Et maintenant...
...quelque chose de complétement différent.
Blogs  Et maintenant... 

Centrifugeuse de visionnage, summer edition : troisième partie

actualisé le 17/11/2013 à 13h29

Où l’espoir jaillit une nouvelle fois du cinéma de genre espagnol, contre vents hollywoodiens et marées franchouillardes.

Fanny de Daniel Auteuil

Previously on Marius. La petite se sent mal après que son amoureux a cédé à son incontrôlable appel du large. César et Honorine sombrent dans la névrose. Escartefigue tente d’oublier les tromperies de son épouse en jouant à la pétanque sur des axes routiers. Dans l’ombre, Panisse rôde, à l’affût. Events occur… in real time. Daniel Auteuil s’est foutu dedans tout seul. Non, NON, ne l’aidez surtout pas – tu crois que je ne t’ai pas vu, Ariane Ascaride, avec tes gros sabots de caution morale marseillaise ? Il faut qu’il se rende compte et qu’il apprenne. Même en partant d’aussi loin.

Les Derniers Jours des frères Pastor

Si l’on en croit les huiles en place, il n’y aurait pas de problème avec le cinéma de genre français. Mais alors, comment expliquer son humiliation infligée avec une terrifiante régularité par les productions espagnoles ? Le deuxième film post-apocalyptique des frangins Pastor (après le sympatoche Infectés) aligne des acteurs convaincants et investis, un postulat intéressant dérivé de la névrose japonaise des hikikomori, une mise en images élégante, aux sursauts de tension impressionnants, et des effets spéciaux qui ne font pas détourner le regard de dégoût. Soit beaucoup plus que ce dont pourraient se vanter les films fantastiques français de ces dernières années…

Les Flingueuses de Paul Feig

Le réalisateur de Mes Meilleures Amies est un faiseur talentueux, et un orfèvre du tempo comique. Melissa McCarthy est une machine à rires à la générosité précieuse, quel que soit le matériau qu’on lui sert. Foutredieu, même Sandra Bullock se fend de sa meilleure performance depuis des lustres. Unique problème : la scénariste novice Katie Dippold n’a pas compris qu’écrire pour des sitcoms et des longs-métrages n’est pas vraiment la même chose. Plombé par son intrigue plan-plan, Les Flingueuses ne décolle jamais.

Percy Jackson  : la Mer des Monstres de Thor Freudenthal

Calibré au millimètre près par des exécutifs sans goût pour se positionner pile entre Harry Potter et Hunger Games, ce second volet des aventures cinématographiques du fils de Poséidon (qui fait « Papa ? » quand il est près d’un lac) a tellement peu de personnalité qu’il s’oublie quasiment au fil de la vision, tout comme le premier. Au point qu’on se demande régulièrement qui sont ces gens, quel est leur projet, tiens, pourquoi ce serveur a-t-il huit bras, ou comment peut-on faire des images de synthèse aussi laides en 2013 ?

C’est la Fin de Seth Rogen et Evan Goldberg

Anomalie systémique s’il en est, Seth Rogen a basé sa carrière uniquement sur le fait qu’il aime la weed. Tétanisé quand il joue pour d’autres, il ne s’épanche vraiment que dans ses écrits estudiantins sous influence, entouré si possible de ses potes célèbres. Marrant sur le papier – une flopée d’acteurs hollywoodiens dans leur propre rôle se retrouve confrontés à l’Apocalypse -, C’est la Fin se révèle une pochade atrocement mal rythmée, dont la plupart des gags très happy few n’atténue jamais la désagréable impression de remplissage. Pire : sous ses airs trash, le film embrasse dans son dernier acte des allures de bondieuseries en contre-sens total avec son semblant de propos.

Kick-Ass 2 de Jeff Wadlow

D’un côté des gentils, de l’autre des méchants, et à la fin ben ils se tapent tous dessus. Séquelle opportuniste, à la réalisation grossière et au ton schizophrène (en dépit d’une violence cartoon et de running gags scatos, on nous y répète en permanence qu’on n’est « pas dans un comics, mais dans la réalité » – sic), Kick-Ass 2 n’est même pas sauvé par la performance simiesque d’un Jim Carrey qui a bien fait de désavouer le film. Son personnage représente même le summum du courant d’évangélisation chelou qui a clairsemé bon nombre de blockbusters américains de l’été.

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
François Cau
François Cau
Expendable chez So Film.
En BREF

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 983 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La distribution de tracts est-elle un délit ?

par Rue89Lyon. 393 visites. 1 commentaire.

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. 207 visites. Aucun commentaire pour l'instant.