Appartement 16
  • 9:12
  • 4 janvier 2013
  • par Heteroclite

Mariage gay : pour Yann Wehrling, il faut "passer à l'acte, vite"

375 visites | 5 commentaires

Yann Wehrling, ancien secrétaire national des Verts, aujourd’hui porte-parole du Modem, craint un risque d’enlisement du débat à la veille du dépôt de projet de loi sur le mariage pour tous. Membre d’un parti dans lequel il constate que les « avis sont assez partagés, un peu comme dans la société », il appelle pour sa part à un vote rapide du projet de loi, pour éviter (ou faire cesser) les débordements.

Hétéroclite : Sur votre blog, vous exprimez une forme d’exaspération sur la manière dont se déroule le débat autour du «mariage pour tous»…

Yann Wehrling : Je ne suis pas contre le débat, mais je trouve qu’il tourne autour de fausses questions et qu’il y a un risque d’enlisement. On crée du doute, là ou il n’y en avait pas au départ. Je pense que le débat aurait dû être d’une autre nature.

Pour moi, la question à se poser est très simple : a-t-on le droit d’être différent ? Si on avait posé cette simple interrogation, on aurait eu 90% des Français d’accord avec ce projet de loi. En faisant dériver le débat du mariage vers l’adoption, les adversaires de l’égalité des droits agitent des chiffons rouges et jouent sur des fantasmes, comme par exemple l’idée qu’un enfant ne pourrait pas être heureux avec deux pères ou deux mères.

Or, on sait évidemment bien que les difficultés que des enfants peuvent éprouver ne sont pas liées au sexe des parents…

 

Manifestation contre le mariage et l’adoption par tous, à Lyon, le 17 novembre 2012. Par Aurélien Lamy, étudiant.

Vous évoquez le risque que le projet de loi ne soit pas adopté. Est-ce que une perspective réellement envisageable ?

Je note que les gens qui sont favorables au mariage s’embourbent dans des explications confuses et sont sur la défensive. Les opposants, eux, marquent des points. Il faudrait retrouver une forme de sérénité et de fierté dans ce combat.

Pour ce qui est de la réussite du projet de loi, j’ai un peu peur du Parlement, car je me souviens bien de ce qui s’était passé au moment du Pacs. J’espère vraiment que ce texte sera adopté rapidement. Ceux qui plaident pour un «grand débat» veulent en réalité gagner du temps et que les discussions s’enlisent.

J’ai la conviction que quand ce texte sera adopté, il y aura des mariages et les choses entreront dans les mœurs rapidement. Il faut passer à l’acte, vite !

Que pensez-vous du refus du gouvernement d’inclure la possibilité pour les couples homos d’avoir recours à la procréation médicalement assistée (PMA) ?

Ils n’ont renoncé à rien puisqu’ils ne l’ont jamais vraiment envisagé. Ce serait pourtant un aboutissement complet et cohérent. Il faut réussir à faire comprendre que dans ce débat, il n’est pas question de donner plus de droits aux couples homos, mais bien les mêmes droits qu’aux couples hétéros.

Vous venez d’une région dans laquelle beaucoup d’élus, y compris de gauche, sont hostiles au mariage et à l’adoption par les couples homos. Sentez-vous une même hésitation de la part de la population ?

J’affirme mes convictions et je rencontre beaucoup de gens. C’est vrai que la question de l’adoption fait un peu patiner le débat. Les gens se posent des questions sur la façon dont un enfant peut grandir avec des couples du même sexe.

Que pensez-vous de la position de François Bayrou, qui s’est toujours exprimé contre l’utilisation du mot «mariage» pour les couples homos ?

Je ne suis pas d’accord avec lui et je lui ai dit. Il pense en effet qu’il faut maintenir le mot mariage pour les couples hétérosexuels. Pour le reste, il est tout à fait favorable à la PMA ou la GPA, car il constate que les choses se font.

Il a rencontré des gens qui ont fait de la PMA ou de la GPA à l’étranger et il trouve ça absurde. Sur toutes les revendications LGBT, il est finalement très progressiste. C’est quelqu’un de très pragmatique, au fond. Mais je reste convaincu que, pour le mariage en mairie, le même terme doit être utilisé pour tous les couples.

Au Modem, ce projet de loi fait-il débat ?

