Société 

Mariage gay : manif, contre-manif et bataille des chiffres

Alors que l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi sur le mariage et l’adoption pour tous débute à la fin du mois, ses opposants comme ses partisans prennent d’assaut la rue. Députés et ministres s’agitent pour faire la promo du projet. Qui remportera la bataille des chiffres ?

Manif à Paris du 17 novembre 2012 pour le projet de loi « Mariage pour tous », crédit Philippe Lavieille/Maxppp

Le 17 novembre, les opposants au projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe étaient (selon la police) plus de 100 000 (dont 70 000 à Paris et plus de 20 000 à Lyon) à battre le pavé. Et ils espèrent bien être plus nombreux encore lors de la manifestation nationale organisée à Paris le 13 janvier.

En face, les partisans du «mariage pour tous» étaient plusieurs milliers (dont entre 4000 et 8000 à Lyon) à défiler le 15 décembre en province et entre 60 000 (selon la police) et 150 000 (selon les organisateurs) à Paris le lendemain. Et n’entendent pas relâcher la pression, alors que l’Assemblée nationale doit débuter le 29 janvier l’examen du texte gouvernemental.

Manif contre le mariage pour tous le 18 novembre 2012 à Paris.

La Fédération LGBT, qui regroupe une vingtaine d’associations et de centres gays et lesbiens à travers toute la France, appelle ainsi à manifester le samedi 19 janvier en province et le dimanche 27 à Paris. À Lyon, c’est le samedi 26 que les partisans de la cause homosexuelle seront appelés à donner de la voix dans la rue.

Tournée des ministres et députés

Au-delà de la simple démonstration de leur force, les responsables de ces manifestations veulent également mener un travail explicatif pour répondre aux argumentaires de leurs contradicteurs.

L’Association des Parents et Futurs Parents Gays et Lesbiens (APGL), en collaboration avec le Conseil national des association familiales laïques (CNAFAL), organise ainsi une tournée de cinq colloques à travers toute la France, qui passera par Lyon le samedi 12 janvier, avec pour thème «Les Nouvelles Familles dans la société française».

La branche lyonnaise d’Homosexualités et Socialisme (HeS) organise elle aussi un débat le 10 janvier, en présence du député Erwann Binet, rapporteur de la loi, et d’élus socialistes locaux. Le 19, les passants flânant sur la place de la République pourront découvrir une exposition de photographies baptisée «Fils de…», qui présente trente portraits d’hommes et femmes, de 18 à 87 ans, qui ont en commun d’avoir eu au moins un parent homosexuel.

Et à Saint-Étienne, c’est le collectif Autrement Gay qui est à l’origine de trois «rencontres citoyennes» (les 10, 17 et 24 janvier) pour détailler et faire connaître le contenu du projet de loi.

La première aura pour thème les nouveaux droits que celui-ci conférera aux couples de même sexe, la deuxième les nouvelles familles à qui il apportera une protection juridique et la dernière s’interrogera sur ses répercussions administratives ou dans le monde du travail. Une «explication de texte» parfois complexe mais nécessaire pour espérer gagner l’opinion à la cause du « mariage pour tous ».

Par Romain Vallet, sur heteroclite.org.

 

 

Partager cet article