Mode d'emploi
Conçu et imaginé par la Villa Gillet, Mode d’emploi est un festival des idées, ouvert aux croisements avec les arts, pluraliste, multilingue.
Blogs  Mode d'emploi 

L’incertitude, un moteur de la connaissance, à pratiquer sans modération

« On mesure l’intelligence d’un homme à la mesure d’incertitude qu’il peut supporter » a dit Emmanuel Kant. Et ce dimanche à l’hôtel de région, c’est avec beaucoup d’intelligence que le débat a été lancé sur la relation entre incertitude et connaissance, dans le cadre du Festival Mode d’emploi. Le doute, le questionnement est envisagé comme une force et non comme un obstacle de pensée. Cette analyse donne une autre couleur à ce qui fait partie intégrante de nos vie : l’incertitude.

 Par Sarah Cestau

L’incertitude, un moteur de la connaissance

« Savoir, c’est avant tout situer son point de non savoir » précise le professeur d’Histoire à Paris 1, Patrick Boucheron. Son péché mignon, nous avoue-t-il, c’est de provoquer l’incertitude chez ses élèves. Il les fait douter, il désorganise le savoir pour le travailler et produire une connaissance construite. Pour lui, l’incertitude est un moyen de créer de la connaissance, pas un but : « si l’histoire est une science, elle a pour objet d’inquiéter les certitudes ».

Et l’incertitude fascine les étudiants. Le succès des conférences organisées par l’université Bordeaux 3, l’année dernière, sur l’état de ce qu’on ne sait pas dans le domaine scientifique, en est la preuve. Etienne Klein, directeur du laboratoire de recherche sur les sciences de la matière, se lance dans une joute pour démontrer l’utilité de ce doute :

« Ignorer qu’on ignore, c’est ne pas savoir. Savoir qu’on ignore, c’est savoir totalement car on sait à la fois ce qu’on sait et ce que l’on ne sait pas ».

L’incertitude dans le processus de recherche motive le scientifique dans sa soif de connaissance.

 

« L’homme ne sait jamais ce que fait ce qu’il fait », Paul Valéry

Le produit de l’incertitude est donc l’avancée de la connaissance, moins on ignore, plus on sait. Mais que sait-on vraiment ? Si l’existence d’un objet est prouvée par la science, l’usage reste une interrogation. Jean-Claude Ameisen, président du Comité consultatif d’Ethique, prend la parole sur la question éthique de l’utilisation du savoir scientifique :

« l’incertitude vient de l’idée que le savoir est forcément insuffisant, d’où la démarche éthique de combler l’insuffisance par la conduite humaine ».

Pour lui, l’incertitude nous retient de croire que ce qui est aujourd’hui sera invariable demain. Cette forme de prudence « évite les excès, le totalitarisme de la certitude ». C’est un processus humain, social, collectif. Agir dans l’incertain revient à être vigilant alors même qu’on pense agir pour le mieux. Ce processus est inscrit dans le fonctionnement comportement humain. La vigilance est dans chacun de nos gestes. L’incertitude compose le monde et l’homme.

 

Le relativisme touche les limites de l’incertitude comme méthode

La solidité de la science vient du nombre de fois où elle est confrontée à l’incertitude. Sa force, c’est sa permanente remise en question. Elle permet d’atteindre une connaissance de plus en plus exacte et profonde qui n’est pas la vérité. Car pour Etienne Klein, « la vérité est relative car on peut avoir raison contre les faits, on peut expliquer le réel par l’impossible ». Tout dépendrait alors du cadre d’interprétation du réel dans lequel on se trouve.

Le savoir déplace le curseur entre certitude et incertitude. Ce que l’on apprend en sciences, en physique ou en histoire dans une temporalité donnée change l’écriture du passé. Mais si on peut douter de ce que l’on apprend sur le passé, on ne peut pas douter de tout. Le relativisme à outrance pose des limites de raisonnement et d’application scientifique. Alors certaines connaissances sont admises comme faits. Patrick Boucheron nous confirme qu’« il existe des certitudes que l’on en peut pas mettre en doute », sous peine de ne rien jamais pouvoir affirmer.

A Jean Claude Ameisen de conclure, en reprenant le script d’un celèbre blockbuster américain, « un grand pouvoir implique de grande responsabilité ». La science détient ce pouvoir de déterminer la robustesse des faits. L’incertitude est l’outil de cette robustesse, elle est une porte vers le savoir en dessinant les contours de notre ignorance.
> Retrouvez ce billet de blog sur la plateforme Villa Voice

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Villa Voice
Villa Voice
Plateforme co-créée par la Villa Gillet, Rue89Lyon et les étudiants en journalisme de l'IEP Lyon pour le "Festival des idées, Mode d'Emploi".
En BREF

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Au Forum de l’entrepreunariat, bien-être et zénitude du porteur de projet

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Cour d’appel de Lyon : l’affaire du Center Parcs de Roybon renvoyée en décembre

par Rue89Lyon. 542 visites. 1 commentaire.