Cultures  Économie 

La Maison de la Danse n’ira pas à Confluence : « une économie de 100 millions d’euros »

actualisé le 27/01/2015 à 09h46

Un rétropédalage qui n’est pas pour déplaire à de nombreux élus, de droite comme de gauche. Lorsque Gérard Collomb avait fait du transfert de la Maison de la Danse à Confluence un projet phare de sa dernière campagne municipale en 2014, des voix s’étaient déjà élevées contre ce projet jugé dispendieux, risquant de déshabiller par ailleurs un quartier de Lyon peu équipé et peu valorisé.

La structure, historiquement implantée dans le 8e arrondissement, devrait finalement y rester. De quoi réjouir beaucoup de monde.

Les élus d’Europe-Ecologie-Les-Verts ont tweeté ce jeudi :

Ce lundi 19 janvier, lors du conseil municipal pendant lequel Gérard Collomb est parvenu à faire voter son budget, l’élu écologiste Etienne Tête s’est fendu d’un petit statut Facebook donnant à voir l’envers du décor, ou en tout cas sa version des tractations :

« Au Conseil Municipal de Lyon. Vote du budget. L’information avait filtrée dans le progrès. Un des principaux sujets de discordes avec le Maire de Lyon du troisième mandat, la construction du nouvelle Maison de la Danse à Confluence pour 100 M€ uniquement payés par le contribuable, sera abandonnée. Brumm, adjoint aux finances, l’a confirmé pour obtenir le vote des écologistes à la ville. »

Maison de la danse

Maison de la danse, dans le 8e arrondissement de Lyon. DR.

L’élu écologiste, de tous les combats face à Gérard Collomb (celui contre le Grand Stade de l’OL étant le plus vif), a ainsi sous-entendu que le rétropédalage du maire, correspondant à une économie de 100 millions d’euros, signait une victoire politique des Verts. Lesquels auraient donc fait plier l’adjoint aux finances, Richard Brumm, en échange de leur vote pour amender le budget 2015. Gérard Collomb appréciera.

 

Bye bye le projet « Danse 2020 » ?

Pendant la campagne municipale, Georges Képénékian, adjoint à la culture avait juré que l’actuel bâtiment accueillant les activités de la Maison de la Danse resterait un équipement artistique.

Michel Havard, conseiller municipal UMP, avait estimé pendant cette période électorale que le maintien de la Maison de la Danse représenterait « une économie de plusieurs dizaines de millions d’euros« , puisque le coût d’une nouvelle structure à la Confluence a donc été estimé à 100 millions d’euros.

Il y a encore peu de temps, Gérard Collomb tentait de justifier le maintien de ce projet onéreux. Lors d’un conseil municipal de septembre 2014, il déclarait :

« Quand on est un grand acteur culturel, on a de grandes ambitions. Si c’est pour faire le centre social culturel de la plaine du Forez, ce sera difficile de garder Dominique Hervieu (ndlr : la directrice). »

Une personnalité artistique en capacité de faire rayonner la ville, donc. Il ajoutait également :

« Si certains ont des questions sur la nécessité de la création d’une nouvelle Maison de la danse, qu’ils aillent voir Dominique Hervieu et qu’ils lui disent qu’en rajoutant 1,50 mètre de chaque côté de la scène, on pourra porter un vrai projet ‘Danse 2020′. »

Le maire de Lyon doit désormais songer à cette option. Pour autant, à la suite de la publication de cet article, l’entourage de Gérard Collomb nous a assuré que le projet ‘Danse 2020’ n’était pas abandonné :

« Il ne se fera pas de la même façon. Construire une grosse structure, ce n’est plus d’actualité, ce n’est plus possible dans le contexte actuel, de baisse de dotations. Mais nous réfléchissons toujours à des solutions pour que Lyon qui a une vraie histoire avec la danse continue à la porter, à être incontournable. Donc, non, on ne peut pas parler d’une économie de 100 millions d’euros, car il y aura une partie de cette somme qui sera utilisée pour le projet qui est en train d’être élaboré, en concertation avec Dominique Hervieu. »

Gérard Collomb a vu cette semaine Fleur Pellerin, ministre de la Culture, afin d’évoquer avec elle ce dossier.

 

Et la Métropole, peut-elle payer ?

Gérard Collomb, à la tête désormais d’une Métropole lyonnaise, devra repenser dans sa globalité la gestion budgétaire des gros équipements culturels de la ville de Lyon. Un récent rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) pointe justement que cette Métropole de Lyon tout juste née dispose de la compétence culturelle pour les grands équipements « d’intérêt métropolitain ».

La CRC n’a pas hésité à désigner plusieurs équipements « qui seraient susceptibles de revêtir un intérêt communautaire ». Dont la Maison de la danse (mais aussi le théâtre des Célestin, l’Opéra de Lyon, l’Orchestre National de Lyon).

Un véritable casse-tête pour Gérard Collomb qui doit compter dans le porte-monnaie, et voit déjà sa Métropole s’acquitter annuellement d’une somme rondelette, pour le fonctionnement du Musée des Confluences dont il vient d’hériter -le coût a été estimé avant ouverture de la structure à 18 millions d’euros par an, mais il pourrait tout aussi bien être plus élevé.

Les baisses de dotations de l’Etat ont donc contraint le maire à revoir sa copie, et le transfert de la Maison de la Danse ne sera certainement pas le seul projet abandonné (ou rogné) au cours de ce troisième mandat.

> Article mis à jour vendredi 23 janvier avec les précisions de l’entourage de Gérard Collomb sur le maintien du projet « Danse 2020 ».

Partager cet article

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.
En BREF

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 949 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La distribution de tracts est-elle un délit ?

par Rue89Lyon. 372 visites. 1 commentaire.

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. 203 visites. Aucun commentaire pour l'instant.