Appartement 16
  • 17:09
  • 24 février 2014
  • par Rue89Lyon

A Vénissieux, le FN laisse la place aux ultranationalistes Benedetti et Gabriac

7619 visites | 11 commentaires

Toutes les occasions sont bonnes pour faire parler d’eux. Ils s’étaient fait connaître en multipliant des “opérations coups de poing” médiatiques contre le Mariage pour tous. Un an après, les ultranationalistes Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac se présentent aux municipales à Vénissieux. Le premier y menait déjà une liste FN en 2008, parti dont ils ont été exclus depuis.

Gabriac_Benedetti

Les présidents de l’Oeuvre française, Yvan Benedetti, et des Jeunesses nationalistes, Alexandre Gabriac lors d’une conférence de presse le 21 juin 2012 à Lyon © Philippe Juste / Maxppp

Ce lundi après-midi, ils ont déposé les 49 noms à la préfecture du Rhône qui dispose de quatre jours pour vérifier la conformité de cette liste d’extrême droite.

Le préfet du Rhône saisit le procureur

La préfecture s’est penché sur les conditions d’obtention de certaines signatures. Le Progrès (payant) affirmant que certains colistiers âgés ont été abusés.

Ce vendredi 28 février, le préfet du Rhône, Jean-François Carenco a validé les listes car, dit-il dans un communiqué, “les formalités nécessaires ont été remplies”.

Cependant, le préfet rebondit sur les soupçons d’abus de confiance et a saisi le Procureur de la République au titre de l’article 40 du code de procédure pénale :

“Il appartiendra au procureur d’apprécier si les faits (des “fausses candidatures, ndlr), s’ils sont avérés, sont constitutifs d’une infraction pénale, relate un communiqué de la préfecture du Rhône. (…) Au regard des éléments factuels communiqués sur ce dossier, Jean-François Carenco a saisi le procureur de la République sur le fondement de l’article 40 du code de procédure pénale, et ce d’autant plus que des lettres de personnes figurant sur la liste semblent corroborer cet état de fait”.

Pacte de non-agression entre les ultranationalistes et le FN du Rhône

Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti se sont fait élire sous l’étiquette FN. L’un est toujours conseiller régional élu en Isère et l’autre est conseiller municipal de Vénissieux.

Ils ont tous les deux été exclus du parti après l’arrivée à la présidence de Marine Le Pen : Yvan Benedetti, pour s’être déclaré « antisémite, anti-sioniste et anti-juifs » et Alexandre Gabriac pour plusieurs photos où on le voit effectuant le salut nazi.

Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti ont continué leurs activités à la tête de deux groupuscules de l’extrême droite radicale (l’Oeuvre française et les Jeunesses nationalistes) jusqu’à leur dissolution en juillet dernier.

Malgré leur exclusion du FN, les relations entre les deux élus et la direction départementale du parti semblent plutôt bonnes. Quand Jean-Marie Le Pen vient en visite à Lyon, ils sont là et toute la famille est de nouveau réunie.

Malgré les bons scores réalisés par le FN en 2012 (38% au second tour des législatives) et par la liste conduite par Yvan Benedetti aux municipales de 2008 (11% des voix), le FN n’y a pas monté de liste pour 2014. Ce qui laisse le champ libre aux exclus, qui ne collent pourtant pas avec la ligne de Marine Le Pen.

La figure tutélaire de Bruno Gollnisch, conseiller régional FN, peut expliquer ce pacte local de non-agression. Yvan Benedetti, Alexandre Gabriac, comme Christophe Boudot (tête de liste FN aux municipales à Lyon) sont des proches de l’ancien patron du FN à Lyon et en Rhône-Alpes, challenger malheureux de Marine Le Pen à la présidence du parti frontiste.

En prime, les ultranationalistes ont choisi l’ambiguïté pour séduire l’électorat de Marine Le Pen.

  • Leur liste “Vénissieux fait front” porte le même nom que la liste FN de 2008.
  • Sur les tracts et les affiches, on peut lire en gros caractères : “Alexandre Gabriac conseiller régional, élu sur la liste Front National”.

Marine Le Pen demande l’invalidation de la liste

Entre la direction locale et la direction nationale du FN, on ne tient pas le même discours.

Répondant aux questions de Lyon Capitale, le patron de la fédé du Rhône, Christophe Boudot, a expliqué l’absence de liste FN à Vénissieux par le fait qu’« (le parti) n’avait pas réussi à constituer de liste” dans la commune. Il évoque l’idée d’un “recours” contre la liste. Sans plus s’étendre.

Rappelons que la présence d’une liste formée de dissidents du FN à Saint-Priest, autre commune de la banlieue est de Lyon, n’a pas empêché le parti de Marine Le Pen de boucler une liste.

Naturellement, Christophe Boudot n’«appelle pas à voter” pour la liste des ultranationalistes.

Au niveau de la direction nationale du FN, le ton n’est pas tout à fait le même. Stratégie de “dédiabolisation” oblige.

