Et maintenant...
...quelque chose de complétement différent.
Blogs  Et maintenant... 

Le cas Taddeï : « chouette, un débat »

actualisé le 30/01/2014 à 21h21

En pleine polémique autour de l’émission Ce Soir ou Jamais, et en plein procès en complaisance de son animateur Frédéric Taddeï, le rédacteur en chef d’Hétéroclite Romain Vallet a accepté de poursuivre le débat que nous avions entamé sur un réseau social blanc et bleu, sur ce blog blanc et rouge. Comme j’ai l’habitude de dire en pareille situation, « chouette, un débat ».

Romain Vallet : Très bonne tribune de Bruno Roger-Petit : « Les supporteurs de Dieudonné et du Printemps français demandent qu’on applique à leurs propos la ligne Taddeï. Pas de jugement. Pas de morale. Pas de hiérarchie de la parole. Pas de traitement différentiel. Tout se vaut. Tout peut être dit. Le droit de tout dire, n’importe comment, sur n’importe qui, n’importe où. »

François Cau : Sérieusement, Taddeï responsable du succès de Soral et Dieudonné ?! Ce pays ne marche plus sur la tête mais sur les pointes de cheveux.

RV : On ne peut évidemment pas dire que Taddéï a créé le phénomène Soral et Dieudonné tout seul. Mais il y a apporté sa contribution.

FC : QUOI ??? Pas toi Romain, merde.

RV : … En leur donnant la parole.

FC : MAIS BORD… Bon sang de bois, ne pas leur donner cette parole serait revenu au même !!! L’un des mérites de Taddeï fut justement de montrer que non, contrairement à ce qu’ils prétendaient, ils n’étaient pas des « martyrs du système interdits de médias » – ce qui est, rappelons-le, leur fonds de commerce ! J’irai jusqu’à penser en ce sens qu’il les a sans doute freinés ; lors de leurs interventions, il n’a jamais été complaisant avec eux, ils n’ont prêché que des convertis et sans doute effrayé beaucoup d’autres.

RV : Quand tu tends un micro à quelqu’un et que tu le laisses déblatérer pendant cinq minutes sans lui opposer aucune contradiction, ce n’est pas de la complaisance ? Sérieusement, si BHL animait une émission de télé où il inviterait le parrain de son fils, tu ne crierais pas à la complaisance ? Combien de personnes ont découvert Soral ET on été séduites par ses idées en le découvrant chez Taddéï alors qu’ils n’en auraient sans ça jamais entendu parler ?

Quant à la victimisation, c’est leur fonds de commerce mais c’est aussi un délire qu’il ne sert à rien de vouloir guérir avec des arguments rationnels ou en leur laissant plus de place dans les médias. Inutile de chercher à les combattre sur ce terrain-là, c’est perdu d’avance : quoiqu’on fasse, ils continueront à hurler au complot médiatique tant que tous les médias ne se seront pas prosternés à leurs pieds. Et il y aura malheureusement toujours une partie de l’opinion pour les suivre, tant est fort le sentiment de « tous pourris » médiatiques, dans tous les courants politiques.

Je pense qu’il est plus efficace de défendre l’idée (pas très grand-public en ce moment, j’en conviens) que non, toutes les opinions n’ont pas la valeur suffisante pour être représentées sur une chaîne publique, surtout dans ce qui est censé être une émission de débats de qualité. Les gens comme Anatoli Fomenko qui pensent que la Terre est plate, que Dieu a créé l’Univers en six jours ou que Jésus est né mille ans plus tard que ce que nous croyons, sont objectivement peu représentés dans les médias et s’en plaignent. Est-ce qu’il faut pour autant donner raison à leurs jérémiades et les inviter de temps à autre dans des débats en espérant que ça va les calmer ? Je ne pense pas.

Je crois que, loin de saper leur crédibilité en exposant leur paranoïa, ça va simplement donner plus d’échos à leur délire. Il faut arrêter avec cette idée qu’on n’a pas fait le tour d’un sujet tant qu’on a pas recueilli l’avis dessus de Soral, Nabe ou Meyssan. Leurs contributions n’enrichissent pas le débat public, elles le plombent. On perd un temps médiatique énorme à débattre de conneries qui devraient faire l’unanimité chez toute personne un tant soit peu sensée et pendant ce temps-là, on ne parle pas d’autre chose…

FC : Dude, Soral, Nabe ou Dieudonné auraient été découverts tôt ou tard par ces personnes. Ce n’est pas une dizaine de vidéos en moins sur Youtube qui freine ce genre d’accointances, pas aujourd’hui. Je ne vois pas la complaisance que tu soulignes, le sous-entendu implicite que Taddeï les aurait invité pour faire leur promotion à coups de silence complice – à part dans le cas de Nabe, qui reste tout de même satellitaire par rapport au bordel ambiant, et franchement anecdotique dans l’éternelle kermesse des léchouilles éhontées de l’entre-soi télévisuel. Si on pousse la logique jusqu’à l’absurde, il faudrait également accuser Bernard Pivot d’avoir le premier invité Nabe à Apostrophes, et Evelyne Thomas d’avoir starisé Soral dans C’est mon Choix…

Au-delà de ça, quand bien même Taddeï serait un agent trouble à la solde de l’extrême-droite « dissidente », le problème ne se résumerait toujours pas à désigner le bouc émissaire de la démocratisation de telles idées. Le vrai problème réside dans le pourquoi de leur séduction et de leur lente gangrène progressive. Leur tourner le dos et faire comme si elles n’existaient pas ne fera que les renforcer dans leur auto-alimentation.

