Les mémoires d'un pixel
Tout dernièrement m'étant trouvé sur le point de faire le dernier "game over !", j'ai songé à rechercher la clef du festin ancien, où je reprendrais peut-être appétit - Arthur Rimbaud -
Blogs  Les mémoires d'un pixel 

Captain Blood Legacy raconté par Eviral

Entretien avec Eviral, jeune développeur montpelliérain et initiateur du quatrième volet de la licence Captain Blood. Il nous parle de sa rencontre avec Philippe ULRICH et Didier BOUCHON et de leur travail ensemble. En partageant sa passion, il nous dit ce que sera Captain Blood Legacy et se livre à une réflexion sur le jeu vidéo et sur un renouveau qu’il appelle de ses vœux.

« Les noms de Philippe Ulrich et Didier Bouchon me sont revenus à l’esprit, je ne les avais jamais oubliés, ils étaient gravés dans l’écran d’intro de Blood et à jamais dans mon esprit… »

Achille Micral : Comment est née cette idée de redonner vie à Captain Blood ?

Eviral : C’était en 2010, je suis tombé par hasard sur des screenshots de l’arche du Captain Blood sur le web.
Ça m’a rappelé beaucoup de bons souvenirs, j’avais 12 ou 13 ans en 1989 quand Blood est sorti, j’avais un amstrad CPC et des copains m’avaient passé Blood sur disquette…

C’était l’époque des demo makers, de TILT… Grosse vague de nostalgie, le temps qui passe, les technos qui évoluent et l’envie folle de retrouver cette folie créatrice qui caractérisait la fin des années 80, des jeux d’auteurs étranges, innovants, des ovnis improbables codés en quelques mois sans trop de pression marketing et financière… Une liberté, une créativité qui s’est un peu perdue aujourd’hui à l’heure des études marketing à outrance, des investisseurs et de la course au profit…

Les noms de Philippe Ulrich et Didier Bouchon me sont revenus à l’esprit, je ne les avais jamais oubliés, ils étaient gravés dans l’écran d’intro de Blood et à jamais dans mon esprit…

Quelle est ton expérience avec Captain Blood ? tu y jouais dès 1988 ? tu as des anecdotes à nous donner sur ce jeu ?

Oui, j’y ai joué avec des copains sur amstrad, au début j’y comprenais rien, c’était très space, mais c’était envoûtant  et graphiquement magnifique, dire que Didier a fait 90% des graphismes et tout le code en assembleur…(Respect éternel !)

« Blood se prête très bien à l’aspect social, au collaboratif, au dialogue avec d’autres joueurs »

Comment vous êtes vous rencontrés Didier, Philippe et toi même ? est-ce qu’eux même pensaient déjà faire un « remake » ?

J’ai fait des premiers visuels sous 3ds max et Photoshop puis une petite maquette jouable sous XNA en C#.
J’ai trouvé le site perso de Philippe, je lui ai envoyé un mail comme ça, au culot, mais avec grande modestie…

Philippe et Didier m’ont répondu quelques jours plus tard, un peu sonnés mais très enthousiastes. On a fixé une date et on s’est rencontré à Paris (j’habite à Montpellier)… J’étais plutôt stressé, et puis tout s’est bien passé, on a bien sympathisé, ils sont adorables…

Oui, Phil avait bien accroché déjà avec les réseaux sociaux et imaginait de son côté un Blood sur facebook.
Blood se prête très bien à l’aspect social, au collaboratif, au dialogue avec d’autres joueurs …

Quelle est ta façon de travailler avec Philippe et Didier comment se répartissent les rôles ?

On s’envoie des tonnes de mails, on se skype presque toutes les semaines jusqu’à pas d’heure…
Philippe apporte beaucoup d’idées, de concepts novateurs, il parle du projet autours de lui, il se bat pour trouver un financement afin qu’on puisse monter le studio…
Didier aussi apporte des idées étonnantes, il décortique les mécanismes de gameplay… Et moi, pour finir, je m’occupe principalement de la partie graphique, des visuels, du concept art… et du code, en attendant d’avoir une équipe plus étoffée.

« Je n’aurais jamais imaginé qu’on galère autant pour trouver de quoi financer un projet comme celui là ! »

À l’heure où nous parlons, à quel stade de développement (créa, technique…) se trouve le projet Captain Blood Legacy ?

Nous avons figé le gros du scénario, du gameplay, la partie innovation est bien définie et bien chargée… Nous avons imaginé beaucoup de concepts forts que je trouve assez inédits dans un jeu vidéo… Nous avons pas mal de graphs, d’artworks, tout a été modélisé en 3D… Un trailer est en cours de finition, il est dans les mains expertes de Philippe qui manie After Effects comme personne !
Le développement n’a malheureusement pas encore pu commencer, faute de moyen. Tout a été fait à ce jour sur notre temps libre, le week end ou le soir tard…

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ? (techniques ou autre…)

Nous avons les idées, une bonne partie du savoir faire, déjà pas mal de fans derrière nous qui s’impatientent maintenant et je les comprends ! La technique n’est pas un problème, ce qui nous bloque c’est le financement…

Je n’aurais jamais imaginé qu’on galère autant pour trouver de quoi financer un projet comme celui là !

Mais voilà, la période est abominable, la crise financière fait des ravages, les investisseurs sont ultra frileux alors que le jeu vidéo n’a jamais connu autant d’adeptes dans le monde !

