des 339 ménages de la barre 230 (51%) ont souhaité être relogés sur la Duchère. Ce qui a été fait par le propriétaire de la barre, l’Opac du Rhône.

Michel Micoulaz, le directeur du développement de l’Opac du Rhône l’affirme :

« Au Château, à ce stade, aucune autre démolition n’est envisagée ».

Pourquoi les arrêter ? C’est essentiellement une question de moyens selon ce responsable du principal bailleur du Rhône. Il en coûte en effet 4,8 millions d’euros à l’Opac pour démolir uniquement la 230.

Quant à la barre des 100 que certains habitants du Château voudraient voir détruite également, elle a été achetée en 2003 et a fait l’objet de travaux de rénovation.

Le nouveau centre de la Duchère, sur le Plateau. ©LB/Rue89Lyon

Le nouveau centre de la Duchère, sur le Plateau. ©LB/Rue89Lyon


Enfin les quartiers périphériques


Jusque là, une rénovation qui concerne le Plateau
Sur un tiers du territoire de la Duchère, depuis 2003, 1 711 logements sociaux ont été démolis et 1 000 logements neufs ont été livrés (à la fin 2014). L’enjeu étant de passer de 80% à 55% de HLM.
Outre des appartements en accession à la propriété, le Plateau a vu fleurir des équipement publics : deux écoles, une chaufferie à bois, un gymnase, deux crèches associatives, une maison des fêtes, une bibliothèque et, une halle d’athlétisme. Sans compter les commerces en bas d’immeuble et les professionnels de santé (comme un cabinet de kiné et d’infirmier) qui se sont installés.

Cette annonce d’une phase 2 du renouvellement urbain va certainement être bien accueillie par les habitants de ces sous-quartiers.

Cela fait de nombreuses années, que les habitants déploraient cette concentration des moyens sur le Plateau et la dégradation de leur cadre de vie. L’«Avis à mi-parcours » émis en 2010 par le Comité de Suivi Participatif de l’opération de démolition/reconstruction indiquait :

«Les transformations, plus importantes à ce jour sur le Plateau que dans les autres secteurs, donnent à de nombreux habitants de la Sauvegarde et du Château le sentiment d’être exclus du Projet. Et ce, d’autant plus que ces habitants vivent dans des immeubles qui n’ont pas été réhabilités depuis 15 ou 20 ans avec, parfois, une insécurité dans leur immeuble et un isolement de leur quartier ».

Un premier « dispositif de concertation » a été « déployé » (selon la terminologie des bailleurs sociaux) pour permettre aux habitants de s’exprimer sur le sujet. En attendant, ils devraient être nombreux à assister ce jeudi à la démolition de la barre 230 par la technique du « foudroyage » comme l’explique ce reportage de France 3.

Partager cet article

L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 466 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 428 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 668 visites. 2 commentaires.