Économie 

EnjoyPhoenix, Youtubeuse lyonnaise passée du lycée à l’entreprise lucrative

actualisé le 07/04/2015 à 17h18

Marie Lopez, alias EnjoyPhoenix sur Youtube, est une jeune lyonnaise de 20 ans. Sa chaîne de conseils mode et beauté marche tellement bien que la plateforme vidéo de Google l’a utilisée pour une récente campagne de pub dans le métro parisien. Opérations promotionnelles et publicité autour de ses vidéos lui permettent de vivre de son activité.

Marie Lopez, alias Enjoyphoenix, youtubeuse lyonnaise de 20 ans. Capture d'écran

Marie Lopez, alias Enjoyphoenix, youtubeuse lyonnaise de 20 ans. Capture d’écran

Success story et « revanche » sur la vie. L’histoire d’EnjoyPhoenix déroulée dans les interviews semble presque parfaite. Lycéenne raillée par ses camarades sur internet « parce qu'[elle] ne portai[t] pas de marques », Marie Lopez est devenue une Youtubeuse à succès suivie par près de 1,5 million de fans que les marques sollicitent pour placer leurs produits.

Une histoire comme un conte de fée

Il y a quatre ans, en mars 2011, la jeune lyonnaise trouve son filon sans trop le savoir. Face caméra elle réalise un tutoriel pour apprendre à boucler les cheveux avec un lisseur.

A cette époque, elle est au lycée et mal dans sa peau. Elle se dit « harcelée », « insultée » par les autres élèves et se décrit dans les médias comme « sans amis ».

« Des menaces, des insultes en cours et sur Facebook, des appels masqués la nuit sur mon portable. Ce n’était pas une période facile, j’avais peur d’aller en cours », déclare-t-elle à l’Express.

L’année dernière elle précisait :

“Mes parents n’avaient pas les moyens de me payer des sacs Mac Douglas à 300 euros et les autres filles me le faisaient bien ressentir”, dira-t-elle à Tribune de Lyon en janvier 2014.

La jeune fille fera un tabac quand elle parlera quelques temps plus tard sur sa chaîne Youtube de cette période.

Se disant rejetée elle visionne les vidéos de jeunes filles qui partagent leurs conseils beauté ou maquillage sur Youtube et décide alors de se lancer. Elle se filme depuis sa chambre et cherche à travers ses vidéos à se faire des amis. Elle partage ses techniques, conseils mode et beauté dans des vidéos d’une dizaine de minutes montées très simplement. Certaines sont bien longues, dépassant les 30 minutes. L’aspect cheap et amateur est selon elle le fruit de son succès :

« Je pense que c’est aussi ça qui crée la proximité avec mes abonnées, au contraire des stars qu’elles ont l’habitude de voir à la télé, ça montre qu’on peut faire de la beauté, se sentir bien dans sa peau sans pour autant être une professionnelle dans le milieu », assure-t-elle à Mag2Lyon.

2 vidéos par semaine et ouverture de nouvelles chaînes

La toute nouvelle Youtubeuse, (elles étaient peu nombreuses à l’époque en France), multiplie les vidéos. Les tutoriels de maquillage, coiffure sont rapidement complétés au fur et à mesure que la communauté de fans grossit d’idées cadeaux et de conseils de vie : « Organiser sa rentrée », « Arrêter de se ronger les ongles » ou « Qu’est-ce qu’il y a dans mon sac ? ». De plus en plus sollicitée par sa communauté, la jeune fille consacre certaines vidéos à répondre tout simplement à leurs questions. Elle poste ses conseils à un rythme de deux vidéos par semaine.

Aujourd’hui, EnjoyPhoenix a fait de cette activité son gagne pain. Elle assure avoir arrêté ses études et se consacre intégralement à sa chaîne Youtube. Chaque vidéo lui demande « 8 heures de montage » et elle doit répondre aux centaines de lettres des jeunes filles qui lui écrivent ou lui envoient des cadeaux, parfois onéreux (elle consacre même une vidéo à l’ouverture des paquets). Si elle entretient une image de simplicité et de proximité, l’activité de la jeune lyonnaise semble être devenue une petite entreprise qui fonctionne bien.

Les millions de vues générées par ses vidéos lui permettent d’être rémunérée par la plateforme Youtube, M6 lui a confié la gestion de sa chaîne Youtube « Rose Carpet », une chaine dédiée aux jeunes filles de 15 à 25 ans où elle distille à nouveau des bons plans beauté et shopping.

Une entreprise qui ne connaît pas la crise

Selon Les Echos, EnjoyPhoenix et d’autres reines du tuto makeup bousculeraient en profondeur le monde de la communication des enseignes de cosmétique ou de vêtements qui passaient traditionnellement par les magazines féminins. Problème : les communautés de jeunes filles créées par les Youtubeuses et notamment celle d’EnjoyPhoenix, voudraient du conseil authentique et plus ceux de titres de la presse féminine trop sponsorisés.

Ces nouvelles actrices du marché sont à leurs yeux de nouvelles prescriptrices par lesquelles les marques cherchent à communiquer autour de leurs produits en adaptant leur approche.

« Pour monter à bord, les marques montrent patte blanche, contournent l’obstacle, « créent des ambiances », du « brand content », des concours comme « The Brush Contest », trophée mondial du maquillage lancé par L’Oréal Paris », note ainsi le journal économique.

Ce concours, EnjoyPhoenix y a participé en tant que membre du jury, aux côtés d’Ines de la Fressange et d’Eva Longoria, pour « représenter la team internet ».

Dans différentes interviews, elle garantit qu’il ne s’agit que de partenariats et qu’elle garde toute son indépendance.

« Je parle uniquement des produits que j’aime et qui sont dans la gamme de prix de mes abonnés”, affirme-t-elle dans Mag2Lyon.

Toutefois, le magazine Les Inrocks assure que les marques qui la sollicitent pour qu’elle parle de leurs produits dans ses vidéos passent bien à la caisse. L’ensemble de ses activités lui assurait comme elle le confiait en janvier dernier, une rémunération de « 5000 à 7000 euros par mois ». A la rentrée 2014 elle s’est affichée sur les murs du métro parisien pour une campagne de pub de Youtube vantant les réussites des stars qui se sont fait connaître à travers la plateforme vidéo (Norman, Cyprien,…). Une communication verrouillée toujours selon les Inrocks (on confirme, nous n’avons reçu aucune réponse à nos plusieurs demandes d’entretien).

La suite ? Continuer une affaire qui roule. Elle confiait avoir caressé le rêve d’être chroniqueuse télé mais y a renoncé après avoir « eu l’occasion de voir à quoi ça ressemblait de l’intérieur ».

Elle le dit elle-même : « Et c’est pas si rose ».

Partager cet article

L'AUTEUR
Bertrand Enjalbal
Bertrand Enjalbal
Journaliste à Rue89Lyon
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 453 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 417 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 654 visites. 2 commentaires.