Elections municipales Vénissieux 2015 

À Vénissieux, les Minguettes (et l’abstention) feront l’élection municipale

actualisé le 09/09/2016 à 11h08

Ce dimanche 22 mars, ce sera jour d’élection à Vénissieux où il faudra désigner de nouveau le conseil municipal après l’annulation des municipales de 2014 par le Conseil d’Etat . C’est encore une fois le niveau de l’abstention qui fera basculer les urnes. Et en la matière, les Minguettes vont jouer un rôle clé. L’explication en deux cartes.

Ce quartier de 22 000 habitants est le plus peuplé et le plus emblématique de Vénissieux. Il est célèbre pour ses tours, ses émeutes des années 1980 et la Marche de l’égalité de 1983.

Comme dans la plupart des quartiers populaires, le plateau des Minguettes collectionne les records d’abstention dans une ville de banlieue où, en moyenne, on vote peu (56% d’abstention au 1er tour des municipales de 2014), même à l’occasion de scrutins réputés mobilisateurs comme les municipales, les électeurs se déplacent peu.

La carte ci-dessous montre que des records ont été atteints sur le plateau au 1er tour des municipales de 2014, avec un pic dans le bureau de vote « Paul Langevin » à 70% d’abstention.

Puisqu’il s’agit d’une élection partielle, on s’attend au moins au même niveau de participation voire, encore, à une dégradation.

Cette abstention fait le jeu de la gauche. Qu’elle soit communiste (emmenée par Michèle Picard, la maire sortante) ou socialiste (emmenée par Lotfi Ben Khelifa), lorsque l’abstention est la plus élevée, la gauche est toujours en tête.

Inversement, au premier tour des municipales de mars 2014, la liste de droite de Christophe Girard est arrivé en tête là où l’abstention est la plus basse. Son fief étant le petit bureau de vote du nord de la commune « Ernest Renan » où il a réuni 34% des voix. Voir la carte des candidats arrivés en tête au premier tour.

> A lire aussi Municipales 2015 à Vénissieux : la campagne au rythme des blogs et médias alternatifs

Partager cet article