Le coton tige
Spectacles, concerts, tout ce que j'ai envie d'aller voir et entendre à Lyon, envers et contre tous.
Blogs  Cultures  Le coton tige 

Pourquoi j’ai décidé d’aller voir Yodelice au Transbo

actualisé le 11/01/2014 à 16h40

J’ai envie d’aller voir Maxim Nucci, qui revient à Lyon présenter son troisième album porté par Yodelice, personnage tiré d’un univers sombre et poétique. On trouve souvent que c’est très mainstream, pourtant j’ai trouvé 5 raisons qui me/vous poussent à y aller.

yodelice

1. Parce qu’en persévérant, on arrive à tout

Je ne sais pas de qui est cette citation mais Maxim Nucci en a appliqué les règles. Après avoir passé 10 ans à chercher sa voix et à tenter sa chance auprès des labels, d’une émission de télévision française – pour rappel Popstars en 2001, dans la production-composition pour de nombreux projets ô combien différents : réalisateur technique des L5, compositeur pour la chanteuse et compagne de l’époque Jenifer – on fait tous des erreurs de jeunesse, compositeur également pour la chanteuse espagnole Ana Torroja, producteur de la musique du film Alive, pour finir il a réalisé les premières parties de Calogero, Vanessa Paradis, Ayo, Goran Bregovic… avant de trouver enfin, depuis 2009, date de la sortie de son premier album Tree of Life, sa voix, son personnage, son univers scénique et acoustique.

2. Parce que c’est très utile d’avoir de bons amis

Ses anges gardiens ne sont autres que Guillaume Canet, qui a réalisé son clip à succès Sunday with a flu et qui lui a permis de faire une apparition dans Ne le dis à personnes et Les petits mouchoirs, ainsi que Matthieu Chedid qui lui a ouvert des premières parties pour qu’il se fasse un nom. La bande à Basile compte de nombreuses personnalités, Marion Cotillard se joint au projet en incognito sous le nom de Simone en accompagnant le chanteur à la basse sur sa tournée. Cécile Cassel, demi-sœur de Vincent, dont le premier album a été arrangé par Yodelice, a également accompagné le chanteur sur sa tournée en faisant ses premières parties pour se faire la main, elle est d’ailleurs présente sur son second album et sur scène avec lui, toujours incognito en Simone.

3. Parce que je suis fan de Tim Burton

Yodelice, c’est un personnage imaginaire, qu’on croirait tiré d’un film de Tim Burton, avec son côté obscur et poétique, mélancolique et énergique, il est vêtu avec classe mais sombrement, un chapeau melon planté d’une plume, une barbe bien fournie et une larme dessinée sur la joue gauche.
Yodelice a l’art de composer une musique folk bien à lui, des ballades mélodiques, intimistes et quelques fois entraînantes. Les compositions sont épurées et efficaces, la guitare est évidemment l’instrument principal, parfois en duo avec un violoncelle pour le côté mélancolique et sombre, parfois accompagnée par un piano, des cordes, percussions ou cuivres pour apporter un peu de chaleur et de vivant à ses ballades folk. Sa voix est douce, cotonneuse et parfois retenue sur un fil tel un équilibriste, les paroles sont dans un anglais presque parfait, à peine articulées, comme pour accentuer encore la douceur et le lent envol des esprits vers l’univers de son personnage, profond et rêveur.

4. Parce qu’en Live, c’est beaucoup plus rock

C’est à partir du deuxième album Cardioid que le changement a commencé à opérer, en effet, celui-ci marque une évolution, une prise de conscience et d’expérience, Le chanteur se tourne dorénavant vers des sonorités rock-folk beaucoup plus marquées, des rythmes plus imposants et vivants, tout en gardant le style propre à son personnage.
Cette évolution se confirme sur son dernier album Square Eyes, toujours plus énergique, mais beaucoup plus lissé, rodé, moins folk et sans l’originalité qui avait fait son succès, le style se rapproche malheureusement de la tendance pop actuelle, avec des sons de synthétiseurs des années 80, sortie d’un dessin animé d’Ulysse 31 – j’étais fan en étant jeune, Yodelice ne se serait-il pas laissé rattraper par le succès et la mode musicale pop-synthé-bobo-psyché-tendance… ?

5. Allez Simone, montre toi !

Malgré tout, c’est en live que sa musique prend toute sa hauteur, son univers scénique est mêlé de mystères et d’enchantements, il y a des arbres tordus, des lumières feutrées, une guitare en forme de tête de mort, tout est là pour nous emmener dans son pays – Peter Pan sort de ce corps, mais cette fois-ci le pays de son personnage s’appelle Spookland. Il réserve bien souvent des surprises lors de ses concerts, l’ambiance et le public sont toujours au rendez-vous, que nous réserve-t-il pour sa prestation au Transbordeur les 11 janvier et 14 février prochains ? Une chose est sûr, cela m’étonnerait que Cécile Cassel ou Marion Cotillard, pardon Simone ! fassent le déplacement pour l’accompagner sur scène.

Les 11 janvier et 14 février au Transbo

Plus d’infos : Le Transbordeur

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Nicolas Picard
Nicolas Picard
Tout ce que j'ai envie d'aller voir et entendre, envers et contre tous... Bref, j'ai envie de vous dire : c'est en allant voir les artistes en Live qu'on les aime... ou pas.
En BREF

La piscine de Gerland rouvrira finalement en attendant le futur bassin promis

par Rue89Lyon. 472 visites. 1 commentaire.

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 546 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 459 visites. Aucun commentaire pour l'instant.