Société 

Lyon a la piscine la plus chère de France… et des tarifs sociaux inutilisés

[Dans nos archives] Avec le premier soleil, on ne passe plus devant la piscine du Rhône sans lui jeter un coup d’oeil concupiscent. Elle rouvrira le 11 juin prochain, avec des tarifs inchangés. Les Guillotins, association militante du quartier de la Guillotière (7e), avaient réuni des chiffres frappants pour alerter habitants et élus sur les prix d’entrée prohibitifs de cette infrastructure municipale. Il s’agirait donc de la piscine la plus chère de France. [Article initialement publié le 13 mars 2015]

Gérard Collomb se mouille du bout du doigt à la piscine du Rhône. ©Matthieu Beigbeder/Rue89Lyon.

Gérard Collomb se mouille du bout du doigt à la piscine du Rhône. ©Matthieu Beigbeder/Rue89Lyon.

Les Guillotins se sont appuyés sur les statistiques de vente des différents types de tickets qui montrent que les tarifs réduits, sociaux, ont très mal fonctionné en 2014.

On le sait : le tarif plein à la piscine du Rhône est passé à 8 euros à l’occasion de son réaménagement chatoyant et de sa réouverture cet été. Beaucoup se sont étouffés en l’apprenant, mais Gérard Collomb et son adjoint aux sports, Yann Cucherat, ont aussitôt rétorqué :

« Peu de personnes paieront cette somme-là. Il y a tout un éventail de tarifs réduits pour accéder aux piscines. Notamment avec un système de carte d’abonnement. »

Mais en augmentant le ticket d’entrée à la piscine du Rhône, la Ville a en fait revu l’ensemble de la grille tarifaire des piscines municipales dont elle a la charge. Des modifications conséquentes, passées inaperçues jusque là.

 

Mais alors qui est allé à la très chère piscine du Rhône cet été ?

Pour l’ensemble des piscines municipales lyonnaises, jusqu’en 2014, une carte « plein soleil » proposait, pour la saison d’été, 25 entrées pour 6,90 euros à destination des 7-16 ans ; elle était à 14,30 euros pour les 17-25 ans et à 28,70 euros pour les adultes. Elle a été remplacée cet été par une carte « été jeune » réservée aux moins de 18 ans qui augmentent le prix de ces 25 entrées à 50 euros.

Au sein du syndicat des maîtres nageurs (SNPMNS), on fait le calcul et on remarque :

« Cela revient à 2 euros l’entrée, certes, mais il faut débourser 50 euros d’un coup. Qui peut se payer cette carte dans les quartiers populaires de la ville ? »

Ensuite, l’ancienne carte de 10 entrées à tarif réduit, soit à 16,90 euros (pour les personnes sans emploi, les étudiants…) a été supprimée. Désormais, pour les plus de 18 ans, c’est le même tarif pour le chômeur ou celui qui travaille : pour payer le moins cher possible, il faut s’acquitter d’une carte s’élevant à 25 euros pour 10 entrées. Laquelle carte n’est pas disponible à la piscine du Rhône. Ici, le tarif « réduit » est encore plus alambiqué et encore moins engageant, calé sur un système horaire : il s’agit d’une carte à 50 euros qui ouvre le lieu pour 25 heures.

Pour finir le tour de cette grille complexe, il existe quand même un tarif réduit unitaire, qui place donc le ticket d’entrée à 5,50 euros à la piscine du Rhône et à 2,60 euros dans toutes les autres structures municipales.

Ces tarifs sociaux ne semblent pas avoir rencontré leur public. Cet été 2014, à la piscine du Rhône, 64% des billets ont été vendus à l’unité : 33 % de pleins tarifs à 8 euros ; 31 % de tarifs réduits à 5,5 euros. La carte de 25 heures à 50 euros ne représente que 19% des entrées. Pour le reste, « c’est la débandade », dénoncent les Guillotins :

« La carte « famille » ? Moins de 2 % des entrées. La carte « été jeune » ? Moins de 1 % des entrées. »

Qui est donc allé à la piscine du Rhône dans sa nouvelle formule ? Réponse : des gens qui ont eu envie de ne payer qu’un ticket unitaire, à la journée, et se sont donc fendues de sommes allant de 5,50 euros à 8 euros.

Il faut aussi noter que l’ensemble des piscines de Lyon, et pas seulement la plus chère d’entre elles (c’est à dire celle du Rhône), a connu une forte baisse de fréquentation en 2014. Imputable notamment au mauvais temps de l’été passé. C’est ce que relève Yann Cucherat, adjoint au maire délégué aux Sports :

« Je reconnais que les tarifs réduits ont été peu utilisés. Mais ce qui est compliqué pour nous, c’est la météo de cet été qui n’a pas été idéale pour prendre un abonnement. Ces chiffres ne sont donc pas significatifs. Les gens attendent souvent qu’il y ait deux ou trois jours successifs de beau temps pour aller à la piscine. Là, ils ont préféré ne prendre qu’un ticket sur une journée. »

Mais il ne s’agit sans doute pas de la seule raison. La piscine du Rhône a pu en faire fuir certains avec ses nouveaux tarifs, et certaines des autres structures n’attirent pas davantage car elle souffrent d’une mauvaise réputation ou d’aménagements très vétustes. Celle de Gerland devrait d’ailleurs bénéficier d’un décapage dans le courant de ce mandat, a promis le maire PS de la ville.

