Actualité 

La marque Hollister veut des vendeurs Playmobil

actualisé le 26/01/2014 à 10h37

Installée dans le centre commercial de Confluence, la boutique de la marque Hollister ne fait pas parler d’elle que pour ses chemises hawaïennes. L’AFP (via le directmatin.fr) reprenait ce vendredi les contraintes hallucinantes dont se plaignent la plupart vendeurs, pour la plupart de façon anonyme.

Le recrutement chez Hollister se fait sur des critères physiques afin que, dans la boutique, le client se retrouve face à des porte-fringues vivants. Car non seulement les employés (y compris ceux qui ne se trouvent pas sur la surface de vente) doivent être relativement canons, mais en plus ils se voient contraints d’acheter des tenues de la marque. Achats qui ne leur sont pas remboursés.

 

Pas d’amourettes entre Ken et Barbie

Un des employés se plaint également de réaliser jusqu’à 50 heures de travail par semaine quand son contrat n’en indique que 10. La directrice du magasin lyonnais a refusé de répondre aux questions des journalistes, les renvoyant vers le siège de l’enseigne, dans l’Ohio.

En plus de devoir parler en anglais à leurs clients (en criant puisque le volume de la musique est poussé à fond dans le magasin), les vendeurs recevraient à leur entrée dans la boutique d’autres consignes étonnantes : interdiction de fraterniser. Le document remis à l’employé stipule qu’il doit « éviter d’avoir des interactions sociales ou romantiques en dehors du lieu de travail ». Des Playmobil pour employés : l’idéal pour Hollister.

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 977 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La distribution de tracts est-elle un délit ?

par Rue89Lyon. 388 visites. 1 commentaire.

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. 205 visites. Aucun commentaire pour l'instant.