Économie 

Tatouage clandestin et TVA à 5,5

actualisé le 09/11/2013 à 05h18

La législation sur le tatouage restant quasi inexistante en France, il est aujourd’hui quasiment plus simple d’ouvrir un shop que de se lancer dans l’élevage de chiens de race. Ce qui n’empêche pas une poignée d’irréductibles de continuer de tatouer « à domicile », en marge des cadres. Alice, 27 ans, pique dans une alcôve de son appartement.

Si le tatouage reste toujours plus marginal en France que chez le voisin allemand ou le cousin québécois, il est toutefois sorti de l’underground et des bars de marins par petites vagues de mode. Entre deux tribaux, trois ronces et quatre salamandres, il revêt également des formes artistiques encore insoupçonnées par le grand public. Plus que le coût d’une enseigne, c’est la nécessité de se faire une clientèle et de se forger une solide réputation qui motivent bien souvent les tatoueurs « débutants » à piquer à la maison.

Alice (prénom d’emprunt) pratique aujourd’hui le tatouage dans son appartement situé sur les pentes de la Croix-Rousse. Une alcôve est consacrée à cette activité qu’elle considère avant tout comme un art, le corps devenant un matériau juste plus singulier.

« Si tu ne dessines pas, tu ne tatoues pas », insiste-t-elle.

 

Pas de pied de porc

Son premier trait via dermographe (la « bécane », comme on dit dans le jargon), Alice l’a pratiqué il y un peu moins de deux ans, à même sa peau.

« L’idée de démarrer sur de la peau synthétique ou de pied de porc ne m’a pas traversé l’esprit. J’étais en voyage, dans quelque chose de très sensitif, qui avait trait à la rencontre à différentes échelles. Et donc, comme la plupart des tatoueurs, j’ai fait mes premiers essais sur ma cuisse, à l’ancienne. La peau est un support hors du commun. Une fois qu’on a compris ça, ce n’est que le début…»

Bullitt, lui, a monté son échoppe. Fondateur de l’atelier In My Brain, tatoueur depuis sept ans, il a appris le métier chez Johann Clerget, à Bourg-en-Bresse. Ancien professeur de sport, il s’intéresse particulièrement au corps et pratique d’abord un autre type de modification : le percing et l’ajout d’implants. Un jour, Johann lui propose de s’essayer « aux traits » sur un client.

« L’entrainement sur peau de cochon, c’est bien pour prendre en main la machine, mais ça ne l’est pas pour ton résultat final, souligne Bullitt. C’est autre chose de travailler sur un corps, un dos qui saigne et réagit. Une personne qui débute ne peut pas savoir si elle fait les bonnes choses tant qu’elle n’a pas vu ou profité des conseils d’un pro. Certaines erreurs n’apparaissent qu’au bout de deux ans et tu t’apercevras au bout de 24 mois que tu as fait une connerie, que ce n’était pas le bon geste. Si personne ne te guide, tu vas mettre 30 ans à comprendre qu’un remplissage, il faut le faire dans un sens et pas dans l’autre ».

Le bon geste, Alice, ancienne élève d’Art Plastique (Paris 1), l’a appris à Córdoba chez Calavera no chilla, le shop de Trake, un tatoueur argentin qu’elle côtoie pendant trois mois. Aujourd’hui, si elle ne monte pas sa propre boutique, c’est qu’elle considère ne pas avoir terminé sa formation. Ce qui ne l’empêche pour autant pas de pratiquer, suivant l’adage : c’est en forgeant qu’on devient forgeron.

« Pour l’instant, ça se fait comme ça. Si je rencontre, un de ces quatre, un tatoueur qui veut bien continuer à me former et avec qui j’ai un vrai feeling ici en France, je passerai par cette voie. Pour l’instant, je fais les aller-retour en Argentine, cela crée un ancrage avec un lointain où je me sens aussi chez moi ».

