La 89ème minute
Ça commence à être tendu, mais tout reste possible...
Blogs  La 89ème minute 

OL-Nancy : l’amour du travail Bafé

actualisé le 21/01/2014 à 11h30

RANK’N’OL #45. Et le pire, c’est que tout cela paraît normal : l’OL gagne à Nancy (0-3), Gomis marque deux buts magnifiques, Gourcuff ressemble à un meneur de jeu international… Que ce soit une pièce exceptionnelle ou le début d’une production en série, ça reste de la belle ouvrage. Le genre de Rank’art à ne pas rater.

Le mode d’emploi du Rank.

1. Bafétimbi Gomis : le Rank a toujours su rendre hommage à ses matchs de combattants, passés dos au but, au service du collectif et de la sacro-sainte « institution ». Et même si cela devait être au détriment de son efficacité. Mais  personne ne pouvait défendre le Bafé 2013, lent et maladroit. Inoffensif.

Alors Gomis avait fini par sortir du onze, et ce ne sont pas ses entrées en jeu qui allait le faire regretter. Pour tout dire, on en était presque à se demander comment on avait pu soutenir (à jeun) qu’il n’y avait pas meilleur complément pour Karim Benzema en équipe de France.

Aussi osera-t-on avancer que Rémi Garde, après avoir compris que Licha ne reviendrait pas sur le terrain, a réfléchi avant de prendre la décision qui allait tout changer. Martial ? Malbranque à droite pour recentrer Benzia ? Une demande de dérogation à la LFP pour inscrire Lacombe sur la feuille de match ? Ce sera finalement Gomis. Qui prend d’entrée la mesure du double quintal de la défense centrale nancéienne avec une remise pour Benzia. Avant de marquer un premier but qu’il ne doit qu’à lui-même. Il n’est alors pas sur la pelouse que depuis trois minute.

Véritable aimant à défenseurs, Gomis reprend son rôle d’ouvrier et ouvre des brèches à la pelle pour ses coéquipiers. Pour terminer le travail par un nouveau chef-d’œuvre : enchaînement roulette-balle piqué en douceur. Génial. Et quatrième meilleur buteur de Ligue 1 (16 buts). Entre Gomis et les Lyonnais, il y a clairement eu une histoire d’amnésie. Reste à savoir de quel côté.

2. Yoann Gourcuff : depuis qu’il est arrivé à Lyon, Gourcuff n’a jamais fait qu’une chose, revenir. À chaque fois, on a vu cette même scène se reproduire : celle d’un joueur voulant renaître au football, multipliant les étirements comme les touches de balle comme pour mieux sonder ce corps qui semblait lui en vouloir, presque autant que le destin. Voilà pour le corps.

L’esprit maintenant. Soit précisément ce qui a foutu le camp après ces neuf mois passés à incarner le futur du foot français – et un peu plus que ça – du côté de Bordeaux. Un après-midi passé sous le soleil de Nancy ne suffira sans doute pas à ramener ce joueur qu’on a perdu.

 

Lire la suite : retrouvez désormais le Rank sur Le Libéro Lyon, nouveau site sur l’actu du foot à Lyon, signé par l’auteur de la 89è minute.

 

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog