Cultures 

Connelly, Grisham… Quais du Polar devient un raout immanquable pour les auteurs

actualisé le 27/03/2015 à 18h16

Un an après la venue exceptionnelle et fort réussie de l’immense James Ellroy, Quais du Polar revient avec une édition 2015 non moins riche en figures importantes et en questionnements de fond sur l’état de l’art noir. Stéphane Duchêne

Michael Connelly

Michael Connelly

Le public n’est semble-t-il plus le seul à se bousculer pour assister au festival Quais du polar – et participer à sa désormais célèbre enquête grandeur nature dans la ville. Même les auteurs, y compris les plus prestigieux, feraient des pieds et des mains pour s’y montrer.

Ceci explique sans doute pourquoi Quais du Polar est chaque année aussi bien fréquenté – même s’il faut bien admettre que l’édition 2014 a placé la barre à une hauteur quasi inatteignable. Aucun Michael Connelly ou John Grisham, pour parler des principales têtes d’affiches, ne s’est ainsi fait prier pour rejoindre la toujours impressionnante cohorte d’auteurs de cette édition 2015 – les deux rois du procedural sont d’ailleurs conviés à régaler les fans autour d’une rencontre front contre front.

Audioguide : Michael Connelly à LA by PersonneNeBouge (Arte)

Nord/Sud

On imagine qu’il n’a guère été plus difficile de convaincre Luis Sepùlveda, Paco Ignacio Taïbo II (Mexique), Santiago Gamboa (Colombie) ou Leonardo Padura (Cuba) – l’accent étant mis cette année, on l’aura compris, sur l’Amérique latine, notamment lors d’une alléchante rencontre « Nord/Sud », ainsi que d’incontournables évocations de cartels et de dictatures qui ont au moins le mérite de nourrir le roman noir de là-bas.

Rarement, d’ailleurs, on aura vu autant de thématiques balayées au gré des traditionnels conférences et débats qui rythment le festival et de grands auteurs sauter de l’une à l’autre comme pour recouvrir l’ensemble du continent noir de toutes les questions (sociétales ou littéraires) qui le traversent. En langage mafieux, on parlerait volontiers de « pieuvre Quais du polar ».

D’ailleurs, il y aura aussi du Poulpe, qui fête ses 20 ans lors d’une édition très commémorative puisque l’on y fêtera aussi les 70 ans de la Série Noire et les 35 ans de la collection Points policier. Tout cela en présence d’auteurs français plus (Pouy donc, Raynal) ou moins (Despentes) classiques.

Et puisqu’on parlait de star, notons la présence d’une des grandes figures, non romancières pourtant, de l’univers noir, qui depuis des décennies est en contact direct avec son versant le plus sombre et le plus effroyablement réel : Stéphane Bourgoin, spécialiste ès serial killers qui viendra, entre autres, présenter dans la programmation ciné deux petites tueries (voir page 5).

Pendant ce temps, planera au-dessus du festival l’ombre, et pas que, d’Elizabeth George, alias « La Reine du Crime », succédant au roi Ellroy, preuve qu’on est entre gens de « bonne » compagnie.

Quais du Polar, c’est aussi du cinéma : Série(s) noire(s) pour Quais du polar

Quais du Polar
Du vendredi 27 au dimanche 29 mars

Toute la programmation du festival sur quaisdupolar.com.

Par Stéphane Duchêne sur petit-bulletin.fr

Partager cet article

L'AUTEUR
Le Petit Bulletin
Le Petit Bulletin
L’hebdo gratuit des spectacles à Lyon
En BREF

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 949 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La distribution de tracts est-elle un délit ?

par Rue89Lyon. 372 visites. 1 commentaire.

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. 203 visites. Aucun commentaire pour l'instant.