Appartement 16
  • 19:40
  • 1 janvier 2015
  • par Victor Guilbert

On a réveillonné avec les zadistes de Roybon

3417 visites | 18 commentaires

La Saint-Sylvestre est un soir comme les autres sur la zone à défendre (ZAD) de Roybon. Sans cotillons. Organisés en état de siège, une trentaine d’activistes occupent une maison forestière autogérée et sa forêt avoisinante depuis un mois. Ils veulent empêcher le défrichement de cette parcelle par le groupe Pierre & Vacances, qui prévoit d’y construire un Center Parcs.  

ZAD_ROYBON_VG_DEFRICHE

Début novembre, 40 hectares de forêt ont été défrichés. Depuis, les travaux sont bloqués par les occupants du site. Crédit : VG/Rue89Lyon

Mon gilet jaune pour être identifié comme journaliste

Les zadistes entretiennent une méfiance à l’égard des médias et des journalistes accusés d’entretenir la « société du spectacle » (théorisée par Guy Debord).

Aucune photographie de l’intérieur de la maison forestière, ni de visages ne nous ont été autorisées, « suite à de mauvaises expériences » et parce que certains zadistes ne souhaitent pas être identifiés. Aussi, beaucoup d’entre eux ne donnent pas leur vrai prénom.

Pour la réalisation de mon reportage, j’ai du porter un gilet jaune le temps d’être identifié comme journaliste.

Derniers rayons de soleil sur la forêt de Chambaran, tapie d’un mélange cotonneux de neige et de feuilles mortes. Il faut finir à pied les trois derniers kilomètres de la départementale reliant le bourg de Roybon à la ZAD. Car depuis trois jours, un barrage filtrant de la gendarmerie bloque pendant la journée les voitures qui en prennent la direction. Les véhicules sont fouillés et les identités relevées. Officiellement, l’arrêté préfectoral est justifié par la dangerosité de la route trop verglacée.

On entend la ZAD avant de l’apercevoir. Le silence hivernal de la forêt est régulièrement rompu par les rires, les cris et les coups de marteau qui parachèvent les cabanes. Puis, l’entrée ouest se dessine au bout de la route. C’est la barricade « Bières et Punk ». Un homme d’une soixantaine d’année en sort. Il est venu apporter de la nourriture et des couvertures :

« Cette ZAD est partie pour durer. Après le drame de Sivens, le gouvernement ne pourra pas se permettre de nouveaux affrontements », lâche-t-il.

Marmite de soupe, gnôle et meilleurs voeux

Quatre zadistes se réchauffent difficilement autour de la cheminée en terre cuite au centre de la cabane de palettes et de toile feutrée qui jouxte la barrière. Devant la maison forestière occupée, deux jeunes hommes mettent les derniers coups de marteau à un grand panneau de bois en forme de T qui – une fois fixé sur trois tréteaux – formera la grande table manquante pour accueillir les repas et les assemblées générales quotidiennes de la ZAD.

La maison forestière rebaptisée "MaquiZAD" par ceux qui l'occupent depuis le 30 novembre 2014. Crédit : VG/Rue89Lyon

La maison forestière rebaptisée « MaquiZAD » par ceux qui l’occupent depuis le 30 novembre 2014. Crédit : VG/Rue89Lyon

Contrairement aux -5°C de l’extérieur. La température est agréable dans la pièce principale du rez-de-chaussée de « la Maquizad », le quartier général. Un « papy savoyard » leur a apporté et installé un poêle début décembre, quand les températures sont devenues négatives.

Que serait la ZAD sans cette aide logistique de sympathisants, qui soutiennent la cause de préservation de cet environnement « mais n’ont plus l’âge pour ça » ? Un artisan dépose des restes de matériel de construction et du bois de chauffe, des maraîchers bio offrent régulièrement des cagettes de fruits et légumes, un boulanger les fournit en pain et, ce soir-là, un couple venu de Valence leur apporte « une marmite de soupe, de la gnôle et [leurs] meilleurs voeux ».

Cependant, peu viennent de Roybon, ce village de 1200 habitants, très majoritairement favorable au chantier, dont les habitants attendent les emplois et les élus les retombées fiscales.

La cuisinière à bois tourne à plein régime. Trois personnes préparent le dîner. Gratin de pâtes aux légumes et houmous de lentilles. Pas de menu de fête spécifique pour ce nouvel an qui ne sera jamais évoqué ni fêté.

« Des punks, des squatteurs, des hippies, des petits bourgeois… »

La nuit est tombée. La pièce se remplie assez soudainement d’une quinzaine de personnes. Ils ont terminé leur travail de construction de cabanes et de barricades tout autour de la ZAD.

