Elections municipales Vénissieux 2015  Politique 

Le FN a-t-il abusé de personnes âgées pour boucler sa liste à Vénissieux ?

actualisé le 29/03/2015 à 16h44

Christophe Girard, candidat de la droite pour les élections municipales partielles qui se déroulent actuellement à Vénissieux, vient de déposer une plainte auprès du procureur. Il a récupéré les témoignages de trois personnes prétendant n’avoir jamais donné leur aval pour figurer sur la liste du candidat FN, Damien Monchau. Lequel dément tout en bloc.

Par Dalya Daoud et Laurent Burlet

Boulevard Ambroise Croizat (Venissieux). Crédits Axel Poulain/Rue89Lyon

Boulevard Ambroise Croizat (Venissieux). Crédit : Axel Poulain/Rue89Lyon.

En plus des idées et des slogans, le Front national local partage-t-il aussi avec les ultra-nationalistes des méthodes pré-électorales malhonnêtes ? C’est en effet à la suite de la condamnation par le tribunal administratif pour « manoeuvres frauduleuses » du candidat nationaliste Yvan Benedetti que les élections municipales de 2014 ont été annulées sur la commune de Vénissieux.

Elles ont donc été ré-organisées ces dimanches 22 et 29 mars, en même temps que les élections départementales.

En 2014, le FN ne s’était pas présenté sur cette commune, laissant la voie libre à la liste ultranationaliste menée par Yvan Benedetti (exclu du FN en 2011 pour des positions antisémites). Ne pouvant plus se présenter à la suite de leurs coups tordus, les nationalistes ont à leur tour cédé leur place au FN.

Pour représenter le parti de Marine Le Pen, c’est Damien Monchau qui a été choisi ; un quadra fonctionnaire qui avait fait campagne en 2014 dans le 4è arrondissement à Lyon.

Plainte pour « abus de faiblesse et fraude electorale »

Christophe Girard lors de sa conférence de presse, mercredi 25 mars 2015, à la veille du second des municipales partielles de Vénissieux.

Christophe Girard lors de sa conférence de presse, mercredi 25 mars 2015, à la veille du second des municipales partielles de Vénissieux. Crédit : LB/Rue89Lyon

Nous sommes donc en plein entre-deux-tours. La campagne à Vénissieux bat son plein, il ne se passe pas un jour sans qu’un candidat accuse ou sous-entende que l’un ou l’autre de ses adversaires emploie des méthodes scandaleuses.

Cette fois, Christophe Girard est catégorique et a invité ce mercredi après-midi la presse pour une déclaration « officielle » et « urgente ». Il vient de déposer une plainte auprès du procureur de la République pour « fraude électorale et abus de faiblesse ».

Nous avons pu consulter deux attestations Cerfa. L’une d’elle est signée d’une femme née en 1931. L’autre d’une colistière née en 1933 :

« Je n’ai jamais rencontrer Mr Monchau du Front national, je suis surprise de voir mon nom sur sa liste Front national je n’ai confié une photocopie de ma carte d’identité à qui que ce soit, étant âgée et souffrant de grave problème de santé gestime avoir été victime d’un abus de faiblesse. (sic) »

Interrogée par France 3, cette colistière en 46e position sur la liste, affirme avoir été trompée et se revendique même communiste.

« Collusion entre le FN et le PCF » ?

Ce mercredi soir, au téléphone, la maire sortante Michèle Picard a réagi « en colère ». Elle se dit « scandalisée » et rejette tout contact entre le FN et le PCF.

Dans l’après-midi Christophe Girard avait parlé de « suspicion de collusion » et de « contacts entre le FN et l’ancien maire PC André Gerin ». Des « contacts » qui pourraient, selon lui, expliquer pourquoi cette colistière de 82 ans, militante communiste pendant 30 ans, s’est retrouvée sur la liste FN, le PC ayant pu fournir une photocopie de sa pièce d’identité. Objectif supposé ? Diviser la droite et réduire les chances de Christophe Girard de l’emporter.

