Économie 

Gérard Collomb jubile avec des Journées de l’économie très installées à Lyon

actualisé le 15/11/2014 à 21h38

« Les Journées de l’économie, c’est à Lyon, c’est une évidence maintenant. C’est comme lorsqu’on parle d’histoire, on pense à Blois. »

Imparable. En disant cela, Pascal Le Merrer, directeur général des JECO (journées de l’économie), ne pouvait pas faire plus plaisir à Gérard Collomb, maire PS de Lyon qui a fait de la thématique économique son cheval de bataille et, même, l’angle d’attaque de ses projets politiques.

En installant à Lyon cet événement constitué de conférences denses, avec des intervenants de prestige, voilà la ville affublée de l’étiquette la plus valorisante pour son maire, actif à la rendre toujours plus attractive pour les entreprises, les cadres…

Gros programme, donc, dans la version 2014 de ces « JECO » (pour les intimes), qui ont démarré ce jeudi et s’étendent jusqu’à samedi.

 

Parle-t-on mal d’économie ?

On notera notamment pour la journée de vendredi une conférence avec… une absence. Celle de Thomas Piketty, auteur de ce qu’on peut désormais qualifier de best seller, « Le capital au XXIe siècle« , lequel essai a, nous explique-t-on, « relancé les débats autour de la répartition des richesses et des revenus, et permet de replacer les politiques de redistribution dans un cadre à la fois historique et analytique ».

Thomas Piketty a pour le coup annulé sa venue à Lyon, occupé à faire la promotion de son livre en Chine. Mais c’est l’un de ses mentors qui prendra en charge un propos qu’il connaît donc bien, François Bourguignon -titulaire de la chaire émérite à l’Ecole d’économie de Paris, autrefois premier vice‐président de la Banque Mondiale à Washington (de 2003 à 2007) et auteur de « La mondialisation de l’inégalité », paru en 2012.

Cecilia García–Peñalosa posera une intéressante question autour des disparités hommes-femmes : « disrciminations ou préférences ? », en tant que directrice de recherche au Cnrs (mais qu’on appelle toutefois « directeur » dans le programme des JECO).

Autre thème qui a arrêté notre regard, celui de « l’économie de la pègre » (voir à ce sujet l’article de notre blogueuse sur Rue89Lyon intitulé « L’Economie italienne sauvée par la drogue et les prostituées »).

Ou encore, la façon dont « la crise a modifié les migrations européennes », avec, notamment, l’intervention de Jean-Christophe Dumont, qui dirige la Division des Migrations Internationales à la Direction de l’Emploi, du Travail et des Affaires Sociales à l’OCDE, depuis 2010, et qui a participé par deux fois déjà aux JECO -dont on ne dira pas assez qu’elles sont lyonnaises, donc.

L’événement se clôt samedi avec une question pas idiote, mais sans doute fourre-tout et propice aux conclusions larges, ainsi formulée : « Parle-t-on mal d’économie ? ». « Journalistes, économistes, politiques ou représentants de la société civile » devraient être sur zone pour, pari osé, « livrer leurs pistes afin de mieux parler d’économie ».

Partager cet article

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 385 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 406 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 621 visites. 2 commentaires.