Blood est un jeu d’auteur avec une personnalité forte, une ambiance très particulière mais je suis convaincu qu’il pleut plaire à un public assez large (plus loin que les geeks !), imaginez un Blood en plein écran sur une télé géante dans votre salon avec un Kinect pour piloter l’UPCOM et dialoguer avec la reine des Seaquarians.

Nous sommes convaincus depuis longtemps que la solution est dans le crownfunding mais ce n’est pas simple…

Kickstarter cartonne aux US mais est réservé uniquement aux résidents US ou UK, avec le studio domicilié là bas et le compte bancaire aussi… En France, les sites de crowdfunding sont assez rares et ne sont pas très excitants…

C’est pourquoi nous avons décidé de créer PlayStarter, une nouvelle plateforme de fanfounding dédiée uniquement au jeu vidéo afin d’aider la profession, les studios, les étudiants, les indépendants…

Le renouveau du jeu vidéo passera par les indépendants, ils ont du potentiel créatif et peu de contraintes, un peu comme dans les années 80, ils sont agiles et libres pour peu qu’on les aide un peu… Nous espérons bien entendu financer Captain Blood Legacy grâce à PlayStarter, et ouvrir la voix à d’autres projets…

PlayStarter est un challenge, le site est prêt mais nous bloquons encore sur des aspects juridiques, le crowndfunding étant assez flou légalement en France, même si la ministre de l’économie numérique semble croire en cette nouvelle façon alternative de financer des projets.

« Legacy est mille fois plus qu’un remake : ce sera un biogame massivement multi joueur, truffé de concepts SF inédits »

Le retour que tu as des fans,  de la presse ou des professionnels de l’industrie du jeu vidéo est il positif ?

Oui, très positif, tout le monde trouve le projet génial… aussi bien la profession, que les fans, la presse, les étudiants des écoles de jeu vidéo… Nous avons le soutien amical de beaucoup de monde, et nous vous remercions tous pour ce soutien psychologique, ça nous fait chaud au cœur, ça nous aide à avancer…

Faites passer le message, likez les pages facebook, relayez le buzz… Legacy ne verra sans doute le jour que grâce à vous les fans !

Philippe a ressuscité EXXOS, la divinité créatrice, nous dédions nos destins à la résurrection de Captain Blood

Captain Blood Legacy en quelques mots, c’est quoi ? Un remake ? Une suite ? un nouveau jeu ?

N’utilisons pas le terme « remake » c’est un peu péjoratif je trouve, aujourd’hui Legacy est mille fois plus qu’un remake : ce sera un biogame massivement multi joueur, truffé de concepts SF inédits, avec un moteur d’intelligence artificielle prenant en compte le tempérament inné des aliens (hérité des caractéristiques de leur race) mais aussi leur état émotionnel immédiat (colère, peur, méfiance)… Un immense monde persistant qui continue à évoluer quand vous vous déconnectez…

Philippe, Didier et moi-même avons creusé le scénario de Legacy pendant des mois, ce sera la rencontre inédite entre les jeux vidéo et les réseaux sociaux… Une sorte de réseau social 2.0 très graphique, thématique avec un gameplay en tâche de fond… Les joueurs pourront se rencontrer pour chatter par UPCOM et webcam holographique, discuter de tout de rien ou collaborer pour avancer à plusieurs dans le jeu…

« Ils sont toujours guidés par le challenge et l’envie de créer, de laisser derrière eux quelque chose que les gens aiment… Un patrimoine artistique et ludique »

Petit scoop, sans trop dévoiler : y aura-t-il un aspect supplémentaire dans Legacy qui n’existait pas dans Captain Blood, voir même dans Commander Blood (ou même Big Bug Bang) ?

Nous essayons de reprendre le meilleur de l’arche du Captain Blood, c’est l’épisode de la trilogie qui a le plus marqué les esprits. Legacy sera plus proche de Captain Blood que ne l’étaient Commander Blood et Big Bug Bang…

Toki, Flashback, Leisure Suit Larry… pourquoi à ton avis autant de remakes émergent actuellement ? 

Parce qu’on se rend compte qu’il y a eu de grands jeux vidéo à toutes les époques, et les plus jeunes ne connaissent plus forcement les pépites venues du passé…
Le début du jeu vidéo a conditionné beaucoup de chose dans le jeu vidéo d’aujourd’hui… Il y avait de grands auteurs, et des fans qui par nostalgie, par passion, veulent faire revivre ces grands moments…

Je crois que les grands noms qui ont marqué le début du jeu vidéo ne demandent que ça, ils sont toujours guidés par le challenge et l’envie de créer, de laisser derrière eux quelque chose que les gens aiment… Un patrimoine artistique et ludique…

Propos recueillis par Achille Micral
Je vous invite à faire part de vos questions et encouragements à Eviral en laissant un petit commentaire !

Retrouvez également sur Rom Game
La genèse de  Captain Blood Legacy
Captain Blood s’expose au Centre Pompidou

Partager cet article

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Achille Micral
Achille Micral
Tout dernièrement m'étant trouvé sur le point de faire le dernier game over ! J'ai songé à rechercher la clef du festin ancien, où je reprendrais peut-être appétit.
En BREF

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 915 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La distribution de tracts est-elle un délit ?

par Rue89Lyon. 365 visites. 1 commentaire.

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.