 

 

« Adoration des lieux interdits, pas super clean »

Pour Bullitt, il existe dans le tatouage une véritable guerre des prix entre professionnels. Si les tatoueurs clandestins ne peuvent pas bénéficier de la visibilité d’une enseigne, ils n’ont pas non plus à se soucier des questions fiscales inhérentes à n’importe quelle structure commerciale et peuvent donc pratiquer des prix attractifs. Ensuite, c’est la loi de l’offre et de la demande. Plus un tatoueur est prisé, plus il pourra augmenter ses tarifs. Mais qu’on tatoue dans une salle stérilisée ou à l’arrière d’un bar, Bullitt ne porte aucun jugement de valeur.

« Il y a toujours un vieux type d’underground dans le métier du tatou avec l’adoration de bosser dans des lieux interdits, pas super clean. D’autres vont bosser de chez eux et maîtriser les mêmes règles d’hygiène qu’un tatoueur qui a une super belle salle. C’est aussi au client de vérifier ce qui se passe autour. C’est sa peau, il faut s’informer ».

Si aujourd’hui n’importe qui peut monter sa structure et devenir tatoueur, les praticiens doivent en effet se soumettre à des règles d’hygiène strictes. Une réglementation sanitaire court depuis 2008, définie par le « décret n° 2008-149 du 19 février 2008 fixant les conditions d’hygiène et de salubrité relatives aux pratiques du tatouage avec effraction cutanée et du perçage, et modifiant le code de la santé publique ».

Les tatoueurs sont contraints de se déclarer auprès de la préfecture et doivent suivre une formation de trois jours obligatoire à l’hygiène. Des contrôles sanitaires sont très ponctuellement organisés et peuvent entrainer des amendes allant jusqu’à 1500 euros.

Mais Alice reste clean sur ces questions et s’inquiète plus du bien-être du tatoué que de la réglementation.

« Ca a été la première chose que m’a apprise Trake au salon, je me suis bouffée une cinquantaine de pages en espagnol rédigées par le ministère de la santé en prime », se remémore-t-elle.

 

De l’économie souterraine à la TVA à 5,5

Bullitt revient alors sur une légende lyonnaise du tatouage, officiant jadis comme lui dans le quartier de la Guillotière. Référence parmi les références, Leon Lam a réussi à muer le simple geste de percer une peau en de véritables performances artistiques. Il rappelle que l’artiste, aujourd’hui exilé à Hong Kong, « a toujours fait les choses quand il en avait envie, où il en avait envie, sans se soucier de la législation. Il n’a jamais eu le moindre problème et tatoue pourtant depuis une quinzaine d’années ».

Pour Bullitt, dans l’hexagone, il n’existe pas d’école de référence et les tatoueurs se transmettent bien souvent leur savoir de maître à apprenti. Pour s’assurer du sérieux d’un salon, le client doit essentiellement se fier à sa réputation. Car aujourd’hui avoir pignon sur rue n’est pas forcément un gage de qualité et certains débutants, peu regardant sur le matériel, peuvent trouver des kits du petit tatoueur amateur pour moins de 200 euros. Depuis 2003, le Syndicat National des Artistes Tatoueurs (S.N.A.T) défend une certaine vision du tatouage vu comme un art à part entière avec la fiscalité qui pourrait aller avec :

« L’art du tatouage est pratiqué en France par plus de 2000 professionnels créatifs, pourtant considérés par l’Etat comme de simples prestataires de services, assujetties à de lourdes charges et à une TVA à 19,6% » au lieu de 5,5% auxquelles seraient soumises un artiste qui vendrait ses œuvres ou ses droits d’auteur. »

Partager cet article
Tags

L'AUTEUR
Mickael de Drai
Mickael de Drai
Journaliste et vidéaste pénible pour Rue89Lyon et La brèche
En BREF

Effet François Fillon à Lyon : le juppéiste Michel Havard met entre parenthèses sa vie politique

par Rue89Lyon. 947 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La distribution de tracts est-elle un délit ?

par Rue89Lyon. 369 visites. 1 commentaire.

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. 202 visites. Aucun commentaire pour l'instant.