Nils a la vingtaine et un accent qui laisse deviner ses origines belges. C’est le seul étranger que nous croiserons ce soir-là, alors que des élus et partisans du Center Parcs disent régulièrement en avoir assez que « l’internationale anarchiste » se mêle de leurs affaires.

Nils – qui gère les relations avec les médias – préfère systématiquement employer le « je » plutôt que le « on ». Il s’explique par la sociologie des profils :

« Il y a ici des antifas, des punks, des squatteurs, des hippies, des petits bourgeois et quelques anciens. C’est notre force. On a des divergences politiques mais ce qui nous réunit, c’est la ZAD ».

Un autre zadiste complètera ensuite :

« Nous cultivons la diversité quand les fascistes cultivent la similitude ».

Lui comme d’autres sont aussi passés par Notre-Dames-des-Landes et Sivens.

« Ce ne sont pas des batailles dont on porte la décoration sur la poitrine. Nous ne sommes pas en guerre, nous sommes en lutte », déclare Nils.

art_zad_roy00010

Le nombre d’occupants de la ZAD de Roybon est passée d’une cinquantaine à une trentaine pendant les fêtes de fin d’année. Crédit : zadroybon.wordpress.com

Les heurts avec les partisans du Center Parcs

Le talkie-walkie posé sur la grande table crache un son incompréhensible couvert par la sono hurlante de musique, les Béruriers Noirs ce soir. À l’autre bout du fil, ce sont les vigies des trois barricades qui demandent à être relayées pour venir profiter du repas.

Depuis quelques jours, les zadistes organisent une présence permanente dans ces check-points car, selon leurs dires, ils ont subi samedi l’attaque de partisans du Center Parcs qui ont glissé un bras dans une cabane et aspergé de gaz lacrymogène les occupants. Ils ne veulent pas porter plainte. La semaine précédente, une jeune fille a été heurtée par un 4×4 le long de la route menant à la Maquizad.

Les zadistes ont dressé une barricade autour de la zone. Trois postes vigies sont occupés en parmanence. Crédit : zadroybon.wordpress.com

Les zadistes ont dressé une barricade autour de la zone. Trois postes vigies sont occupés en parmanence. Crédit : zadroybon.wordpress.com

Plusieurs zadistes disent craindre de nouvelles intimidations ou que des méfaits plus graves soient à nouveau perpétrés. Des appels sont régulièrement postés par les abonnés de la page Facebook « Oui au Center Parc des Chambaran ». Surtout depuis que les travaux du projet ont été suspendus par le tribunal administratif de Grenoble, la semaine dernière.

« Ça a donné une légitimité à notre action », estime un zadiste.

Entre les deux camps de la bataille rangée, la tension est forte. De l’autre côté, les partisans du projet Center Parcs leur reprochent la dégradation de matériels de chantier et l’accès bloqué de leurs terres à des agriculteurs.

Mais aucun heurt ne se produira cette nuit de réveillon. Le seul opposant aux zadistes qui se présentera au barrage n’aura montré aucune animosité, venu seulement déposer un auto-stoppeur aveugle se rendant sur la zone et dont il a eu « pitié ».

Paradoxalement, quelques zadistes apprécient les patrouilles et les barrages de la gendarmerie qui dissuadent les provocations.

La paranoïa de l’infiltration

D’ordinaire, les forces de l’ordre sont nettement moins bienvenues. Le sigle ACAB (NDLR : pour « All Cops Are Bastards ») est tagué le long de la route, sur les barricades et porté en écusson sur certains vêtements. La mort de Rémi Fraisse est dans toutes les mémoires et d’autres écrits sur les murs de la Maquizad stipulent « ni oubli, ni pardon ».

DSCF7398

Barricade à l’entrée principale de la ZAD. Crédit : VG/Rue89Lyon

Nils explique cette très grande méfiance :

« Je deviens parano parce que je crains une infiltration, car les enjeux de notre lutte dépassent le seul projet de Center Parcs, c’est une remise en cause de tout le système ». 

À ce titre, quand quatre jeunes hommes venus de Charolles pour apporter du vin chaud quittent le campement en voiture, un zadiste « antifa » vient faire part de ses suspicions sur des supposés « Soraliens » (adeptes d’Alain Soral) qui, dans son idée, chercheraient également à infiltrer le mouvement, comme d’autres groupuscules d’extrême-droite à Sivens.

Au petit matin, le moment de quitter les lieux est venu. Mais pas sans savoir ce qu’il faut leur souhaiter pour 2015. Alors ?

« ZAD ici, ZAD là-bas, ZAD partout », lâche le guichetier de la barricade.


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

18 Commentaires postés

  1. – Documents importants pour comprendre le dossier

    l’enfumage est permanent, des élements ici:
    http://www.pcscp.org/Documents-importants-pour.html

    – Lire les conclusions du rapport de l’enquête publique « Loi sur l’Eau », 12 points rédhibitoires dont un seul devrait suffire à enterrer ce projet aberrant !