On n’a pas fait de sondage. Les avis sont assez partagés, un peu comme dans la société. Avec peut-être une différence d’appréciation sur le mariage, qui pose moins de problème que l’adoption.

 

Propos recueillis par Gaspard Dhellemmes sur heteroclite.org.


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

5 Commentaires postés

  1. en france, on adore les débats qui dérapent. quand on parlera du vote des étrangers (pour les élections municipales et si on finit par en parler un jour parce que hollande fait comme si il avait oublié cette promesse comme bien d’autres) là on va voir un flot de saloperies débarquer, et bizarre, on en aura qui se seront déjà bien excités pour le mariage gay. les memes? peut etre pas à tous les coups mais presque. je hausse les épaules de dépit.

  2. On ne comprend pas très bien ce porte-parole du Modem. Je veux parler de la cohérence de ses propos. S’il parle au nom de Bayrou, il contribue une fois de plus à « enfoncer » son maître.
    En Alsace quelques braves résistent encore au Modem où Wehrling s’est infiltré contre l’assentiment local, comme une malédiction, mais avec la bénédiction de Paris. Il avait été promu candidat du Modem avant d’y avoir adhéré. Il va sans doute rejoindre le PS bientôt, si on y est assez maladroit pour s’encombrer d’alliés contre-productifs. Les Verts  » ont compris depuis longtemps. L’UDI n’en voudra pas….
    Dommage, le débat n’appelle certainement pas la précipitation, au contraire une réflexion sérieuse et pourquoi pas, à terme, un referendum. La loi passant au débotté, contrairement à ce que croit M.Wehrling créera une catégorie de mariés  » à part » qui risque d’être fustigée par trop de concitoyens qui ne sont pas pour autant homophobes. Il faut plus de temps pour que l’opinion publique soit plus sereine. Pourquoi le président de la république s’accroche-t-il ainsi à cette promesse électorale là, plus qu’à d’autres non tenues, promesse qui n’a pas été exprimée avec la force qu’elle prend aujourd’hui? De nombreux électeurs de Hollande n’ont pas voté pour çà, soit par inadvertance soit par manque de choix. C’est notre système qui veut qu’une majorité soit à la dévotion du patron. Pour que cela soit vraiment loyalement démocratique, il aurait fallu que chaque candidat à la députation se soit clairement exprimé sur le sujet avant les élections. Cela n’a certainement pas été le cas.

    • Excellent commentaire

    • 1. Sur cette question, Yann Wehrling ne partage pas l’opinion du leader de son parti, François Bayrou. On peut y voir de l’incohérence, mais on peut aussi se dire que dans un parti démocratique, on peut tolérer des divergences d’opinion, à condition qu’elles ne remettent pas en cause l’adhésion au projet global présenté par le parti.
      2. La « réflexion sérieuse » a lieu depuis un moment déjà : cela fait bien dix ans qu’on parle de l’ouverture du mariage aux couples homosexuels, et plus encore depuis l’annonce du projet de loi, début septembre. Entre le 7 novembre et le 20 décembre, la commission des lois de l’Assemblée nationale a entendu près de 120 personnes, partisans ou opposants du projet de loi, pendant plus de cinquante heures. La réflexion approfondie et le débat ont bien lieu, quoiqu’en disent certains.
      3. L’article 11 de la Constitution de 1958 autorise le recours au référendum pour «tout projet de loi portant sur l’organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique ou sociale de la nation et aux services publics qui y concourent, ou tendant à autoriser la ratification d’un traité qui, sans être contraire à la Constitution, aurait des incidences sur le fonctionnement des institutions». L’ouverture du mariage aux couples de même sexe ne rentre pas dans ce cadre, la proposition de référendum avancée par les responsables de l’opposition est donc inconstitutionnelle.
      4. La loi ne créera pas des mariés « à part » puisqu’elle donne aux couples homosexuels exactement les mêmes droits et les mêmes devoirs qu’aux couples hétérosexuels. C’est plutôt la proposition d’union civile (défendue durant la campagne de 2007 par Sarkozy et aujourd’hui par Bayrou) qui reviendrait à créer différentes catégories en fonction de l’orientation sexuelle.
      5. Contrairement à vos dires, l’engagement 31 de Hollande a été fortement mis en avant durant la campagne des présidentielles puis celle des législatives (beaucoup plus que bien d’autres des soixante engagements).