Elections municipales 2014  Politique 

Collomb III : un exécutif en partie renouvelé et une lutte pour la Métropole

actualisé le 23/04/2014 à 22h25

Ce n’était qu’une formalité et l’occasion pour ses adversaires de se positionner dans l’hémicycle. Gérard Collomb a retrouvé son fauteuil de maire pour un troisième mandat à Lyon, proposant une liste de 21 adjoints, quelques nouvelles têtes et, dans celles-là comme dans les plus connues, un autre enjeu en ligne de mire. Gérard Collomb a la Ville en mains, il lui faut maintenant obtenir la présidence de la communauté urbaine, avant de se remettre aux affaires l’esprit tranquille.

Gérard Collomb en route pour son troisième mandat à Lyon. Crédit : Pierre Maier/Rue89Lyon.

Gérard Collomb en route pour son troisième mandat à Lyon. Crédit : Pierre Maier/Rue89Lyon.

Une opposition au maire de Lyon, à sa droite et à sa gauche

Pas vraiment de surprise pendant le moment solennel et cérémonieux de l’installation du nouveau conseil municipal, formé par les élus de ce dimanche 30 mars. Des symboles à relever avec le retour du FN dans l’hémicycle lyonnais, qu’il avait quitté depuis 13 ans, avec un seul conseiller, Christophe Boudot, élu dans le 8e arrondissement. Et surtout des prises de position annonçant les intentions des adversaires de Gérard Collomb.

La gauche de Collomb a, en substance, assuré qu’elle ne signerait pas de blanc-seing, promettant d’observer les propositions une à une avant de les amender, ou non. Le cas des élus écologistes qui, après avoir fusionné leurs listes entre les deux tours avec celles de Gérard Collomb, ont annoncé ne pas vouloir rejoindre son exécutif (pas d’adjoints verts, donc). Le cas, également, de ce nouveau micro-groupe formé par Nathalie Perrin Gilbert et deux élus de ses listes Front de gauche-Gram.

Le challenger UMP de Gérard Collomb, Michel Havard, a juré pour sa part être ces six prochaines années dans une « opposition combative », contrairement à l’image trop souple voire tout à fait molle qu’il a donnée pendant ces six dernières années jusque dans son propre camp.

Avec Christophe Boudot, le FN retrouve le conseil municipal de Lyon duquel il était absent depuis 13 ans. Crédit : Pierre Maier / Rue89Lyon.

Avec Christophe Boudot, le FN retrouve le conseil municipal de Lyon duquel il était absent depuis 13 ans. Crédit : Pierre Maier / Rue89Lyon.

 

Du « village gaulois » à la Métropole

Nathalie Perrin-Gilbert s'est positionnée comme une opposante de Gérard Collomb défendant des valeurs "de gauche". Ce qui a fait sourire le maire. Crédit : Pierre Maier / Rue89Lyon.

Nathalie Perrin-Gilbert s’est positionnée comme une opposante de Gérard Collomb défendant des valeurs « de gauche ». Ce qui a fait sourire le maire. Crédit : Pierre Maier / Rue89Lyon.

Gérard Collomb a replacé dans son discours d’investiture sa vue pour Lyon, soit un modèle social et économique qu’il verrait bien s’appliquer au niveau national pour éviter l’échec total du gouvernement socialiste. Occasion aussi de redonner ses réponses aux reproches qui lui ont été faits pendant cette campagne et durant le dernier mandat :

« Nous n’opposons pas grands projets et qualité de vie dans les quartiers ».

Il a aussi promis qu’il considérerait chacun des élus, quel que soit l’arrondissement, comme un message adressé aux 6e et 2 arrondissements remportés par la droite, mais encore plus spécifiquement adressé au 1er arrondissement, déjà qualifié par de nombreux élus de « village gaulois », où Nathalie Perrin-Gilbert a retrouvé son fauteuil de maire.

Gérard Collomb a très vite évoqué la Métropole, qui naîtra dès 2015 de la fusion des compétences du Grand Lyon et du Rhône, super-collectivité pour la tête de laquelle se battent aussi bien le maire que les élus UMP. Gérard Collomb, en bonne position pour l’obtenir, a toutefois voulu rassurer ceux qu’il s’agit de convaincre et qui feront l’élection, les maires des petites communes. Pas de souci de territoires, toutes les spécificités seront respectées, selon le maire de Lyon qui ne voudrait surtout pas que « la ville centre soit déconnectée de la Métropole ».

 

Les femmes « diverses » et les écolos Collomb-compatibles

Gérard Collomb a-t-il une écharpe neuve pour son troisième mandat ? Crédit : PierreMaier/Rue89Lyon.

Gérard Collomb en route pour son troisième mandat. Crédit : Pierre Maier/Rue89Lyon.

En résonance avec l’actu politique nationale, le jeu des chaises musicales au gouvernement est assez semblable dans l’assemblée municipale de Lyon. Nouveautés, mais surtout continuité. Quelques figures ont disparu de l’exécutif composé de 21 adjoints choisis sur le volet par Gérard Collomb. Par exemple, exit Odile Fondeur, ancienne adjointe déléguée au commerce, tombée en disgrâce et pointée par la presse locale pour le conflit d’intérêt qu’elle pouvait incarner, en étant salariée de GL Events, une société obtenant de nombreux marchés publics à Lyon.

Plus d’écolos dans l’exécutif, donc. Ou presque. Ceux restés auprès de Gérard Collomb tandis que EELV-Lyon choisissait de lancer des listes autonomes (avant le premier tour des élections) ont été chaudement remerciés : Françoise Rivoire a été placée sur les liens intergénérationnels et les personnes âgées ; et Alain Giordano sur les espaces verts et l’écologie urbaine.

