Vigies 

Prison de Valence: un numerus clausus pour endiguer la surpopulation

À Valence, l’administration pénitentiaire a fixé un numerus clausus pour désengorger la surpopulation carcérale. Cette dernière avait culminé en 2004 à 300% d’occupation, une limite « humainement acceptable » est alors fixée à 154 détenus pour 104 places.

Pour Bruno Charve, alors vice-procureur chargé de l’exécution des peines :

« Il s’agissait d’éviter les cohabitations à risque et de favoriser des conditions de vie décentes plutôt qu’une mise à exécution aveugle des peines. »

En mars 2008, un jeune homme de 19 ans incarcéré à la maison d’arrêt de Valence, avait été étranglé par un codétenu aux lourds problèmes psychiatriques. Près de quatre ans après, Valence a réussi à désengorger le quartier hommes, abaissant même le seuil d’alerte à 124 détenus. Le quartier femmes reste en revanche surpeuplé, essentiellement en raison de la proportion de prévenues (70%), dont la détention n’est pas aménageable. L’ambiance de la prison s’en est vite ressentie, avec une diminution « des incidents, des demandes médicales et de l’absentéisme des surveillants », favorisant « le travail d’accompagnement des détenus », se réjouissent parquet et syndicats.

 

Lire la suite sur lacroix.fr.

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

Jean-Paul Bret parle publiquement de son cancer : les hommes politiques et la maladie

par Rue89Lyon. 854 visites. 1 commentaire.

Pour sa rentrée, David Kimelfeld règle son pas sur le pas de Gérard Collomb

par Laurent Burlet. 764 visites. 1 commentaire.

Géolocalisation par Snapchat : « Si on me tue un jour, on pourra me retrouver »

par Rue89. 627 visites. Aucun commentaire pour l'instant.