Vigies 

Philippe Pujol, prix Albert-Londres et… journaliste au chômage

PAR LAMONTAGNE.FR

Haute distinction journalistique, le prix Albert-Londres assurait auparavant, au-delà d’une reconnaissance indéniable de ses pairs, un « bon poste dans un bon canard ».

Ce n’est visiblement plus le cas, comme le rapporte Philippe Pujol, journaliste en presse quotidienne régionale qui a reçu la fameuse récompense en 2014 pour son enquête Quartiers shit, série de reportages réalisés dans les quartiers nord de Marseille et publiés dans La Marseillaise. Il raconte être aujourd’hui sans emploi, après avoir subit un licenciement économique.

Présent à Vichy la semaine dernière pour le festival Journalisme et société, Philippe Pujol a fait part de son expérience, notamment sur la thématique « un prix change-t-il la vie ». Il a décrypté ce phénomène qui fait que « les récents Albert-Londres ont tous eu du mal à trouver du travail instantanément ».

Comment un journal peut-il se défaire d’un journaliste ayant reçu une telle distinction ? Peut-être justement à cause de la dite distinction. Philippe Pujol, qui estime être « un joueur de division 2 qui a gagné le ballon d’or », l’explique en ces termes :

« En étant Albert-Londres, je ne suis plus un malléable. (…) Je pense que virer un mec qui a Albert-Londres, ça permet de ne pas virer quelqu’un qui aura plus de mal à trouver du boulot derrière. »

A lire sur lamontagne.fr.

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

Jean-Paul Bret parle publiquement de son cancer : les hommes politiques et la maladie

par Rue89Lyon. 772 visites. 1 commentaire.

Pour sa rentrée, David Kimelfeld règle son pas sur le pas de Gérard Collomb

par Laurent Burlet. 747 visites. 1 commentaire.

Géolocalisation par Snapchat : « Si on me tue un jour, on pourra me retrouver »

par Rue89. 622 visites. Aucun commentaire pour l'instant.