Toute théorie du complot repose sur le même mécanisme de justification par la narration que les religions. C’est une croyance personnelle et sûrement naïve, mais je pense que l’exposition et la déconstruction de ces récits est sans doute ce qui peut leur faire le plus de mal – l’église de Scientologie n’a jamais autant souffert qu’avec l’exposé des « révélations » réservées aux membres les plus éminents du culte.

Je conçois à la limite que tu puisses contester que Taddeï n’y soit pas allé plus franchement, je suis même assez d’accord, mais je comprends sa démarche et le défend pour le principe, sans être plus fan que ça. Le vrai problème n’est pas là, et j’abonde quand tu soulignes qu’il s’agit d’un écran de fumée qui détourne miraculeusement l’attention. PS : je vois ton Fomenko, et je relance d’un David Icke.

RV : Bref, on en arrive là où je voulais en venir : si Taddeï invite Soral, Nabe ou Dieudonné, c’est un écran de fumée pour éviter d’avoir à traiter du véritable sujet : la domination du monde par les judéo-reptiliens illuminatis.

RV : Cher François, je veux bien convenir avec toi qu’il ne suffit pas d’enfouir la tête dans le sable et de faire comme si Nabe et Soral n’existaient pas pour qu’ils cessent subitement d’exister. Mais croire qu’on peut débattre sur un plateau de télé avec ces gens-là est illusoire.

J’ai déjà posté sur mon mur cette citation du paléontologue américain Stephen Jay Gould, qui a combattu pendant une bonne partie de sa vie les tenants du créationnisme :

« Le débat est une forme d’art. Il s’agit de sortir victorieux de la confrontation. Il ne s’agit pas de découvrir la vérité. Le débat relève d’un certain nombre de règles et de procédés qui n’ont absolument rien à voir avec l’établissement des faits […] Ils [les créationnistes] sont très bons à ce jeu là. Je ne pense pas que je pourrais avoir le dessus dans un débat contre les créationnistes. »

C’est pour ça que je pense que Taddeï a tort de les inviter en les présentant comme des experts en ceci ou cela (dont l’avis en vaudrait bien un autre), en refusant de les appeler pour ce qu’ils sont (une bande de tarés complotistes) et en leur donnant pour seuls contradicteurs des vieux cons réacs (juifs, si possible) qui défendront mordicus Israël et qui traiteront d’antisémite quiconque osera dire que Netanyahou est méchant (histoire de bien conforter ces paranoïaques dans leur vision du monde binaire).

Qu’on parle d’eux sur le service public, pourquoi pas. Mais sans eux. Et en sachant qu’il y a un équilibre délicat à trouver dans la façon dont on rapporte et analyse leurs idées (sans complaisance mais sans prêchi-prêcha non plus) et dans le temps médiatique qu’on leur consacre : informer, oui, mais il y a un moment où l’on risque la surdose, où la mise en avant de leurs propos, pensées, faits et gestes (fût-ce sous le prétexte hypocrite de la dénonciation) devient un système et où les épouvantails se transforment en femmes à barbe consentantes dont les tauliers médiatiques font la réclame en espérant que ça leur rapportera du clic ou de l’audience.

FC : Cher Romain, je continuerai vaille que vaille à ne pas considérer Ce Soir Ou Jamais comme l’écrin que tu sembles y voir. A te lire, on dirait que Soral et Nabe y sont invités toutes les semaines, et que Taddeï leur sert uniquement de marchepied qui se contenterait de hocher la tête d’un air entendu. Ce qui est très loin d’être le cas. L’intervention d’Alain Soral dont je me souviens le mieux le confrontait notamment à Clémentine Autain, et les éructations quasi inaudibles du chantre de la « virilité helléno-chrétienne », sa violence verbale qui le poussait à couper la parole à tout le monde pour répéter les mêmes choses l’ont exposé dans toute son inconséquence rhétorique.

C’était effectivement la démonstration qu’on ne peut pas débattre avec ce genre de prophète autoproclamé, mais aussi la nécessaire illustration de son inanité. Je conçois que ça reste mon impression (personnellement, ce segment m’a terrorisé et je persiste à dire qu’il n’a prêché que des convaincus ou des gens qui allaient de toute façon basculer vers le FN), mais je reste persuadé au-delà de ça qu’interpréter la moindre mimique faciale et la gestuelle corporelle de Taddeï, ou voir dans sa ligne éditoriale ou sa gestion des invités LE tremplin décisif pour ces idées revient à faire fausse route.

Pour conclure sur la défense de l’émission au global, dont l’animateur n’est qu’un rouage (certes essentiel), je ne suis pas sûr qu’on puisse objectivement la taxer de racolage à l’audience, ne serait-ce que par son format-même (des gens qui causent autour d’une table, basta)… Je suis tout à fait d’accord avec toi sur les dangers de la surdose, surtout en ce moment, mais accuser Taddeï d’en être à l’origine me semble grotesque. J’y vois même une résurgence de l’écueil majeur des debunkers, les anti-conspirationnistes qui finissent par tomber dans les mêmes automatismes que ceux qu’ils dénoncent, en particulier la recherche du bouc émissaire / deus ex machina qui expliquerait tout.

Drapé dans sa légendaire magnanimité (et ses impératifs de bouclage), Romain me laisse gentiment le dernier mot. Jusqu’à la prochaine fois…

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
François Cau
François Cau
Expendable chez So Film.
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 453 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 417 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 654 visites. 2 commentaires.