Vigies 

Chauffage urbain du Grand Lyon : de grosses questions autour du futur marché public

actualisé le 11/11/2013 à 01h17

Lors du prochain conseil communautaire, le 26 septembre, Gérard Collomb s’apprête à faire voter par l’assemblée du Grand Lyon l’attribution de l’exploitation du chauffage urbain. Un marché estimé, selon Lyon Capitale, à 2 milliards d’euros sur 25 ans.

Rappelons qu’en 2004, le précédent appel d’offre avait abouti à la démission du vice-président de l’époque chargé des marchés publics au Grand Lyon, qui avait dénoncé un « marché pipé ». Dalkia (filiale de Veolia et EDF) avait obtenu le marché mais des irrégularités avaient été dénoncées par son concurrent de l’époque, qui avait obtenu des indemnités devant les tribunaux.

Or, c’est précisément à Dalkia (alliée à la Caisse des dépôts et consignation et à Idex-Energies) que le Grand Lyon s’apprête de nouveau à confier le march é public du chauffage urbain.

De nombreux acteurs proches du dossier expriment de sérieux doutes comme l’affirme Lyon Capitale, qui liste les points qui posent question :

  • L’offre de Dalkia serait notamment plus chère que celle présentée par son nouveau concurrent GDF-Suez.
  • La présence de la Caisse des dépôts (CDC) au sein de la nouvelle société créée par Dalkia interroge également alors que la CDC a contribué à sauver le projet de Grand stade de l’OL il y a quelques mois.
  • Surtout, une clause a été introduite par Dalkia en cas de recours (par exemple d’un concurrent ou d’une association de contribuables). Tant que les recours n’auront pas abouti, les investissements seront minorés.

A lire sur lyoncapitale.fr 

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

Jean-Paul Bret parle publiquement de son cancer : les hommes politiques et la maladie

par Rue89Lyon. 696 visites. 1 commentaire.

Pour sa rentrée, David Kimelfeld règle son pas sur le pas de Gérard Collomb

par Laurent Burlet. 734 visites. 1 commentaire.

Géolocalisation par Snapchat : « Si on me tue un jour, on pourra me retrouver »

par Rue89. 613 visites. Aucun commentaire pour l'instant.