La tête de liste communiste a affirmé « n’être au courant de rien ». Mais elle tient à dire :

« Christophe Girard remet en cause l’intégrité d’une personne. C’est une honte de s’en prendre à un député honoraire (André Gerin, ndlr). Lui le cousin germain de l’extrême droite donne des leçons au parti communiste, le Parti des fusillés. C’est une blague ».

Michèle Picard annonce qu’elle va déposer plainte pour diffamation.

« Je ne suis pas un Benedetti bis »

En 2014, un journaliste du Progrès avait passé les coups de fil idoines et avait alors pu révéler que plusieurs colistiers d’Yvan Benedetti ne savaient pas du tout ce qu’ils faisaient là. En effet, selon les forces locales des partis, il n’est pas si simple de trouver le nombre de personnes nécessaires au dépôt officiel en préfecture des listes des candidats (qui s’élève à 49 pour Vénissieux).

Cette fois, il s’agit d’un tout autre contexte : c’est l’équipe du candidat Christophe Girard qui a mené l’enquête. Ce qui révulse Damien Monchau. Le candidat FN à Vénissieux n’a pas de mots assez durs pour qualifier les accusations de la droite à son encontre : « abjectes », « ignobles », « insupportables », « scandaleuses ».

Au téléphone, Damien Monchau est aussi furieux que Michèle Picard :

« J’ai discuté pendant plus d’une heure hier avec Christophe Girard pour qu’on fasse liste commune avant le second tour. Et là je suis très surpris de sa réaction : il veut faire un Benedetti bis repetita. C’est une calomnie insupportable.

Depuis ce matin plusieurs de mes colistiers me racontent que des personnes, par groupes de trois, quatre ou cinq, sont venus leur mettre la pression pour qu’ils se rétractent de ma liste. Mais je suis droit dans mes bottes, je me réserve le droit de poursuivre Monsieur Girard par la suite. »

Damien Monchau se sent d’autant moins proche du cas d’Yvan Benedetti que l’ultranationaliste avait fait croire à certains colistiers qu’ils figuraient sur une liste FN. Le candidat offensé envisage même des expertises graphologiques pour prouver que tous ses colistiers ont bien signé eux-mêmes leurs accords.

Dans un communiqué de presse délivré à 19h, le patron de la fédération du Rhône du FN, Christophe Boudot, apporte son soutien à Damien Monchau :

« En parfaite connaissance de cause, tous les candidats de la liste Vénissieux Bleu Marine ont signé de leur main et en double exemplaire originaux le document officiel de déclaration de candidature (…). Cette liste a été validée par les services de la préfecture du Rhône. (…) Nous nous réservons le droit de demander en justice la réparation de tous propos mensongers, diffamatoire ».

Christophe Girard, quant à lui, en appelle à Manuel Valls. Il affirme aussi avoir demandé à Marine Le Pen le retrait de la liste FN à Vénissieux. Mais à quelques jours du second tour de ces élections partielles, peu de chances pour le candidat de droite de voir disparaître son adversaire FN des propositions pour la mairie.

Sa requête en référé devant le tribunal administratif a même été rejetée ce vendredi matin.

Il s’agira bien d’une quadrangulaire pour Vénissieux, dans laquelle la maire sortante communiste Michèle Picard paraît la mieux engagée.

> Article actualisé le 25 mars à 20h avec le reportage de France 3, la réaction de Michèle Picard et le communiqué du FN du Rhône.

> Actualisé le 27 mars avec la réponse juridique faite à Christophe Girard.

Partager cet article

L'AUTEUR
2 auteurs
En BREF

La piscine de Gerland rouvrira finalement en attendant le futur bassin promis

par Rue89Lyon. 483 visites. 1 commentaire.

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 564 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 465 visites. Aucun commentaire pour l'instant.