Tribune 

Pourquoi je n’irai (sans doute) pas au mariage de mon cousin

actualisé le 26/03/2015 à 20h15

Yves, riverain de Rue89Lyon, a publié sur Facebook un statut qui a largement fait réagir son entourage, sur un sujet ne concernant pourtant que sa sphère familiale, intime. Sa tante de Bretagne l’a récemment contacté pour l’informer que son cousin, qu’il n’a pas vu depuis longtemps, voudrait son adresse postale pour lui transmettre le faire-part de son mariage à venir, cet été. Après avoir fait des recherches sur le web et découvert les positions dudit cousin, Yves renonce à se rendre à l’événement.

baiser-gay

Yves a l’habitude du débat, son mur est souvent truffé d’échanges vifs relatifs à l’actu. Cette fois, lui qui partage sa vie avec un homme depuis plusieurs années, a raconté simplement comme il s’est heurté, sans avoir eu à fouiller très longtemps sur le net, à la façon de penser de son cousin. Les traces laissées sur les réseaux sociaux montrent que ce dernier a été virulent et actif dans l’opposition au projet de loi de mariage gay et que ses préférences politiques vont, par ailleurs, vers l’extrême droite.

« On choisit ses amis »

Cela doit faire près de vingt ans que je n’ai pas de contact avec mes cousins bretons, vu que, à l’époque déjà, on n’avait pas beaucoup d’atomes crochus. Et puis la distance, tout ça…

L’après « Mariage gay »

Le questionnement d’Yves révèle qu’après la très houleuse période du débat concernant le « mariage pour tous », qu’après la promulgation de cette loi et les nombreux mariages gays qu’elle a permis en France (10 000 en 2014 ; 7 000 en 2013), il reste aussi cela. Des cassures sociales, au sein de groupes, quels qu’ils soient et familiaux notamment, qui se sont faites dans l’euphorie de la polémique, pendant laquelle tout le monde a affiché son opinion. C’est pourquoi nous publions son témoignage. Des personnes anti-mariage gay espèrent toujours l’abrogation de la loi, un jour. Des drapeaux « un papa – une maman » sont encore accrochés à des fenêtres dans certains quartiers de Lyon.

Rue89Lyon

Et voilà que je reçois un SMS de ma tante me demandant mes coordonnées pour l’envoi du faire-part de mariage de mon cousin, avec qui mes derniers souvenirs sont les entraînements au combat rapproché dans son jardin.

Ce message a donc été l’occasion de googliser son nom. Et de tomber sur son blog de célibataire en quête de l’âme sœur -il se marie donc cet été, la preuve que ça a fonctionné, visiblement. Son Facebook est parsemé de mentions « J’aime » pour Louis XVI, pour la Manif pour tous et Marion Maréchal Le Pen. Je suis vert, c’est du cliché breton en veux-tu en voilà.

J’ai aussi pu remarquer à cette occasion qu’on n’a aucun ami en commun (et saluer l’efficacité des algorithmes de Facebook).

Mais aussi l’occasion de me rendre compte qu’ils ne connaissaient pas Benoît. Mon compagnon depuis 15 ans. Voilà qui est fait. Du coup, je ne suis pas sûr qu’on soit invités. On verra bien. Ou pas.

Avec Benoît ou pas du tout

C’est vrai. Je ne sais pas vraiment pourquoi je parle de ça sur ma page Facebook. Honnêtement, j’hésite un peu. Je me refuse à juger les autres, et j’exige la même chose d’eux. Ainsi, tout en constatant que nous sommes à des années-lumières l’un de l’autre, c’est un moyen d’affirmer ma position, et de montrer que je refuserai toute discrimination.

Je crois que ma réponse est claire : c’est avec Benoît ou pas du tout.

Et c’est aussi une manière de rappeler que c’est une lutte permanente, une pédagogie constante d’expliquer, de montrer, de défendre, en essayant de ne pas entrer dans la revendication ou le communautarisme.

Communautarisme dans lequel beaucoup aiment à nous imaginer, renvoyer, cloisonner. Et, disons-le, dans lequel il fait bon vivre. C’est confortable de ne pas avoir à se justifier, et donc de s’enfermer dans l’entre-soi.

Le quota minorité

J’ai ce sentiment : l’homophobie a pour effet de générer un communautariste encore plus fort. Je réfléchis encore à la réponse à envoyer à mon cousin.

C’est toujours bien de faire de la pédagogie, on le fait tout le temps et pas seulement sur l’homosexualité, on le fait aussi sur des questions comme le féminisme, le racisme ou le genre (qui sont des thèmes récurrents sur mon mur).

Mais on ne s’oublie pas dans ce combat: je n’ai pas assez de temps pour l’occuper avec des personnes qui ne veulent pas me/nous voir. Si ça ne fait pas plaisir à tout le monde, j’ai plein d’autres choses à faire et de gens gentils à voir. Je préfère passer un weekend avec des amis que je n’ai pas vu depuis longtemps à Montpellier plutôt que de passer une mauvaise soirée en étant le « quota-minorité » d’un mariage de personnes que je ne vois jamais.

Je sais qu’il n’était pas évident pour tout le monde que nous soyons présent au mariage d’une amie l’été dernier ; nous y sommes allés parce que, malgré des divergences d’opinion, j’ai la conviction que son invitation était bienveillante, sincère et respectueuse. Je refuse de me cacher, mais je ne m’impose pas non plus.

Partager cet article

L'AUTEUR
Riverain
Riverain
Les riverains, ce sont vous, les lecteurs et utilisateurs de Rue89Lyon. Vous pouvez apporter vos témoignages, vos commentaires, donner vos éclairages.
En BREF

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Au Forum de l’entrepreunariat, bien-être et zénitude du porteur de projet

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Cour d’appel de Lyon : l’affaire du Center Parcs de Roybon renvoyée en décembre

par Rue89Lyon. 535 visites. 1 commentaire.