Elections municipales Vénissieux 2015  Tribune 

Municipales 2015 à Vénissieux : pour sa campagne, Michèle Picard réinvestit son bilan

Rue89Lyon publie une tribune de la maire sortante communiste Michèle Picard et ouvrira ses colonnes aux autres candidats. Après l’annulation des élections et l’annonce d’une liste autonome PS, elle mène, comme en 2014, une liste rassemblant outre le PCF, le Parti de gauche, Europe Ecologie/Les Verts et le Mouvement Républicain et Citoyen.

Michèle Picard, maire de Vénissieux. ©Capture d'écran du site de campagne 2014

Michèle Picard, maire de Vénissieux. ©Capture d’écran du site de campagne 2014

Le PC tape sur la droite et, désormais, sur le PS
Finalement, le premier des socialistes de Vénissieux, Lotfi Ben Khelifa, a été investi par Solférino afin de mener une liste autonome du PC aux élections qui se tiendront les 22 et 29 mars prochains. Comme en 2014, la gauche part donc divisée.
Dans cette tribune que nous publions, Michèle Picard ne pilonne pas encore son adversaire socialiste. Ça ne devrait pas tarder. Dès lundi, le PC du Rhône a considéré qu’en faisant cavalier seul, « le PS se place dans la même lignée que la droite sarkosiste (sic) et l’extrême-droite ».

Rue89Lyon

Depuis les élections de mars 2014, notre équipe soudée a pris ses marques, déterminée à poursuivre l’essor et la dynamique de la ville. Nous avons travaillé sans relâche, pour mettre sur les rails les projets de notre contrat communal, et réaliser des politiques utiles aux habitants.

Pour ne citer que quelques exemples, les assemblées générales des conseils de quartiers, l’élection des délégués, ou encore, installation des élus du Conseil municipal d’Enfants font vivre la démocratie participative.

L’extension de la crèche Saperlipopette est terminée. Nous avons mis en place le portage de livres dans nos résidences, une nouvelle résidence « juniors séniors » va ouvrir ses portes.
La construction du groupe scolaire du Centre est lancée, et l’ouverture de la nouvelle cuisine centrale est prévue fin 2017, le parking Marcel Paul est en cours d’aménagement. De nouvelles aides sont octroyées par le CCAS.

Les nouveaux rythmes scolaires sont en place et le bilan de fin d’année est une réussite pour ce projet éducatif partagé avec les parents, les équipes éducatives qui constitue un coût important d’un million d’euros. Avec le passage à 50 % d’énergies renouvelables, nous avons réussi à faire baisser la TVA de 19,6% à 5,5%, pour les 11 700 usagers du réseau de chauffage urbain. Le Centre nautique intercommunal rouvrira en juin, la piste d’athlétisme du stade Laurent Gerin livrée, tout comme la fresque des Roses, marquant notre participation au Congrès mondial des Roses. Notre ville a été précurseur dans l’installation des boites à lire.

 

« Christophe Girard, contre la gestion progressiste de Vénissieux »

Pendant presque un an, nous avons œuvré en faveur de l’emploi, facilitant l’installation des entreprises sur notre territoire, PMI-PME à vocation industrielle, tertiaire ou commerciale, des entreprises innovantes : l’arrivée du laboratoire Carso, la nouvelle concession de BMW, l’entreprise Baret installée dans ses nouveaux locaux. Enfin, la charte de coopération avec les acteurs économiques qui devait être signée en mars, sera signée dès notre retour.

C’est cette gestion progressiste que la droite et son représentant Girard pointent du doigt. Prêt à tout, pour faire tomber une ville de gauche, à direction communiste, son programme se résume en 4 mots « 80 ans ça suffit ».

Au conseil municipal, Girard et ses colistiers votent contre le logement social, refusent les subventions du Conseil général pour des travaux dans les écoles, dans les crèches, pour l’aménagement des espaces verts. Ils s’abstiennent, quand une donatrice nous lègue ses œuvres d’art, n’appréciant pas que l’artiste salue l’engagement de notre ville dans l’éducation artistique.
Girard surfe sur les mécontentements, n’hésite pas à tenir des propos mensongers, démagogiques et populistes pour défendre, en digne représentant de Sarkozy, une gestion de casse et une politique de la terre brûlée sans précédent.

Lui qui aujourd’hui revêt un costume de chevalier blanc, n’a jamais levé le petit doigt lorsque je subissais l’agression de l’extrême droite au Conseil municipal. Silence aussi concernant les croix gammées taguées sur les murs d’une école, pendant la dernière campagne. Dans les faits, nous sommes les seuls à combattre l’extrême droite.

 

« Nous défendons le premier socle républicain, la commune »

A Vénissieux, nous avons toujours défendu le premier socle républicain, la commune, avec la volonté de maintenir des missions de service public, répondant aux besoins des Vénissians : présence d’infirmières scolaires dans les écoles, maintien du service public de restauration scolaire, de nos outils municipaux, renforcés, pour nos aînés (aides ménagères, aides-soignantes, portage de repas).

Notre politique culturelle, sportive ambitieuse, favorise l’accès pour tous par des tarifs adaptés. Vénissieux est l’une des villes de l’agglomération la mieux dotée en équipements sportifs. Vénissieux, un ville verte aussi, avec notamment nos quatre poumons verts, les parcs des Minguettes, Louis-Dupic, de Parilly et les Grandes Terres.

Nous pouvons être fiers de notre ville, de ce qu’elle est devenue, même si nous savons bien que les conditions de vie des habitants sont difficiles. Les questions de fonds, chômage en hausse, pouvoir d’achat en baisse, qui se posent nationalement n’épargnent pas Vénissieux. L’austérité, imposée aux collectivités, est insupportable face aux besoins grandissant en matière d’éducation, d’emploi, de logement, de santé, de sport, de culture, d’environnement, de sécurité.

Mais sans nos choix politiques forts, en faveur de la population et de l’intérêt général, les Vénissians éprouveraient de plus grandes difficultés face à la crise : dans leur quotidien, leur pouvoir d’achat, pour trouver un logement, pour l’accès à tous des droits les plus universels.

Voilà notre vision de Vénissieux. Nous avons un bilan fort et concret, un projet cohérent et ambitieux, mais aussi la légitimité que les habitants nous ont donnée dans les urnes, en 2014. Nous pouvons être fiers du travail réalisé. Notre seule motivation, poursuivre nos engagements avec les Vénissians. Tenir le cap à gauche contre le danger de la droite et de l’extrême droite.

Partager cet article

L'AUTEUR
Tribune
Tribune
En BREF

La piscine de Gerland rouvrira finalement en attendant le futur bassin promis

par Rue89Lyon. 504 visites. 1 commentaire.

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 583 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 471 visites. Aucun commentaire pour l'instant.