Coproduire Lyon
Ce qui m'intéresse ? C'est comment on fait société à l'heure de la complexité, à l'heure où les solutions simples sont toujours des faux semblants.
Blogs  Coproduire Lyon  Environnement 

A Lyon, il est deux fois plus facile d’acheter un sapin que de s’en débarrasser

actualisé le 06/01/2015 à 16h53

Environ 20% des foyers se dotent d’un sapin de Noël naturel paraît-il. Ce qui ferait à la louche 230 000 sapins pour le Grand Lyon. Du 3 au 17 janvier (14 jours contre 8 l’année dernière, un net progrès !), le Grand Lyon organise sa traditionnelle collecte des sapins de Noël.

Un cimetière de sapins dans Lyon. Crédit : LB/Rue89Lyon.

Un cimetière de sapins dans Lyon, place du Prado (7e arrondissement). Crédit : LB/Rue89Lyon.

L’année dernière (et cette année encore), la presse nous dit combien il est responsable de venir déposer son sapin dans les bennes, en reproduisant ces fastidieuses listes des lieux où une benne est disponible pour le recueillir. L’année dernière, le Grand Lyon nous gratifiait d’une carte des points de collecte des sapins qui semblaient si nombreux qu’on se demande comment les gens pouvaient les rater…

Et pourtant, quand on zoome sur la carte, on se rend compte que leur proximité est parfois bien relative. Si je regarde juste de mon domicile, les lieux de collecte les plus proches : le premier est à 16 minute à pieds (1,2 km), le second et le troisième à 14 min (1,1 km), et le dernier à 24 min (1,9 km).

Est-ce vraiment une collecte de proximité ? Qui peut faire cette distance avec un sapin souvent encombrant ?

Si je compare à la carte des fleuristes et grandes surfaces où l’on peut acheter ces mêmes sapins, j’en disposais de plusieurs à moins de 500 mètres (5 min) et plusieurs me proposaient la livraison à domicile.

 

La (fausse) menace de l’amende de 150 euros

Il est donc au moins deux fois plus facile d’acheter un sapin que de s’en débarrasser ! Sans compter que les bennes ne sont à disposition que deux semaines, quand la vente des sapins, elle s’étale sur 7 à 8 semaines.

Est-ce que cela signifie qu’il faut plus de bennes ? Faut-il “inciter” les vendeurs de sapins à mettre en place des dispositifs pour les reprendre ? Faut-il imaginer des poubelles post-Noël, qui pendant 2 semaines permettraient de mettre les sapins dans une poubelle d’immeuble dédiée avec une collecte à domicile ?

En tout cas, force est de constater que l’éparpillement demeure bien plus facile que la collecte… Comment faire pour que ce soit l’inverse ? La menace d’une amende de 150 euros pour qui dépose son sapin dans la rue étant assez inapplicable ne peut pas être considérée comme une politique ! Quelle solution plus efficace pourrait-on mettre en place ?

 

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Hubert Guillaud
Je suis journaliste spécialiste des nouvelles technologies.
En BREF

Fête des Lumières 2016 : la carte interactive

par Le Petit Bulletin. 1 085 visites. 1 commentaire.

Docu sur le Parc OL : un journaliste de France 5 agace Gérard Collomb

par Louis Tanca. 848 visites. 3 commentaires.

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 996 visites. Aucun commentaire pour l'instant.