Elections municipales Vénissieux 2015  Politique 

Municipale partielle à Vénissieux : la communiste Michèle Picard réélue

actualisé le 01/04/2015 à 21h46

[Article régulièrement mis à jour] Ce dimanche 29 mars, les électeurs de Vénissieux étaient appelés aux urnes pour le second tour d’une nouvelle élection municipale, suite à l’annulation de l’élection par le Conseil d’Etat.

Sans surprise, c’est la liste de la maire communiste sortante, Michèle Picard, qui a fait la course en tête, comme le soir du premier tour. Elle est réélue et améliore son score de 5 points.

L’abstention a encore progressé et atteint 60,54%. Nouveau record.

Voici les résultats définitifs :

  • Michèle Picard (PCF) : 42,85% des voix; 35 élus au conseil municipal et 6 à la Métropole.
  • Christophe Girard (divers droite) : 32,24% des voix; 8 élus et 1 à la Métropole.
  • Damien Monchau (FN) : 12,63% des voix; 3 élus.
  • Lotfi Ben Khelifa (PS) : 12,28% des voix; 3 élus.

Un seul recours devant la Justice

Dimanche soir, devant des journalistes présents à la préfecture, Jean-François Carenco, le préfet du Rhône, a annoncé qu’il allait porter plainte contre des assesseurs de la liste divers droite.

Lundi, la préfecture a confirmé au Progrès le dépôt d’une plainte.

Le préfet du Rhône sur le départ reproche à ces assesseurs d’avoir fait de l’obstruction lors du dépouillement de deux bureaux de vote : « Vaillant Couturier » et « Maison du peuple ».

Des assesseurs de Christophe Girard ont en effet refusé de donner les clés d’urnes. Interrogé sur le sujet, le leader de la droite de Vénissieux s’est expliqué :

« On voulait tout simplement compter les enveloppes vides pour être sûr que ces enveloppes correspondent au nombre d’inscrits. Mais dans certains bureaux de vote des présidents ont refusé. Il fallait entrer dans un rapport de force : ne pas rendre les clés des urnes, pour obliger à compter ces enveloppes. Si on ne fait pas comme ça, nos remarques ne sont pas prises en compte dans les PV. »

Autre question posée à Christophe Girard : allait-il déposer un recours devant le tribunal administratif lui qui a porté plainte auprès du procureur. Il a en effet récupéré les témoignages de trois personnes prétendant n’avoir jamais donné leur aval pour figurer sur la liste du candidat FN, Damien Monchau. Lequel dément tout en bloc.

Le dimanche soir, Christophe Girard a déclaré vouloir se « donner du temps pour réfléchir » à la suite donnée à sa plainte. « 48 heures de réflexion » a-t-il précisé.
Et mercredi matin, sa décision est tombée. Sans surprise, Il renonce « à faire recours sur recours ». Pour ne pas se dédire, il a trouvé cette pirouette :

« Je ne me substituerai pas aux représentants de l’Etat qui ont à faire respecter le droit. Je n’engagerai donc pas de nouveau un recours en annulation pour les élections qui viennent de se dérouler. J’appelle les autorités compétentes à assumer leurs responsabilités ».

Il y a peu de chance que la préfecture bouge, compte tenu du silence observé depuis le début de cette affaire.
L’annonce du préfet Carenco de déposer plainte a certainement douché l’espoir de la droite d’opérer une nouvelle annulation de l’élection. Car, cette fois-ci, c’est la droite qui devra d’abord s’expliquer sur des irrégularités.

La maire sortante (PCF) Michèle Picard devant le local de campagne. ©LB/Rue89Lyon

La maire sortante (PCF) Michèle Picard devant le local de campagne. ©LB/Rue89Lyon

Les enseignements du second tour

  • Le PS recule de 9 points par rapport à 2014. Comparé au second tour de 2014, cette nouvelle élection prend des tournures de déroute. Parti avec une liste fortement renouvelée et avec trois élus partis (dont deux chez Picard), Lotfi Ben Khelifa n’aura donc pas réussi à insuffler une nouvelle dynamique. Il perd même 359 voix entre les deux tours et arrive juste derrière le FN.
  • La droite progresse légèrement. Pour 2015, Christophe Girard (divers droite) avait réuni l’UDI et le Modem (en plus de l’UMP). Mais ça n’a pas suffi. Il n’augmente son score que de deux points.
  • Le PS perd son siège à la Métropole. Pas de regret pour Bernard Rivalta (qui n’était plus sur la liste PS de 2015, les socialistes en n’arrivant pas à faire au moins la moitié des voix de la 1ere liste, n’auront plus de siège à la Métropole de Lyon. Inversement, les communistes de Vénissieux compteront désormais 6 sièges à la Métropole.
  • Les voix FN et de Lutte ouvrière se sont reportées sur la liste communiste. Les 2 % de Tardy (LO) additionnés au 3% que perd le frontiste Monchau font les presque 43% de Michèle Picard. Le FN gagne un siège au conseil municipal.

« Un contexte de désinformation et de mensonges »

A peine les résultats définitifs connus, alors que ses partisans étaient nombreux à l’Hôtel de ville de Vénissieux, Michèle Picard a fait parvenir une déclaration aux journalistes où elle revient sur les accusations du candidat de droite Christophe Girard :

« Je remercie très chaleureusement les électeurs qui viennent de faire gagner notre liste. Ils ont fait preuve de résistance et de ténacité, dans un contexte de désinformation et de mensonges sans précédent. 
(…) Vous avez montré votre attachement à l’exercice démocratique, au respect de ses règles, à  l’honnêteté, quand la droite locale se croit tout permis au point de bafouer le vote populaire des Vénissians. (…) Les petits calculs politiciens de la droite sarkozyste de Christophe Girard ont fait perdre du temps, beaucoup de temps à Vénissieux et aux Vénissians. »

Arrivé quelques minutes plus tard, le chef de file de la liste de droite, Christophe Girard, a souligné le haut niveau de l’abstention :

« Certes, je n’ai pas gagné mais ce n’est pas une victoire de la démocratie. On ne peut pas crier victoire quand il y a 65% d’abstention (sic). Une poignée de Vénissians décident pour l’ensemble de Vénissieux ».

 

Pour rappel, les résultats du premier tour

  • La communiste et maire sortante Michèle Picard totalise 37,66% des voix, devant la liste du divers droite Christophe Girard à 28,65% des voix.
  • La liste FN de Damien Monchau est troisième à 15,93% des voix.
  • Juste derrière, le socialiste Lotfi Ben Khelifa à 15,01%.
  • Enfin, Jean-Pierre Tardy de Lutte Ouvrière totalise 2,67% des voix.
Christophe Girard lors de sa conférence de presse, mercredi 25 mars 2015, à la veille du second des municipales partielles de Vénissieux.

Christophe Girard lors de sa conférence de presse, mercredi 25 mars 2015, à la veille du second des municipales partielles de Vénissieux.

Les résultats du second tour des élections municipales de 2014 :

  • Michèle Picard (maire sortant – Front de Gauche-PC) : 37,64%
  • Christophe Girard : UMP ; union avec l’UDI : 30,40%
  • Lotfi Ben Khelifa (PS ; union avec le PRG) : 21,69%
  • Yvan Benedetti : extrême droite ex-FN : 10,27%
Partager cet article

L'AUTEUR
Laurent Burlet
Laurent Burlet
Journaliste à Rue89Lyon - politique - questions sociales - écologie.
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 254 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 395 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 570 visites. 2 commentaires.