Dans un courrier adressé mercredi au préfet du Rhône, Marine Le Pen demande l’« invalidation” de la liste.

«Il est clair que la dénomination de cette liste constitue un acte de parasitisme du nom Front national, parasitisme autant juridique que politique», écrit celle-ci dans un courrier dont l’AFP (via RTL.fr) a eu copie.

«Il est tout aussi clair que le Front national n’a rien de commun avec les parasites qui animent cette liste», ajoute la présidente du FN qui demande au préfet «pour cette raison de refuser le matériel électoral de cette liste».

Ce recours gracieux sous forme de lettre au préfet semble mort-né si l’on se réfère aux propos de Nicolas Bay, le secrétaire général adjoint du FN, cité par le Progrès :

“On a étudié la possibilité d’effectuer un recours juridique. Mais ça me paraît difficile”.

Ce n’est pas la première fois que le discours local du FN est plus arrangeant à l’endroit de l’extrême droite radicale. Christophe Boudot n’avait pas été particulièrement scandalisé par la une de Minute sur Christiane Taubira alors que le bras droit de Marine Le Pen s’employait à qualifier le journal de “torchon”.

Quelle efficacité de la dissolution des groupuscules de l’extrême droite radicale ?

L’existence de cette liste pose la question de l’efficacité des procédures de dissolution de l’Oeuvre française et des Jeunesses nationalistes, décidées en juillet dernier par Manuel Valls, ministre de l’intérieur.

  • L’Oeuvre française, qui comptait quelque 200 membres, était l’une des plus vieilles formations d’extrême droite française. Pétainiste, ce groupuscule s’affichait antisioniste pour mieux diffuser des messages à caractère antisémite.
  • Quant aux Jeunesses nationalistes, c’est la branche « jeune » de l’Oeuvre. Le groupuscule a été fondé en 2011 par Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac.

Depuis la dissolution, les deux ultras ont multiplié les réunions publiques. Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac continuent une activité militante en ayant simplement perdu leur “marque” d’origine. Ils pourraient donc potentiellement être poursuivis pour reconstitution de ligue dissoute.

> Article mis à jour le 26 février à 13h avec les propos de Christophe Boudot et Nicolas Bay.

> Mis à jour le 26 février à 14h15 avec le courrier de Marine Le Pen au préfet du Rhône.

> Mis à jour le 27 février à 11h15 suite à l’enquête du Progrès sur l’obtention des signatures de certains colistiers.

> Article actualisé le 28 février à 16h30 suite au communiqué de la préfecture du Rhône


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

11 Commentaires postés

  1. qu’est ce qu’ils viennent chercher à vénissieux ? ils vont faire 1 % et fin de chantier.

  2. Ils dégagent une empathie, c’est dingue….

  3. Franchement les journalistes pourraient s’intéresser aux autres candidats plutôt qu’à ces deux personnages dont même le FN ne veut plus.
    Vénissieux à de forte chance de se débarrasser des communistes et des leurs alliés du PS, on a pas besoin d’une autre équipe d’idéologue incompétent !

    • L’intérêt de cet article va au delà de Vénissieux. Ça montre à ceux qui veulent voter FN dans leur commune que ce parti ne jette pas la pierre à des extrémistes de ce genre, condamnés pour avoir fait le salut nazi. Certes, ils sont exclus du parti pour l’image de marque. Mais le FN leur laisse le champ libre à Vénissieux. Ce n’est pas rien. Ils ne sont pas devenus les ennemis du FN pour autant. Que madame Michu et Mr Dupont y pensent dans leurs communes respectives avant de mettre un bulletin de vote FN dans l’urne…

  4. Benedetti avait fait un bon score en 2008. avec Gabriac il risque de chuter, car ce dernier n’est pas spécialement apprécier autant par les militants du FN que des autres mouvances patriotes. je pense que ce mix est une erreur.

  5. La dissolution a été efficace, voir même une mauvaise chose car depuis on a vu éclore une multitude de mouvements nationalistes régionaux dont le discours s’est radicalisé ainsi que les actions, comme par exemple “Lorraine Nationaliste” qui organise des défilés au flambeau en pleine ville sans être inquiété, comme “au bon vieux temps” des défilés de la SA: http://lorrainenationaliste.wordpress.com/2014/02/13/lorraine-nationaliste-recrute/

  6. comment deux abrutis peuvent êtres élus conseiller régional ?

    je n’arrive toujours pas a comprendre pourquoi leurs électeurs élisent ce type de personnage méprisable

    ce Gabriac est un défaut de fabrication de conception fœtale il ne sert et ne servira a rien

    si si a la glorification de sa propre personne par ses frères d’armes tout aussi abrutis que lui qui n’ont malheureusement pas appris a penser par eux même
    mais a travers Gabriacus cesarnus

    wake up people

  7. @Veyrat. Votre commentaire a été modéré. Merci de vous référer à notre charte.