Société 

Virgin de Lyon : les salariés dénoncent un « coup de Trafalgar »

L’annonce du dépôt de bilan de Virgin Megastore n’a pas vraiment suscité l’étonnement chez les salariés lyonnais de l’enseigne culturelle. A 17 heures, ce mercredi 9 janvier, une vingtaine d’entre eux organisait un rassemblement aux portes de leur magasin.

Virgin-Lyon-Manifestation

Rassemblement des salariés du Virgin de Lyon le 9 janvier. Jérémy El Mlaka/Rue89Lyon

Le groupe, avec ses 22 millions d’euros de dette, a cessé de verser ses loyers aux bailleurs de certains des 26 magasins qu’il possède. Pour Butler Capital Partners, l’actionnaire principal, la faute revient à la dégradation du marché du disque et à une concurrence accrue d’Internet.

Etienne Bloch, délégué du personnel et membre du comité d’entreprise, ne s’émeut pas des raisons invoquées par Butler pour justifier une situation qui n’est pas nouvelle et qui, selon lui, aurait pu être anticipée :

« Le fait que le groupe cède des actifs si vite laissait présager un tel coup de Trafalgar. Il y aurait bien des stratégies pour remonter la barre mais elles sont longues et Butler trouve que c’est trop cher. Il ne prendra pas en charge le volet social. Ce ne sont pas seulement les conséquences de la crise qui ont précipité la baisse de la consommation, mais aussi la gestion court-termiste de l’actionnaire ».

Un actionnaire qui n’aurait pas réussi à prendre convenablement le virage numérique.

De 85 à 30 salariés en dix ans

Suite au dépôt de bilan, le Tribunal de commerce nommera un administrateur judiciaire. La suite consistera soit en un redressement soit en une liquidation. En cas de liquidation judiciaire, les salariés sont certains que Virgin, en cessation de paiement, ne leur versera rien. Leur inquiétude : « être licenciés sans indemnité ». Pour un salarié, présent au sein du groupe depuis 12 ans, c’est la douche froide :

« On s’attend au pire. Après les articles parus dans la presse, la direction (à Lyon) nous a expliqué ce qui pourrait nous arriver si on ne trouvait pas de repreneur dans les 3 à 6 mois. Les 26 magasins fermeront ».

Ouvert en mars 2000, le Virgin de la rue Edouard Herriot employait, à ses débuts, plus de 80 salariés. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’une trentaine à y travailler.

Partager cet article

L'AUTEUR
Jeremy El Mlaka
En BREF

La piscine de Gerland rouvrira finalement en attendant le futur bassin promis

par Rue89Lyon. 504 visites. 1 commentaire.

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 583 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 471 visites. Aucun commentaire pour l'instant.