Appartement 16
  • 13:26
  • 27 décembre 2012
  • par Laurent Burlet

Rhônexpress : pourquoi se rendre à l’aéroport de Lyon coûte-t-il si cher ?

8907 visites | 24 commentaires

Le 1er janvier, il faudra débourser non plus 14 mais 15 euros pour se rendre à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry. Rhônexpress est la navette la plus chère de France. Et certainement l’une des plus chères d’Europe.

Rhonexpress-Rhone-Train-Une

Le tram-train Rhônexpress photographié en mars 2010.©Philippe Juste/Maxppp

Inaugurée en août 2010, la navette Rhônexpress permet de se rendre en trente minutes à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry de la gare Part-Dieu, via un tram-train qui utilise pour une part les voies du tram T3 des Transports en Commun Lyonnais (TCL). C’est une concession du Département du Rhône confiée à l’entreprise Rhônexpress, filiale notamment du géant du béton, Vinci.
Dès sa mise en service, son prix a fait bondir les voyageurs qui ont pu regretter le bus qui était en circulation jusque là. Autant dire que la dernière augmentation des tarifs va faire encore beaucoup parler.

 

1/ Des frais supplémentaires de maintenance

C’est lors de la dernière séance publique du conseil général du Rhône, le 21 décembre, que le président Michel Mercier (UDI) a fait voter les nouveaux tarifs 2013.
Pour un aller simple, il en coûtera donc 15 euros. Soit une hausse de 7,1%, au lieu des 2,8% annuels prévus par le contrat liant la société Rhônexpress au Département du Rhône.
Dans son rapport, le président du conseil général a expliqué que cette forte augmentation est la conséquence de la mise en place d’une rame supplémentaire qui coûte la somme de 350 000 euros par an. Cette rame supplémentaire étant due à la difficile cohabitation du Rhônexpress et du tram T3 des TCL, qui partagent la même ligne jusqu’à Meyzieu. Ainsi l’explique le rapport des services départementaux :

« le Rhônexpress fonctionne avec une rame de plus que prévu dans le contrat initial, en raison du dépassement du temps de trajet sur la partie commune des voies (…). Cette rame supplémentaire génère des frais de maintenance non prévus dans l’équilibre général du contrat ».

Cette hausse a été qualifiée d’« inacceptable » par Béatrice Vessilier, la conseillère générale Europe-Ecologie / Les Verts (EELV) de Villeurbanne. Avec les conseillers généraux communistes, les élus écolos du Département ont voté contre cette nouvelle augmentation des tarifs, qui a été adoptée avec les voix du PS et de la toute la droite (UMP et UDI).

Les élus EELV ont notamment expliqué que Vinci, dont la filiale exploite Rhônexpress, bénéficie d’un contrat de concession très favorable et peut donc faire un effort financier.

 

2/ Un investissement très avantageux pour la société Rhônexpress

Pour justifier cette nouvelle augmentation tarifaire comme les tarifs élevés, Michel Mercier invoque toujours le fait qu’il s’agit d’une société privée qui supporte l’investissement et donc les principaux coûts. Ce qui est faux. Rhônexpress représente un investissement global d’environ 120 millions d’euros que le Rhône paye au prix fort.

Selon les termes du contrat de concession, la société Rhônexpress a à sa charge uniquement l’acquisition du matériel roulant (26 millions d’euros). Mais la société ne fait qu’avancer une partie de l’investissement (50,55%, soit 32 millions) que le conseil général rembourse chaque année à hauteur de 3,5 millions d’euros par an.
Moralité, comme le soulignait la Chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes, dans un avis du 5 juillet 2007 (voir le pdf) « le délégataire (la société Rhônexpress, ndlr) ne supporte aucune charge d’investissement ».

http://www.rue89lyon.fr/wp-content/uploads/2012/12/Rhonexpress-CRC-RhoneAlpes-Juill07-pdf.pdf

3/ Un monopole de trente ans injustifié

En conclusion de ce même avis 5 juillet 2007, la Chambre régionale des comptes affirme que l’effort financier consenti par Rhônexpress ne justifie pas une concession de trente ans pendant laquelle aucun autre mode de transport public ne peut venir concurrencer le tram-train :

« Si le délégataire prend en compte le risque d’exploitation du service, il ne supporte aucune charge d’investissement, la durée du contrat fixée à trente ans n’est pas justifiée par les prestations demandées au délégataire ».

Les usagers rhôdaniens du Rhônexpress sont ainsi doublement pénalisés :

  • Ils ne peuvent pas prendre un bus ou un train pour faire le trajet Lyon-aéroport, contrairement à ce qui se pratique dans d’autres villes européennes.
  • Ils payent deux fois le service : en s’acquittant de leurs impôts et achetant très cher un ticket Rhônexpress.

