Actualité 

Incendie à la centrale du Bugey : pourquoi ça fait flipper

actualisé le 18/12/2013 à 03h24

Même si l’incendie qui s’est déclenché dans la centrale de Bugey n’a pas endommagé de zone nucléaire, cet énième incident n’a rien de rassurant.

Pour rappel, ce lundi vers 13h10, un incendie a eu lieu dans la centrale nucléaire de Bugey, qui se situe dans l’Ain, à 40 km de Lyon.

« Le départ de feu a été provoqué par un échauffement sur l’alternateur de la salle des machines », précise un communiqué d’EDF.

Deux heures plus tard, les équipes d’intervention de la centrale nucléaire et les pompiers sont parvenues à maîtriser le départ de feu qui s’est produit dans la salle des machines en zone non nucléaire de l’unité de production n°5.

« L’arrêt automatique du réacteur n°5 a été déclenché et le réacteur est actuellement dans un état stable piloté par des procédures dédiées, indique de son côté l’Autorité de sûreté nucléaire. […] Cet événement n’a pas eu de conséquence pour le personnel. Il n’y pas eu de rejet radioactif dans l’environnement. »

 

Bugey fais-moi peur

Mais l’organisation Sortir du nucléaire est loin de partager son optimisme :

« Cet accident n’est pas survenu dans la partie nucléaire de la centrale. Pour autant, ce n’est pas pour cela qu’il n’est pas grave ! En effet, un tel incendie peut rejeter des vapeurs toxiques, dangereuses pour le personnel qui intervient. Par ailleurs, les zones touchées par l’incendie deviennent inaccessibles pour l’instant, et la désorganisation créée par l’événement perturbe le fonctionnement général de la centrale. Enfin, si on ne peut plus évacuer le courant électrique, cela peut également poser des problèmes. »

Les élus rhônalpins d’Europe Ecologie les Verts pointent d’autres problèmes, plus graves encore :

« L’autorité de sûreté nucléaire a repéré un grave défaut d’étanchéité des dômes des réacteurs, défaut auquel EDF devait amener une correction urgente fin mars 2013 mais dont nous n’avons aucune nouvelle. La dalle de ses réacteurs est, comme celle de Fessenheim, plus fragile que celles des autres centrales françaises. »

 

Une épidémie nationale de problèmes électriques

La situation est d’autant plus inquiétante que l’incendie d’hier lundi est loin d’être un cas isolé. Depuis plusieurs mois, les incidents touchant des équipements électriques se sont multipliés sur l’ensemble du parc nucléaire français.

« Même s’ils ne représentent pas des menaces directes pour les populations, ils sont symptomatiques d’une sûreté qui se dégrade. » déclarent les représentant de Sortir du nucléaire.

Selon les écologistes, c’est l’ancienneté de la centrale est la principale responsable. Bugey est en effet la deuxième plus vieille centrale française, après Fessenheim.

« Ainsi, la centrale du Bugey fait partie, de toute évidence, des installations nucléaires qui doivent être arrêtées en priorité, en cohérence avec les engagements du Président de la République de diminuer à 50% la part du nucléaire dans la production électrique .»

 

Partager cet article