 

« L’école de l’eau en tant que service public est fondamentale »

L’augmentation du ticket d’entrée à la piscine du Rhône avait été justifiée par les travaux d’ampleur qu’elle a connus, faisant d’elle un centre nautique de luxe. Mais cette somme prohibitive permet également de « faire le tri » dans le public. En 2013, alors que la chaleur écrasait les habitants de l’agglo, la piscine du Rhône dans son ancienne version avait été assaillie lors de son ouverture tardive en juillet. De nombreux incidents avaient éclaté dans les files d’attente interminables, les personnels s’étaient plaints d’incivilités permanentes.

Avec le nouveau tarif, certains employés de la piscine du Rhône n’ont pas caché leur satisfaction à voir la population des bassins changer, cet été.

Pas de grosse foule ce matin pour la réouverture de la piscine du Rhône.

Pas de grosse foule ce 17 juillet pour la réouverture de la piscine du Rhône. Crédit : Clémence Delarbre.

Mais aujourd’hui, le syndicat des maîtres nageurs s’inquiète des conséquences et voit des répercussions sur l’ensemble du territoire de l’agglomération lyonnaise. Dans la revue qu’il édite et qui sortira prochainement, le SNPMNS, par le biais de sa section Rhône, Ain et Ville de Lyon, le dit :

« Nous avons perçu un déplacement des actes d’incivilités de Lyon centre vers la périphérie. Quid de la responsabilité des nouveaux tarifs ? La conséquence immédiate a été la hausse des tarifs dans certaines communes des environs et la problable apparition d’un cercle vicieux de hausses tarifaires dans l’ensemble de la région sur les saisons à venir. »

Dans ce même document, ils poursuivent :

« Savoir nager a un rôle tout aussi essentiel pour l’individu que la culture. L’école de l’eau est fondamentale. Il faut défendre son accessibilité pour tous par le service public. »

 

La palme de la piscine la plus chère de France pour Lyon

Les Guillotins et son collectif des « Bonnets de bain », justement monté pour protester contre la nouvelle politique de gestion publique des piscines, comptent profiter du conseil municipal de ce lundi pour stationner devant l’hôtel de ville et tenter de décerner au maire la palme d’or de la piscine la plus chère de France.

Gérard Collomb en juin 2013 lors de l'inauguration de la piscine du Rhône ©Laura Daniel

Gérard Collomb en juin 2013 lors de l’inauguration de la piscine du Rhône ©Laura Daniel

Yann Cucherat voudrait relativiser ce statut de champion du prix élevé :

« Il y a eu un mauvais buzz médiatique autour des 8 euros mais le ticket d’entrée le plus bas est à 2 euros, cela reste accessible. Un tiers du budget de fonctionnement des Sports est dédié aux piscines. Dans un contexte budgétaire difficile, nous avons pris des solutions qui n’ont pas été très populaires mais nous avons préféré faire payer l’utilisateur plutôt que le contribuable. »

Après comparaison dans les villes françaises de plus de 200 000 habitants des tarifs communs (ou « tarifs résidents » quand il existe), le collectif Bonnets de bain -que l’adjoint aux Sports a reçu cet été dans ses bureaux, tient-il à préciser- a pris en compte le plein tarif de la piscine municipale la plus chère de la ville (car plusieurs villes, comme Lyon ou Paris, pratiquent des tarifs différenciés selon les piscines). Et Lyon se trouve bien en haut du podium :

  • Lyon : 8 euros
  • Paris : 5,8 euros
  • Marseille : 5 euros
  • Montpellier : 5 euros
  • Rennes : 4,6 euros
  • Nantes : 4,2 euros
  • Strasbourg : 4 euros
  • Nice : 3,6 euros
  • Lille : 3,55 euros
  • Bordeaux : 3,3 euros
  • Toulouse : 2,95 euros

Un autre trophée au palmarès de la ville. Le service communication s’en passerait bien. Elle a rappelé dans un communiqué faisant suite à notre article que la ville de Puteaux ouvrait sa piscine pour un ticket à 9 euros. Ce qu’elle oublie de dire, c’est qu’il s’agit d’un tarif conçu pour les personnes n’habitant pas la commune. Le tarif « résident », lui, est à 4,5 euros. Il s’agit par ailleurs d’une commune du département des Hauts-de-Seine de moins de 45 000 habitants, et le podium comparatif ne prenait en compte que des villes de plus de 200 000 habitants.

Capture d'écran des tarifs piscines de la ville de Puteaux.

Capture d’écran des tarifs piscines de la ville de Puteaux (dans les Hauts-de-Seine).

 > Article mis à jour lundi 16 mars avec la comparaison Puteaux/Lyon.

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 254 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 395 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 570 visites. 2 commentaires.