    A LIRE ! http://www.pcscp.org/IMG/pdf/conclusions_ep_23072014.pdf

  2. Les quelques banderoles dans Roybon ne font aucunement la majorité. Des habitants de Roybon ont même été menacés devant leur refus d’afficher les couleurs de CP…
    De plus il y avait une faible minorité de Roybonnais dans les 2 meetings orchestrés, financés par le MEDEF et les Zélus avec des convocations politiques élargies FN UMP PS, utilisations sauvages des fichiers d’associations municipales (subvention !) mais pire encore des fichiers d’élèves et leurs parents… port illégitime et illégale de nombreuses écharpes tricolores afin de faire « respectable et pseudo-démocratique »

    1) Plusieurs commerçants très actifs pour promouvoir Center Parcs ont déjà des promesses de boutique en interne. Ils délaisseront le village et comme CP amène aussi la construction d’un Supermarché (Permis de construire déjà signé), le village deviendra vite fantôme.
    Comme à l’intérieur du CP il y a toutes les boutiques (et les voitures garées très loin), les retombées économiques locales tant promises sont du pure Bluff.

    2) Enquête public indépendante « loi sur l’eau », 727 participations : 60% contre le CP, 31% pour

    • Avant d’écrire certaines choses ,il serait souhaitable de bien vérifier ses sources, car au vu de votre déclaration ,il est clair que vous n’êtes pas de Roybon.
      Je doute fort que la plupart des gens viennent de l’extérieur pour manifester chez nous, venez donc marcher un peu dans Roybon et vous verrez qu’une grande majorité des habitants sont POUR.

      D’autres part je vous laisse méditer sur un écrit de la part d’un Zadiste(mauvais d’ailleurs) pour voir comment nous Roybonnais sommes perçu par ces fameux défenseurs de la nature :

      « Ceux qui sont pour ces projet idiots sont en général des esprits incultes et égoïstes, des petites gens, retraités, agriculteurs conventionnels ou commerçants qui ne voient pas plus loin que leur petite vie insignifiante. Ces petits ne présentent aucun intérêt socio-économique. Pour comprendre l’objectif Zadiste il faut avoir un niveau culturel, social, humain, intellectuel déjà élevé. Par contre la France d’en bas restera toujours en bas.. »

      Voila voila on ne veux qu’une seule et unique chose:

      QU’ILS DEGAGENT !!!!!

      • cette prose ne ressemble pas à celle de zadistes que je connais … il n’y aurait pas quelques infiltrés qui feraient et diraient n’importe quoi pour donner une mauvaise image des zadistes et faire que la population se retourne contre eux ?

  3. Quand de vrais journalistes auront ils le courage de venir contacter les POur (Vivre en Chambaran) pour connaître les VRAIES infos sur le dossier ???
    Avez vous écouté le témoignage de celui qui s’est infiltré chez les zadistes ??? Une horreur…
    Un projet qui du point de vue écologique dépasse largement les limites imposées…
    Réseau d’eau potable : il va nous permettre une mise aux normes immédiate (à ce jour 30% de l’eau traitée est consommée… avec CP on passe à 70% !!!) soit CP 0,6% de la consommation totale du secteur concerné…
    Assainissement ce jour obsolète qui pollue la Galaure, va permettre d’améliorer les périodes d’étiage la rivière…
    Emplois, retombées économiques….
    Messieurs les journalistes, arrêtez de faire la part belle à ces personnes qui en ce moment polluent nos Chambaran comme jamais ils ne l’ont été !!! qui piégent nos forêts !!! qui s’approprient une propriété privée ……
    Et j’en passe ….
    Prenez contact avec les vrais acteurs de notre territoire et ne laissez pas ces BISOUNOUS vous manipuler !!!
    Danielle membre de Vivre en Chambaran POUR CP

    • je penses,qu’il faut arréter de defendre ces personnes qui squattent leur endroits de réunion festives pour faire la rave party près de l’étang surnommé « la marijanne ». il serait temps pour eux de comptempler leur mediocrité et leur vie d’homme pieux.il y a des choses beaucoup plus graves a défendre que d’empecher l’evolution de notre pays.qui contribuent a leur débauches ,c’est nous!!!! tous les petits villages d’a coté qui sont contre,c’est parce que le dossier du projet center parc n’a pas été accepter chez eux,comme aussi une famille qui vendait leur terrain a roybon a pierres et vacances,cause de refus,maintenant cette famille est contre!!! c’est encore une demonstration d’homme pieux!!!! je pense qu’il faut laisser faire les choses et faire preuve de sionisme.

