Cultures 

Houellebecq adapté au théâtre : « une langue agréable à dire et à projeter »

actualisé le 10/02/2015 à 17h37

Parmi les nombreux comédiens venus grossir les rangs du collectif « Si vous pouviez lécher mon cœur », Joseph Drouet interprète plusieurs personnages d’un spectacle adapté du roman Les Particules élémentaires, à voir au théâtre des Célestins. Il revient sur le travail d’adaptation.

Joseph Drouet

Joseph Drouet

Petit Bulletin : Comment avez-vous travaillé cette adaptation ?

Julien Drouet : Les membres du collectif ont un rapport très fort au texte, ils travaillent beaucoup à la table, cherchent le rythme de chaque réplique… Ca a l’air très vivant et très naturel, pour autant c’est très précis.

Les quatre personnages principaux étaient distribués dès le début, nous avons su assez vite quelle partie nous allions avoir pour pouvoir la creuser.

« Nous n’étions pas tous fans au départ »

Julien est un directeur d’acteurs. Il peut être dur sur les choses qu’il veut obtenir. Le placement et la mise en scène l’intéressent assez peu, ce qui est important pour lui c’est l’interprétation et comment on traite tel ou tel personnage. Il s’agit de restituer le texte simplement mais en étant engagé. C’est presque du chœur de tragédie.

Etiez-vous familier de Michel Houellebecq avant cette création ?

Oui, je connaissais quelques romans. J’aimais beaucoup. Nous n’étions pas tous fans au départ, mais nous étions assez convaincus car l’adaptation est vivante.

Au milieu de tout le marasme pessimiste que l’on peut voir en premier lieu, il y a beaucoup de poésie. C’est une écriture très imagée qui se prête assez bien au monologue ou à la scansion, qui véhicule des sentiments très forts, des passions. Et la langue est agréable à dire, à projeter.

Michel Houellebecq

Michel Houellebecq

Pourquoi adapter aujourd’hui ce roman de 1998 d’un auteur de la génération 68 ?

Cette génération est celle de nos parents. Je crois qu’il est bien d’interroger les racines proches, cela éclaire parfois l’époque actuelle. Il y a des choses qui ne sont pas réglées du tout, comme la compétition sexuelle ou la compétition libérale.

1998, ce n’est pas si vieux, ça reste une bonne description de l’époque actuelle. Les personnages sont universels dans leur recherche de l’amour ou leur défaite amoureuse.

« Houellebecq a bien compris son époque »

C’est aussi un poète. Certains spectateurs qui n’aimaient pas ses romans disent qu’ils ont été surpris, la langue leur a beaucoup plu, ça les a réconciliés avec lui.

Michel Houellebecq est-il venu voir le spectacle ?

Oui, assez tardivement, quand on jouait à l’Odéon à Paris début novembre dernier. Il a été touché. Il avait oublié certains aspects de son texte. Il était curieux de savoir comment on avait fait, pourquoi on avait coupé tel ou tel passage. Cela lui a plutôt plu.

Avez-vous, avec la compagnie, le projet d’une prochaine création ensemble ?

Oui. Julien a proposé à la même équipe sa production suivante avec quelques comédiens supplémentaires. Ce sera aussi une adaptation de roman, 2666 de Roberto Bolaño. On le créera la saison prochaine, en janvier 2016.

Les Particules Elementaires
De Michel Houellebecq, mis en scène par Julien Gosselin, 3H40
Au Théâtre des Célestins (Lyon 2e) – du 3 au 7 février 2015 à 20 heures.
Au MC2 (Grenoble) – du mardi 10 au samedi 21 mars (19h30 tous les jours)

Par Florence Barnola sur lepetit-bulletin.fr.

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Le Petit Bulletin
Le Petit Bulletin
L’hebdo gratuit des spectacles à Lyon
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 471 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 437 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 674 visites. 2 commentaires.