Société 

Gagamap : de l’information géolocalisée à Saint-Etienne

actualisé le 10/02/2014 à 10h30

Ou comment utiliser les nouvelles technologies pour donner un coup de jeune à l’information locale. Gagamap propose de replacer l’actualité là où elle se trouve : au coin de la rue (virtuelle).

Officiellement lancé le 28 janvier 2013, Gagamap est un site d’information stéphanoise reposant sur l’outil de géolocalisation. La page d’accueil présente une carte de Saint-Etienne, comme elle de Googlemap en teintes plus… vertes (choix éditorial qui n’est pas sans rappeler une certaine équipe de football), constellée de petits signets, ou « pins », multicolores. Chaque couleur représente un format d’article différent : zoom sur une actualité, dossier, data…

Il s’agit à la base d’un projet universitaire, mené par une équipe de 12 personnes qui cherchent à utiliser tous les outils et supports proposés par Internet pour traiter de l’actualité locale, voire « hyper-locale », selon les mots de Giovanni Djossou, étudiant à Lyon 2 et administrateur du site.

« On cherche a présenter l’information de manière originale à chaque fois, en variant les supports écrits, vidéo, data… le tout en replaçant l’information directement dans l’espace. Cela crée une proximité avec les habitants, qui peuvent voir ce qui se passe au coin de leur rue. Par exemple, il y a, à Saint-Etienne, un club de football américain. Personne ne savait que ça existait, et ceux qui le savaient n’avaient aucune idée de l’endroit où il pouvait se trouver. »

Parmi les types de sujets proposés : le fauconnier de Geoffroy Guichard, la réaction des jésuites stéphanois à l’élection du pape, ou encore les étudiants étrangers à Saint-Etienne.

L’équipe de Gagamap a pu disposer jusque là, grâce au partenariat de l’université de Lyon 2, des locaux de l’IRAM pour mener à bien leur projet. Si le partenariat est aujourd’hui remis en cause, l’expérience pourrait bien se pérenniser une fois l’année terminée.

« On peut soit revendre le concept, soit le transmettre aux promos suivantes. Il faut que l’on voit ça avec les responsables du master. Mais on veut continuer à faire vivre cette idée. Si ça marche sur Saint-Etienne, ça peut marcher ailleurs », imagine Giovanni Djossou.

Le site propose maintenant aux internautes de rajouter leurs propres articles, avec un « pin’s » d’une couleur définie, afin de développer une approche plus participative. De fait, le site manque encore de contenu pour prétendre à une réelle exhaustivité.

 

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Yann Samain
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 398 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 408 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 623 visites. 2 commentaires.