      • « je pense qu’il faut laisser faire les choses et faire preuve de sionisme. »

        je ne crois pas que Roybon se trouve en Cisjordanie, donc le « sionisme », à mon avis, n’a rien à faire ici. Il s’agit peut être de « civisme » ?

    • Que d’âneries dans les commentaires de ContreDoncTerorriste !!
      J’en relèverais 2 :
      *concernant les commerces tout d’abord. En imaginant qu’effectivement des contrats soient donnés à des commerçants de Roybon, où serait le problème ? Le boulanger par exemple, peut très bien continuer à tenir sa boulangerie dans le village, et dans le même temps ouvrir une boulangerie à Center Parcs. Forcément, sa boulangerie n’en sera que plus rentable ! Il en est de même pour une supérette !
      * concernant les parkings à l’intérieur du center parcs. Il est loin le temps où il y avait un seul parking à l’entrée du Center Parcs. C’était le cas pour les premiers !! Mais aujourd’hui, la circulation et le stationnement restent toujours interdits dans les rues où se trouvent les cottages. Mais plusieurs parkings sont proches des habitations, et permettent de sortir de Center Parcs sans gêner personne. Mes propos sont faciles à vérifier, en regardant les plans des différents Center Parcs sur leur site.

      • Désolé de vous contredire mais, pour avoir pas mal travailé au center parcs d’Hattigny, la plupart des restaurants, commerces font partis de la franchise; même le quick à l’intérieur ne peut affiché sa marque sur le resto et les emballages.
        La quasi totalitée des vacanciers ne sortent pas du tout du parc, même si celà n’a pas de rapport je pense avec la circulation (bien qu’elle ne soit pas géniale). Les gens louent leur voiturette de golf ou leurs vélos et y vivent comme dans un grand village, si bien qu’il n’y a eu que très peu de retombés pour les commerces proches extérieur.
        Le seul avantage c’est les emplois, mais bon… faut vraiment être en galère. Enfin vous verrez bien le temps venu si vous y êtes confronté, où connaissait quelqu’un.
        Je ne suis pas du tout zadiste, mais je déteste sincèrement CP et ces méthodes d’exploitation, le terme « usine à rêves » y acquiert tout son sens et même s’y sublime.

    • Tout comme Isère Magazine, vous nous parlez de l’amélioration du réseau d’eau potable local, mais les spécialistes, les chercheurs (qui s’y connaissent plus que vous et moi) parlent de l’impact sur une nappe phréatique d’importance REGIONALE, pas tant au niveau du captage des eaux que de la structure même de la nappe et de son remplissage… quand on brise un équilibre, une harmonie de fonctionnement, il peut y avoir des dégâts et un risque pour des milliers de personnes…

  4. bonsoir, je suis sincèrement contente que vous ayez passé du temps à roybon avec les zadistes, du coup je vous invite à découvrir le fonctionnement d’une autre communauté, celle du village de roybon et de suivre une action ciblée, celle du loto du sou des écoles qui aura lieu en février 2015. Les gens du village de Roybon ont également de vraies valeurs de partage et de vie en communauté au risque de vous choquer.
    je me doute bien que vous ne viendrez pas nous voir ni même nous filer un coup de main car nous sommes trop normaux! cordialement

  5. Une maison autogéré???? Il me semble que ce ‘journaliste’ devrait revoir sa copie, ou ne pas copier/coller les informations ‘autogérées’ et filtrées par les zadistes. Selon la définition, l’autogestion, est entre autres est définie par la non-appropriation par certains des richesses produites par la collectivité. La zad de Roybon ne me semble pas répondre à ce point précis. Auto appropriation d’une maison en vente, liste de courses, chauffage, matériel de construction, etc…etc…alors les sympathiques sympathisants, continuez à sponsoriser ces personnes!

  6. ne tenez pas compte de tous les commentaires négatifs que vous recevez c’est juste la page des oui au center parc sur Facebook qui a invitez ses membres en leur demandant de vous laisser un petit commentaire voici le message en question  » Pouvez vous inonder de vos commentaires tous ces papiers (torchons)  » en tout cas très bel article merci à vous

    • Bien sûr vérité si tu veux te joindre aux différentes actions des associations de roybon pour voir ce que l’on y fait et filer un éventuel coup de main dans un sens moral et communautaire tu es le bienvenu

  7. Quand les journalistes nous parleront-ils de la nappe phréatique de Chambarans (qui n’a rien a voir avec le réseau d’eau potable)?
    Un vrai sujet qui mérite une enquête sérieuse.
    Dans un futur plus ou moins proche, des milliers de personnes pourraient-elles subir les conséquences d’un tel projet, oui ou non?
    Pourquoi ne trouve-t-on rien sur le sujet dans les médias?