 

4/ Des prix « dans la moyenne basse européenne »

Malgré un prix de 26 euros (à partir du 1er janvier 2013) pour un billet aller-retour, contre 15,90 euros l’ancienne navette Satobus, le président de la société Rhônexpress, Yves Périllat, justifiait les prix par un alignement sur les prix européens. En juin dernier, lors d’une conférence de presse sur les deux ans de Rhônexpress, il réagissait à une enquête interne selon laquelle 69% des usagers jugeaient le prix trop cher :

« Les tarifs se situent dans la moyenne basse au niveau européen ».

Cette façon de justifier des prix d’un service public (car il s’agit bien d’une délégation de service public) est curieuse. D’autant plus qu’une rapide collecte des tarifs des navettes aéroportuaires des principales villes françaises et de quelques villes européennes montre que le Rhônexpress se situe plutôt dans la fourchette haute européenne.


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

24 Commentaires postés

  1. Bien souvent, à chaque convention entre le secteur public – privé, nos élus signent des conditions hallucinantes !!!

    Mais c’est la faute à ce système qui permet qu’un élu qui peut avoir des connaissances en médecine se retrouve à gérer de la voirie ou bien la mise en place des déplacements urbains.

    Bien évidemment, le secteur privé en profite !!!

    Et nous ?! on paie !

  2. Merci pour cet article qui dit clairement le scandale qu’est Rhône Express. Il y a cependant une alternative qui se dessine (outre les sites de co-voiturage). J’ai entendu parler de ça sans l’avoir testé :

    http://service.vivastreet.com/annonces-service+lyon-69008/navette-lyon-aeroport-lyon-saint-exupery/54783775

  3. Y-a-t-il des lyonnais qui utilisent le co-voiturage pour éviter de se faire taxer autant?
    Si encore il y avait un bus plus lent et moins cher, libre à eux d

  4. Y-a-t-il des lyonnais qui utilisent le co-voiturage pour éviter de se faire taxer autant?

    Si encore il y avait un bus plus lent et moins cher,
    libre à eux de proposer un prix plus cher pour un trajet rapide,
    mais avec le monopole, ça s’appelle tout simplement de l’extorsion.

  5. Tiens, personne ne parle de l’existence d’autres moyens d’accéder dans les aéroports d’autres villes européennes (le train de banlieue à Frankfurt par exemple, pour moins de 4 €)

    Le souci à Lyon, ce n’est pas le prix mais le monopole en fait.

  6. Co-voiturage ? Ça me fait rire, à ce tarif là, vaut mieux prendre sa bagnole tranquillement ? Même Satobus n’était pas compétitif alors aujourd’hui, c’est à en pleurer…
    Qui se souvient à quoi doivent servir les transports en commun… (Je vais plus vite à l’aéroport et dans ma voiture au chaud avec la radio et pour moins cher…)

  7. On est d’accord ! Encore un exemple ou le secteur public aurait joué son rôle de pourvoyeur de service, adapté au marché.
    A ce jour, la navette est au 3/4 vide, coûte toujours aussi chère et est financé par nous. ça ressemble à un scandale financier !

  8. @Pobel. Jai teste et approuve Elite Voyages, c’est vraiment bien et vivement son developpement. Ce nest pas un concurrent mais plutot complement.

  9. D’autant qu’une compagnie privée propose une navette minibus avec un trajet à 9 euros. Comment un service subventionné peut-il être 50% plus cher ?

  10. Bonjour;je partage dans l’ensemble les réactions que j’ai lues,mais je voudrais ajouter que les 9mn de trajet pour aller de MEYZIEU à l’aéroport sont au même prix que les 29 mn de LA PART DIEU à ST EXUPERY.Je prends l’avion entre 2 et 4 fois par an,alors on s’arrange entre voisins.Un jour RHONE EXPRESS risque de se retrouver en difficulté car si on voit(comme moi) souvent les rames,je me demande,même à ce tarif comment ils pourront durer????

    • C est juste du vol. Je travaille pres de l aeroport et je ramene regulierement en covoiturage des passagers, j avoue ne pas comprendre le prix prohibitif de cette navette. Associé au monopole, je ne trouve d autres alternatives que le boycott.

      • Je ne partage pas la majorité des réactions : je prends Rhône-Express quand je me rends à Lyon et je suis satisfait du rapport qualité-prix, par rapport à des navettes parisiennes comme Orlyval ou le RER Gare du Nord-Roissy CDG. C’est à peine moins cher, et le RER n’est jamais à l’heure, souvent en grève, lent, sale et peu sûr (la RATP ne s’en vante pas, mais les voyageurs s’y font assez souvent détrousser…). Les cars Air France sont plus confortables, mais chers et le temps de trajet peut doubler ou tripler selon la circulation. Quant aux trains entre Londres et Gatwick, bon courage, à l’exception du Gatwick Express, direct mais hors de prix ! Rhône Express n’est pas parfait, mais pas si mal, d’ailleurs je l’ai encore pris hier après-midi et la rame était pleine.