Le maire a par ailleurs misé sur des figures de la diversité, issues notamment du « club Rhône-Alpes Diversité » monté par Ali Kismoune, jusque là collaborateur d’élu au conseil général et désormais lui-même élu au conseil municipal. Les adjointes « diverses » sont donc des femmes : Zohra Aït-Maten qui a bataillé depuis le 7e pour obtenir les affaires sociales et les solidarités ; Fouziya Bouzerda, ex-UDI qui a rejoint Gérard Collomb pendant la campagne, remerciée avec la grosse délégation du commerce et du développement économique.

 

« Modèle lyonnais » ou la promo d’une méthode

L’état-major qui a structuré la campagne se voit tout aussi gratifié : Georges Képénékian garde sa délégation culture et se voit promu premier adjoint. Anne Brugnera qui a tenté pendant toute la campagne de donner des explications sur un dossier qu’elle connaît bien mais qui est resté totalement absent du débat, celui des rythmes scolaires, est chargée de l’éducation, de la vie étudiante et de la promotion universitaire.

Le député Thierry Braillard met une croix sur une délégation qu’il affectionnait, les sports, laquelle est placée dans les mains du gymnaste champion d’Europe en 2009, Yann Cucherat, fraîchement débarqué et quelque peu ébahi dans l’hémicycle. Thierry Braillard devra travailler sur le tourisme, une délégation à laquelle a été accolée une curieuse autre mission, celle de la promotion du « modèle lyonnais ». L’expression préférée de Gérard Collomb est désormais entérinée sous les ors de la République.

Si la composition de l’exécutif de la future Métropole n’est pas encore établie et est actuellement durement négociée, quelques anciens vice-présidents au Grand Lyon se voient débarqués sur la Ville. C’est le cas du communiste Gérard Claisse, qui était à la participation citoyenne au Grand Lyon et qui, à la Ville, passe de 14e adjoint à 11è avec une délégation aux ressources humaines et au dialogue social, ou encore de Karine Dognin-Sauze qui s’occupait du numérique et arrive à la Ville pour les relations internationales et les affaires européennes.

 

Et dans les arrondissements ?

Le conseil communautaire devrait élire son président le 28 avril prochain. D’ici là, les négociations vont bon train. Les maires d’arrondissements, eux, seront désignés le 12 avril prochain. On vous les présente d’ores et déjà. Dans le 7e, il s’agira de Myriam Picot. Avocate en droit des personnes et ex-bâtonnière du barreau de Lyon, elle a mené la liste de Gérard Collomb de « façon tenace pour une novice » selon quelques membres de son équipe de campagne. Elle n’avait pas prévu d’être propulsée maire d’arrondissement mais elle a fini par accepter la proposition du maire.

Pour le 1er, il s’agira donc de Nathalie Perrin-Gilbert. Thomas Rudigoz se frotte pour la première fois à la fonction et ira dans le 5e. Hubert Julien Laferrière la retrouve quant à lui, dans un 9e arrondissement qu’il avait déjà piloté lors du premier mandat de Gérard Collomb. Il doit donc abandonner des fonctions au Grand Lyon, sur les relations internationales, qu’il affectionnait pourtant particulièrement. Les maires PS Thierry Philip, David Kimelfeld et Christian Coulon retrouvent respectivement et confortablement leurs fauteuils dans les 3e, 4e et 8e arrondissements. Denis Broliquier, milloniste devenu UDI, garde son 2e arrondissement. Dans le 6e, ce sera le baptême du feu pour Pascal Blache, élu dès le premier tour sur les listes UMP-UDI.

 

Ci dessous la liste complète des 21 adjoints au maire de Lyon :

Equipe municipale 001 © Pierre Maier

Gérard Collomb pose pour la photo avec son exécutif Lyon 2014. Crédit : Pierre Maier/Rue89Lyon.

Georges Képénékian : Culture, Grands événements, Droits des citoyens.
Anne Brugnera : Éducation, Vie étudiante, Réussite et promotion universitaire.
Jean-Yves Secheresse : Sécurité, Tranquillité publique, Occupations du domaine public.
Zorah Ait Maten : Affaires sociales, Solidarités.
Richard Brumm : Finances.
Nicole Gay : Préservation et développement du patrimoine immobilier.
Guy Corazzol : Administration générale, Mairies d’arrondissements, Relations avec les usagers.
Fouziya Bouzerda : Commerce, Artisanat, Développement économique.
Alain Giordano : Espaces verts, Cadre de vie, Nouveaux modes de vie urbains, Ecologie urbaine.
Anne-Sophie Condemine : Emploi, Insertion, Egalité des chances.
Gérard Claisse : Ressources humaines et Dialogue social.
Karine Dognin-Sauze : Relations Internationales et affaires européennes, Coopération décentralisée et solidarité internationale.
Jean-Dominique Durand : Patrimoine, Mémoire, Anciens Combattants.
Blandine Reynaud : Petite enfance, Centre sociaux, Maison de l’enfance.
Michel Le Faou : Aménagement, Urbanisme, Habitat, Logement.
François Rivoire : Liens intergénérationnels, Personnes âgées.
Thierry Braillard : Tourisme.
Thérèse Rabatel : Egalité Femmes-Hommes et personne en situation d’handicap.
Yann Cucherat : Sports.
Dounia Besson : Economie sociale et solidaire.
Loïc Graber : Démocratie participative.

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.
En BREF

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 983 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La distribution de tracts est-elle un délit ?

par Rue89Lyon. 393 visites. 1 commentaire.

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. 207 visites. Aucun commentaire pour l'instant.