        • Qualité/prix? Qualité – le personnel de bord ne parle même pas anglais ou espagnol. la qualité n’est pas mieux qu’un tramways. Espaces petits. très peu de rangement pour les valises. de plus le terminus se trouve à 10 bonnes minutes à pied des embarquements. Prix – le rapport distance/prix est le plus élevé du monde. Allez de Lyon – St Étienne reste toujours moins chère. De plus l’investissement n’a pas été si chère que ça. Reprise de la ligne de l’EST pour le T3 et prolongement de quelques KM vers l’aéroport.(Achat de terrain agricoles en plus). Si vous aimez vous faire arnaquer avec l’argent public, c’est votre problème.

        • J’ai utilisé le train Gatwick Londres pendant 2 ans, aucun probleme.
          45 km pour 12 euros. il y en a la nuit.

          Rhone express : 25 km pour 15 euros. après minuit c’est taxi…

          Lyon plus cher que Londres. Hallucinant.

  11. Je partage en partie les réactions ds internautes.
    Capitain Nemo, certes le Rhône express n’est pas si mauvais en rapport qualité-prix avec ce qu’il ce fait en dehors de la région Lyonnaise.
    En revanche ne laisser aux lyonnais que la possibilité de prendre le Taxi (45 euros hors nuit, sa fait mal quand même) ou le Rhône Express à 15,90€ (aller seulement !!) c’est du vol !!!
    Dans un pays ou on ne cesse de proclamer « penser écologie et économie », l’Etat à atteint son pure paroxysme…

    Sur ce bonne nuit à tous.
    En espérant un changement et du mouvement.

  12. Bonjour à tous,

    Je me permets d’intervenir suite à un argument entendu d’un membre du personnel de Rhône Express ? Pourquoi est-ce si cher ? Et une autre question posée, pourquoi ne serais-ce pas moins cher au départ de vaulx en velin ou Meyzieu ZI ?

    - réponse : il fallait instaurer un prix suffisamment dissuasif pour éviter que ne viennent à l’aéroport des personnes qui n’ont rien a y faire, notamment des personnes susceptible de causer incivilités ou petite délinquance.

    Que pensez-vous de l’argument ? Je le trouve assez fondé, les personnes prenant l’avion ont généralement les moyens de payer un prix relativement élevé. J’ai vu par exemple dans Alternatives Economiques, une étude statistique montrant que, malgré les compagnies low cost, la sociologie des utilisateurs de l’avion (comparé à celle du train, du bus) révèle que ce sont plutôt des personnes aisées qui prennent l’avion et que l’avion n’est pas un moyen de transport populaire, même avec les compagnie low cost.

  13. La société dont parle Mr Gandonnière est Elit, et cela coûte apparemment non pas 9 mais 8 euros l’aller et 15 euros l’A/R.

  14. LA SEULE SOLUTION : NE RIEN PAYER CAR IL S’AGIT D’UNE ÉVIDENTE ARNAQUE ! SOYONS SOLIDAIRES ! IL SUFFIT DE MONTER DANS LE RHÔNEXPRESS À MEYZIEU ZI ET LE PERSONNEL DE CONTRÔLE CONTRE QUI JE N’AI STRICTEMENT AUCUNE ANIMOSITÉ N’A SIMPLEMENT PAS LE TEMPS DE VOUS VERBALISER D’AUTANT SI NOUS SOMMES NOMBREUX DANS CE CAS ! ENSEMBLE NOUS VAINCRONS CONTRE LE CAPITALISME SAUVAGE !

  15. Bonjour,

    Pour ma part, le Rhône Express propose un service de qualité mais à un prix trop élevé face à la concurrence.

    De nombreux commentaires parlent de la société ELIT qui propose des navettes entre Bellecour et St Exupéry pour 8€. J’ai testé plusieurs fois ce moyen de transport et j’ai été agréablement surpris par la qualité des navettes et la sympathie du chauffeur.

    A coup sur, une vraie alternative au transport public et aux taxis; si vous souhaitez plus d’infos, leur site permet de réserver en ligne : http://www.elit-voyages.fr/

  16. A noter que pour Bordeaux, il existe un bus de l’agglomération pour se rendre en ville depuis l’aéroport, ce qui fait bien redescendre la ville dans le classement.

  17. Lyonnais et victime, je tiens à souligner que ce tram est appelé non affectueusement « tram de la sodomie » par les lyonnais, l’image pour les non initiés à la pratique parle d’elle-même.
    Ce qui me choque en ces temps de disette de financement publique c’est qu’il n’y ait pas eu une commission pour étudier la spoliation (j’aimerais qu’on s’intéresse aussi au Téoz, autre grande escroquerie locale).
    Moi je dis Gérard si tu veux pas retourner te faire chier à la Duchère t’as intérêt à nous trouver des coupables et fissa.

  18. cette société me dégoute il n’y a jamais eu autant d’écart entre les riches et les plus modestes.
    Il peut bien bien justifier les prix l’autre tanche, ce n’est pas pour autant qu’il la prend sa navette de petit bourgeois.